• Couple of Gamer

[Test][Steam] MotoGP 22


Qui dit nouvelle année, dit nouvelle saison de MotoGP. Et comme toujours, c'est le studio italien, Milestone qui s'y colle, avec un nouvel opus de MotoGP, pour préparer au mieux cette nouvelle saison qui vient de débuter. Après avoir pu découvrir le mode NINE, un mois avant la sortie du jeu, lors d'une petite preview, on a renfilé notre combinaison, pour voir si ce nouvel opus avait bien plus qu'un simple nouveau mode de jeu à offrir. Et après avoir parcouru le monde en 2 roues, il est temps pour nous de donner notre avis final sur MotoGP 22.

Trailer du jeu

On prend les mêmes, et on recommence ?

MotoGP 21 est le jeu officiel du MotoGP. Comme chaque année, cette simulation nous permet de revivre la saison officielle du Grand Prix de Moto, grâce à un mode carrière complet, nous permettant de partir au plus bas des échelons, Moto3, et devenir l'un des meilleurs pilotes du MotoGP. Mais cette année, Milestone avait aussi envie de faire plaisir aux fans, avec un tout nouveau mode, NINE, qui nous fait revivre le 9e sacre du grand Valentino Rossi, d'où le nom, NINE.


Comme l'année précédente, MotoGP nous propose un tutoriel de départ qui va nous apprendre les bases de la conduite, avec la possibilité d'activer différentes aides, selon nos envies. Et bien sûr, on va aussi avoir le droit à la création de notre pilote. Ce tutoriel n'est pas bien différent de l'année passée. Il se compose de plusieurs petites courses d'entraînements. Et on va y apprendre les bases de la conduite, avec les aides. Selon notre expérience, et notre façon d'accepter ou non certaines aides, on va configurer notre partie. Par exemple, un pilotage avec des aides aux freinages, des indications de points de freinages, des assistances plus ou moins poussées avec l'ajustement du TCS, AW et EBS, et aussi, la gestion du carburant et des pneus. Car beaucoup le savent, piloter une moto, ce n'est pas une partie de plaisir. Enfin, si, quand on maîtrise l'engin, c'est un plaisir. Mais si on n'a pas les bonnes aides, dès le premier virage, on sera dégoûté de la moto. Après ces quelques étapes, terminées ou non, on va pouvoir se lancer dans MotoGP 22.

Après quelques minutes d'entraînement, on va se retrouver sur le menu principal du jeu, qui ne change pas vraiment par rapport à MotoGP 21. On y retrouve le mode carrière, le mode NINE Season 2009, les modes rapides, avec la possibilité de faire des Grand-Prix, des Championnats, des contre-la-montre, ou encore, des courses en écran partagé, petite nouveauté de ce nouvel opus. On va aussi avoir le mode multijoueur, l'entraînement, et la personnalisation. Dans les modes rapides, il y a 7 catégories de motos disponibles. Les trois classiques. MotoGP, Moto2 et Moto3. Les 3 historiques. MotoGP 800 4-stroke, MotoGP 990 4-stroke et MotoGP 500 2-stroke. Ces trois dernières catégories regroupent plus d'une quarantaine de pilotes historiques et leur moto, comme Chris Vermeulen, ou encore Michael Doohan. Sans oublier, le célèbre Valentino Rossi à travers les années. Pour finir, on va aussi avoir le droit à la catégorie Season 2009, avec tous les pilotes de la saison 2009 de MotoGP. Malheureusement, il faudra terminer le mode NINE pour débloquer tous les pilotes de cette catégorie. Dans les modes rapides, comme dans les autres modes, il sera possible de piloter les différents deux-roues sur 21 tracés de la saison 2022, ainsi que les 17 tracés de la saison 2009.

Une carrière et une rétrospective ?

Dans MotoGP 22, même si le jeu propose plusieurs modes, on va passer la plus longue partie de notre temps dans le mode carrière. Ce dernier est très proche de celui deja présent dans MotoGP 21. Notre objectif dans ce mode carrière, va être de remporter le titre de champion du monde de MotoGP, tout en gérant sa vie de pilote et son écurie. Pour atteindre notre objectif, on peut commencer notre carrière en Moto3, la catégorie la plus basse, et tenter de monter les échelons jusqu'à la catégorie MotoGP, pour brandir le titre de champion du monde. Ou bien, sauter les étapes, et commencer directement en MotoGP. Mais cela gâche totalement le mode carrière.


Au lancement de sa carrière, on va devoir choisir entre le calendrier officiel, ou un autre calendrier plus court, pour ceux qui souhaiteraient faire une carrière rapide. Après ça, on va pouvoir vraiment commencer notre nouvelle vie de pilote. En démarrant en Moto3, on va apprendre les bases de la gestion du mode carrière. Tout d'abord, la gestion de son personnel, avec notre agent, qui s'occupera de nos contrats. Grâce à lui, il sera possible de négocier et de s'engager pour une autre équipe, en fonction de notre réputation. Plus on gagnera, plus on intéressera de grandes écuries. Pour avoir de meilleures propositions, il faudra aussi choisir le bon agent. On progressant dans la carrière, on aura donc la possibilité de changer d'agent à tout moment, si nos finances nous le permettent.

En plus d'un agent, on devra aussi recruter son personnel technique. Il est composé de deux membres, l'ingénieur en chef et l'analyste de données. Plus le personnel technique est de bonne qualité, plus la synergie sera au rendez-vous, plus on gagnera des données de recherche à la fin d'un week-end de course, permettant d'améliorer la moto. Selon la catégorie, il y aura 2 à 4 développements à effectuer sur une moto. Moteur, Cadre, Aérodynamisme et Électronique. Pour augmenter le R&D de la moto, il faudra embaucher du personnel, qui effectuera les recherches nécessaires, qui dureront plus ou moins longtemps, selon le nombre de techniciens sur la recherche en cours. On pourra aussi avoir une meilleure production des données de ces 4 catégories, en affiliant du personnel dans chacune des 4 catégories. En gros, la même chose que dans la saison précédente.


Pendant les week-ends de course, rien ne change aussi. On a toujours la possibilité d'effectuer les 3 Essais Libres, les qualifications et le Warm-up, avant la course. Ces différentes étapes vont être très importantes pour effectuer les tests techniques, et améliorer le R&D. Et si on souhaite une moto performante tout au long de son championnat, il est nécessaire de profiter des essais pour effectuer tous les tests. Certes, cela rendra la carrière plus longue. Mais c'est comme ça qu'on profite au mieux de l'expérience MotoGP 22.

Par la suite, comme dans MotoGP 21, en passant à une catégorie supérieure, on va avoir de nouvelles gestions à gérer pendant notre carrière. Si on regarde de très près, la carrière de MotoGP 22 est très similaire à la carrière de MotoGP 21. Une carrière complète, partant du plus bas échelon, va prendre une bonne trentaine d'heures, selon la configuration de départ. Si on opte pour une carrière courte, composée d'une dizaine de Grand-Prix, au lieu des 20, la carrière durera moins longtemps.


Malheureusement, il n'y a pas grand-chose à dire sur la carrière. Heureusement, MotoGP 22 propose le fameux nouveau mode, NINE. Une rétrospective complète de la saison 2009, qui retrace le 9e et dernier titre de Valentino Rossi. Pendant cette carrière un peu spéciale, on va participer à toutes les courses de la saison 2009, sous forme de petits défis. Au total, 17 chapitres, composés de 1 à 3 épisodes selon le chapitre, qui vont nous permettre de rejouer les meilleurs moments de la saison 2009, avec Valentino Rossi, Jorge Lorenzo, Dani Pedrosa et Casey Stoner. Même si le mode NINE est là pour retracer le 9e titre de Rossi. Il réussit à nous plonger dans les meilleurs affrontements que cette saison ait connu, entre ces 4 grands champions. Progresser dans ce mode va permettre de débloquer les pilotes de la saison 2009, pour les jouer dans les modes rapides. Et récupérer aussi quelques livrées officielles de la saison.

L'art du deux roues !

Dans MotoGP 22, comme dans le précédent opus, on va pouvoir consacrer une bonne partie de notre temps à la personnalisation. Comme toujours, on peut y personnaliser son pilote, avec son nom, prénom, âge, style de pilotage, combinaison, numéro, bottes. Histoire d'avoir un pilote qui nous ressemble, ou presque. De ce côté, le choix reste tout de même très limité. Il y a très peu de combinaisons, bottes, gants, et autre équipement. Et on fait très vite le tour.


Heureusement, le mode personnalisation permet aussi de créer quelques éléments personnels, grâce à la création de livrées pour personnaliser sa combinaison, sa moto et son numéro. Rien de nouveau pour ceux qui ont découvert les nouveautés de MotoGP 21. Donc, une fois de plus, il sera possible de personnaliser son casque, sa moto, et autres, grâce à la création de livrées. Parfait pour les créateurs en herbe. Et sans surprise, pour les moins talentueux, il sera possible de récupérer des livrées d'autres joueurs en ligne. Même si aucun changement n'a été apporté à la personnalisation. C'est toujours intéressant de la proposer. Surtout pour les compétiteurs qui souhaitent créer leur propre casque ou autres, lors des courses en ligne.

La référence ultime ?

Sans grande surprise, MotoGP 22 est un jeu magnifique. Les modélisations des motos sont toujours aussi fabuleuses. Les tracés sont fidèles. Les animations toujours plus réalistes. Et les sensations, quelle que soit la vue, sont présentes. Le jeu est tout simplement magnifique. Un travail quasi-parfait qui ne nous choque plus vraiment de la part de Milestone. Les simulations de moto, c'est leur dada. Et chaque année, ils nous le prouvent. Comme toujours, on va noter l'absence de la météo dynamique. On l'attend avec impatience. Car les conditions "variables" ne sont pas vraiment dynamiques. Malheureusement, ce n'est pas encore cette année qu'on aura le droit d'avoir des surprises en course. Bien sûr, on peut toujours piloter sous la pluie, sur piste humide, ou sous un soleil de plomb, et gérer son essence et ses pneus. Mais ça reste tout de même moins réaliste et surprenant.

Heureusement, le réalisme de MotoGP 22 est omniprésent dans d'autres domaines, comme la physique, qui est toujours à la pointe. On ressent la moindre petite sensation, que ce soit un vibreur, ou même les différentes surfaces. Sans oublier, les sensations à l'accélération ou au freinage. Et comme toujours, pour pousser le réalisme au maximum, en plus des dégâts visibles, on va avoir la possibilité d'activer ou non la récupération de la moto. On n'oublie pas non plus les pénalités de tour long, qui s'effectuent lors des faux départs. Bref, du réalisme comme on les aime dans les simulations.


Bien sûr, Milestone tente aussi d'adapter cette conduite à tous les joueurs, grâce à différentes options disponibles. Permettant de proposer du réalisme, mais aussi de l'arcade, pour les amateurs qui ne maîtriseraient pas totalement la conduite très poussée d'un deux roues.

Quand rien ne change !

Pour conclure, avec très peu de nouveautés, MotoGP 22 est une copie de MotoGP 21. Certes, comme pour tous les jeux de sports qui sortent une fois par an, il est difficile d'apporter chaque année des changements majeurs. Heureusement, les amoureux du Grand-Prix de moto pourront revivre une des saisons les plus palpitantes du MotoGP, grâce au mode NINE. Certes, ce n'est qu'une petite nouveauté qui peut se terminer très rapidement. Mais elle apporte un petit plus au jeu, qui évite, plus ou moins, le vieux copier/Coller. C'est aussi ce mode qui sauve un peu la saison. En espérant une vraie révolution l'année prochaine. Même si MotoGP est déjà, depuis quelques années maintenant, une valeur sûre de la simulation moto.


984 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout