• Couple of Gamer

[Test'1D][Steam] TUNIC


Après de multiples annonces lors des Showcases Xbox, le petit jeu indépendant, mélangeant Zelda-Like et Souls-Like, développé Andrew Shouldice, et édité par Finji, sort ce mercredi 16 mars sur Steam et Xbox. Un jeu d'action isométrique, aussi adorable qu'impitoyable, qui, malgré son univers enfantin, pourrait faire passer Elden Ring pour un Casual Games. Mais que se cache t-il vraiment derrière cet jeu, qui donne l'impression d'être plus mignon que vicieux ? C'est ce qu'on a essayé de découvrir.

Trailer du jeu

TUNIC est un petit jeu d'aventure isométrique, aux airs de Zelda, qui nous plonge dans un adorable petit univers, où des monstres féroces sont loin d'être aussi adorables. Dans ce jeu, on y contrôle un petit Renard, qui va partir à la recherche d'un grand trésor. Mais pour le trouver, il va devoir résoudre des énigmes, et explorer les lieux inconnus, regorgeant d'ennemis toujours plus puissants. Pendant sa petite quête, notre petit renard va découvrir des pages d'un manuel d'instructions qui l'aidera à comprendre les secrets de ce monde.


Dans TUNIC, équipé de notre épée et de notre bouclier, on va donc devoir s'orienter par nos propres moyens pour trouver ce fameux trésor. Mais la tâche sera loin d'être aussi facile. Car, tel un metroidvania, de nombreux chemins seront bloqués. Et pour y accéder, il faudra débloquer une porte, ou trouver un objet qui nous servira à franchir certains obstacles. Les premières heures de TUNIC ne sont pas très difficiles. Hormis la difficulté des combats, on va progresser assez facilement dans le monde, en s'aidant des morceaux de manuel qu'on trouvera éparpillés un peu partout. Ces morceaux vont nous dévoiler de nombreux secrets, comme les techniques de combat, la carte du monde, ou comment débloquer certains mécanismes.

Mais après le premier vrai boss du jeu, la tâche commence à se compliquer. Car le chemin a du mal à ouvrir sa voie. Et quand on trouve le lieu de notre prochaine destination, on remarque que les statues de sauvegarde se font de plus en plus rares. Et comme TUNIC est un jeu extrêmement punitif, on va mourir bêtement. Ce qui nous obligera à refaire tout un trajet pour rejoindre notre corps. Heureusement, les actions effectuées avant de mourir s'enregistrent. Si on active un pont ou une porte, même après notre mort, ces ponts ou portes resteront ouverts. Même si ça ne changera pas grand-chose. Car quand il y a 5 minutes de trajet à faire, et qu'on meurt 5-6 fois à la suite, on s'en fout un peu des ponts activés.


Pendant notre aventure, on va trouver de nombreux objets qui vont nous servir à survivre face aux nombreux ennemis impitoyables du jeu. Au début, on va se battre avec un bâton, ce qui nous compliquera grandement la tâche. Mais par la suite, on aura le droit à une vraie épée, ainsi qu'un bouclier. Bien sûr, ce ne sont pas les seules armes du jeu. On aura aussi un bâton de feu, pour attaquer les ennemis à distance. Et un cristal de glace, pour les geler quelques secondes. Malheureusement, ces autres armes auront un nombre limité d'attaques. Et pour les recharger, il faudra se reposer sur une statue de sauvegarde. D'autres objets nous seront très utiles lors des combats, comme des dynamites, des bombes incendiaires, des bombes de glace, des piments pour plus de force, et bien d'autres. Ces objets sont en nombre limité. Mais par la suite, on aura la possibilité d'avoir des +1 sur ces objets, qui nous permettra de toujours en avoir au moins un dans son inventaire, après chaque repos.

Côté combat, TUNIC n'invente rien. Quel que soit l'ennemi, on va passer notre temps à esquiver, bloquer, parer, et surtout, attaquer. Mais face aux boss, on va surtout mourir à plusieurs reprises, avant de connaître par cœur leurs attaques. Ce qui permettra d'en venir à bout très facilement, grâce à leur lenteur d'exécution. L'esquive est très importante dans TUNIC. Car elle va nous permettre de ne pas se faire toucher, et mourir sur le coup. Mais il faudra aussi apprendre à parer. Car certains ennemis peuvent être défaits uniquement grâce à la parade. Malheureusement, la jauge d'énergie tombe très vite à zéro. Il faut donc aussi gérer cette dernière, en ne forçant pas trop sur l'esquive ou la parade. Rendant certains combats très techniques. Bon, avec le temps, on va accumuler beaucoup de petites pièces. Ces dernières vont nous permettre d'acheter des objets comme des bombes, ou autres. Ce qui nous simplifiera la tâche contre les boss.


Même si TUNIC est un jeu adorable. Le côté impitoyable prend très vite le dessus. Pendant toute l'aventure, on va devoir survivre avec très peu de vie. Et le moindre petit coup pourrait nous être fatal. Et même si pendant l'aventure, on aura la possibilité de récupérer diverses fioles de soins, ou des cœurs, on restera très sensible aux attaques. Heureusement, pour parer à ce petit problème, on va pouvoir s'équiper d'une petite carte de buff, qui augmentera notre protection, notre vie, ou un effet de résurrection. On pourra aussi lancer des pièces dans un puits pour avoir un buff supplémentaire, selon le nombre de pièces jetées.

TUNIC est une très belle aventure, qui réussit à nous faire voyager dans son merveilleux et adorable petit monde. Le côté isométrique est très beau. Avec quelques décors vraiment magnifiques. De plus, le jeu propose un bestiaire plutôt bien garni, avec des boss mémorables, qui nous donnent du fil à retordre. Malheureusement, l'expérience n'est pas si agréable que ça. Car on remarque très vite que TUNIC utilise un côté punitif pour gonfler sa durée de vie. Tout comme le côté sac à PV des ennemis, qui gâche un peu l'expérience. Et qui énerve au plus haut point. Mais sans cette difficulté, TUNIC serait un jeu très court. Un mal pour un bien ? Pas nécessairement. Car l'univers de TUNIC aurait pu être bien meilleur avec de très bonnes énigmes, et des combats classiques. S'ouvrant par la même occasion à un public plus large.


Pour conclure, TUNIC est un jeu aussi adorable qu’impitoyable, qui a de nombreuses qualités, comme de nombreux défauts. Les deux s'équilibrent parfaitement. Mais le titre, malgré sa direction artistique enfantine et très colorée, choisit son public en optant pour un style punitif, qui lui fait souvent défaut. On aurait préféré vivre une aventure classique en compagnie de ce petit renard. Sans souffrir inutilement pendant des heures. Malheureusement, le mal est déjà fait. Et les amoureux du genre trouveront sûrement leur bonheur dans cette aventure. Ce qui ne sera pas le cas des autres joueurs, qui voyaient TUNIC comme un petit Zelda-Like isométrique.


142 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout