• Couple of Gamer

[Test][Steam] F1 2021


Depuis le 16 juillet, la nouvelle saison de F1 virtuelle a commencé, sous la houlette de son nouvel éditeur, EA Sports. Un changement qui ne se voit pas trop cette année. Car Codemasters reste fidèle à sa série de F1, en proposant une saison toujours aussi réaliste. Mais 1 an après un F1 2020 plutôt convaincant. Est-ce que ce nouvel opus réussit à trouver sa place, avec son tout nouveau mode, et ses quelques changements majeurs en mode carrière ? C'est ce qu'on va essayer de décrypter à travers notre test.

A La Découverte de F1 2021

Un nouveau départ !

Après une très bonne saison 2020/2021, qui nous a fait apprécier nos heures perdues derrière un volant. Codemasters revient pour une toute nouvelle saison, avec son jeu officiel de F1. Pour ce nouveau départ, avec un nouvel éditeur, Codemasters ne change pas grand-chose à sa formule gagnante des dernières années. On y retrouve donc les bases. Le mode solo, avec son mode carrière de pilote, Grand Prix, Championnats, Contre-la-Montre. Et la petite nouveauté, le mode carrière Deux Joueurs. Pour ce dernier, on y reviendra plus en détails juste après. Il y a aussi le mode Multijoueur, avec les épreuves hebdomadaires, qui proposent les essais libres, les qualifications, et la course. Comme toujours, ces épreuves permettent de s'affronter en ligne, en respectant le calendrier officiel du GP. Il y a aussi, comme l'année passée, les ligues, pour la création de son propre championnat eSport en ligne. Les courses classées et non classées. Les courses Lan, avec création d'un serveur Lan. Et pour finir, le mode multijoueur à écran scindé. De quoi s'amuser déjà de bonnes heures.

Bien sûr, F1 2020 propose toujours son onglet eSport, avec tous les détails de la saison eSport du jeu. Un onglet showroom, pour visionner les différentes F1 de 2021, F1 de 2020 et les F1 de joueur. Et pour finir, le mode personnalisation. Ce dernier est plus complet que l'année précédente. Tout d'abord, parce qu'on a le droit de personnaliser plus en détails les monoplaces, l’équipement de notre pilote, ou encore, l'insigne de notre profil. Bien évidemment, il est toujours possible, pour ceux qui ne seraient pas créateurs dans l’âme, de sélectionner des personnalisations prédéfinies. Comme pour l'année précédente, on retrouve le fameux podium pass, qui permet de débloquer de nombreux skins, et autres éléments de personnalisation, en accomplissant des missions, et en gagnant de l'expérience. On le retrouve en version payante, mais aussi gratuite, pour ceux qui ne souhaiteraient pas payer pour des skins.


Côté nouveautés, on retrouve les nouveaux circuits du calendrier. Ce qui n'est pas une surprise en soi. Mais surtout, on découvre le fameux mode Point de Rupture. Une histoire solo qui nous raconte l'histoire d'une rivalité entre l'ancien pilote et le petit rookie, qui vont devoir jouer les coéquipiers pendant 2 saisons.

Drive To Survive by Codemasters

Dans F1 2021, l'une des plus grosses nouveautés du jeu, c'est le mode Point de Rupture. Une histoire solo, qui nous rappelle un peu la série Netflix, Drive To Survive. Sauf qu'au lieu de découvrir les hauts et les bas de toutes les écuries, on va découvrir l'histoire d'une seule écurie, qu'on aura sélectionné au début de l'aventure. Le mode Point de Rupture nous raconte les premiers pas du rookie Aiden Jackson, qui, après avoir réussi sa saison en F1, se retrouve au côté d'un ancien pilote, Casper Akkerman.


Le mode Point de Rupture se déroule en plusieurs chapitres, et surtout, en deux parties. La première, on y contrôle le Rookie, Aiden Jackson, qui va essayer de se faire une place au sein de son écurie. Malheureusement, son coéquipier, Casper Akkerman, le prend assez mal d'être relégué en second pilote. Et une rivalité va se construire, avec l'aide d'un certain Devon Butler. Le petit Rookie arrogant de F1 2019, qui fait son grand retour, avec toujours sa tête à claques.

Pendant plusieurs chapitres, on va permuter entre courses entières, avec objectif de classement, et petite partie de course de quelques tours, afin d'atteindre des objectifs, comme doubler un certain pilote, ou faire le meilleur temps au tour. Pendant cette histoire, qui est admirablement bien écrite, et surtout très bien jouée, on aura que très peu d'interaction à faire. Aucun essai libre, ou qualification. Pas de stratégie de stand. Et 0 réglage. Seules les difficultés rendront plus ou moins facile cette histoire. De notre côté, on a opté pour le mode difficile. Et mis à part deux trois courses qui nous ont donné du fil à retordre. L'histoire a été plutôt facile.


Point de Rupture nous montre vraiment les différents problèmes que peuvent rencontrer les pilotes lors d'une saison de F1. L'impact que ça a sur l'écurie, les autres pilotes, ou encore, la famille. On le voit que l'histoire n'a pas été écrite sur un coup de tête. Il y a eu un véritable travail derrière. Ce qui rend Point de Rupture vraiment agréable. On regrette tout de même que l'histoire s'arrête aussi rapidement. On aurait adoré la continuer, encore et encore. En espérant que Codemasters garde cette idée d'histoire pour le prochain opus.

Mon écurie, mes règles ?

Véritable nouveauté de F1 2020, le mode Mon Écurie est toujours de la partie. Dans ce mode ultra complet, réalisable, pour la toute première fois, à deux, on va devoir créer notre propre écurie, et la hisser au sommet de la gloire. On démarre ce mode en créant notre propre pilote et son écurie. Baquet, sponsor, moteur, coéquipier, couleurs. Comme pour la saison précédente, on va devoir créer une écurie, avec un budget limité. Une fois prêt, on va se lancer dans une carrière, plus ou moins longue, selon nos paramètres de préférence. Le but de ce mode, va être de gagner des GP, afin de monter la réputation de son écurie, d'améliorer ses voitures, et d'embaucher le meilleur coéquipier possible. Avec en seul objectif, devenir champion du monde des pilotes, et champion du monde constructeur.


La carrière de F1 dans le mode Mon Écurie se déroule comme une carrière pilote. On choisit la durée de la saison. On fait quelques réglages dans les paramètres, pour adapter chacune des courses, et petite nouveauté, on ajoute des icônes Mon Écurie. Cette dernière option est payante. Donc, on n'en parlera pas. Depuis notre QG, on va pouvoir gérer notre calendrier, acheter diverses améliorations, utiliser ses points pour la R&D. Rien de bien nouveau, par rapport à la saison précédente. Le seul changement se trouve sur la piste. Car le reste, tout est identique à F1 2020. Il faudra gagner de l'argent pour effectuer un maximum d'amélioration. Faire grandir la notoriété de l'écurie. Et tout faire pour qu'un champion tel que Lewis Hamilton puisse accepter un jour de nous rejoindre.

Pendant les week-end de course, il faudra penser à effectuer les différents programmes d’entraînement, afin de gagner des points de ressources, utilisable pour améliorer les performances de sa monoplace, dans le programme de recherche et développement. Cette année, ces programmes ont été simplifiés. Ils sont donc plus accessibles, et surtout, plus rapides à effectuer. On peut réaliser plusieurs programmes identiques, en une seule fois. Ce qui nous évite de toujours retourner au stand après chaque programme. En un seul essai libre, il est possible de terminer tous les programmes. Contrairement à F1 2020, où il fallait minimum 2 séances pour tous les terminer. Un changement appréciable.


Pour finir, on va parler d'un mode qui nous a surpris, c'est le nouveau mode carrière à deux joueurs. Dans ce monde, on reste dans un format classique du mode carrière, avec la R&D, et autres. Mais il est possible de le faire avec un ami, via la coopération. On fera toute une saison en tant que coéquipier dans la même équipe, avec la possibilité, si on le souhaite, de changer d'équipe, pour être des adversaires. On suit le même calendrier. Et on se partage quelques éléments de R&D. Une nouveauté parfaite pour les fans de F1 qui ont toujours voulu faire une saison complète avec un vrai coéquipier, et non un IA. Malheureusement, ce mode est uniquement en ligne. Et même le mode scindé ne permet pas de faire une carrière à deux.

Champion du monde, en ligne !

Comme toujours, Codemasters pense aussi aux joueurs qui préfèrent s'affronter aux autres pilotes du monde entier, ou simplement s'affronter en famille, ou avec des amis. Le mode multijoueur propose du multijoueur en scindé. Un mode Lan, qui permet d'organiser des Lan Local, avec la possibilité d’héberger, ou de rejoindre une partie. Le mode partie amicale et classée. Les ligues. Et les fameuses épreuves hebdomadaires.


Lors des parties classées, on retrouve notre Super Licence qui enregistre tous nos résultats, pour que les autres joueurs puissent voir nos performances. Il y a aussi notre rang de pilote. Le niveau de sécurité. Et notre note d'assiduité en ligue. Sans oublier notre vitrine à trophées, pour montrer aux autres joueurs, nos meilleurs exploits. De ce côté, il y a eu très peu d'améliorations.

Encore plus réaliste ?

Les années passent, et Codemasters continue de se surpasser. F1 est le jeu de F1 le plus réaliste qu'on peut retrouver sur notre PC et nos consoles. Et cette année, on a encore le droit à une véritable prouesse technique de la part des développeurs. Encore plus beau et réaliste que l'opus précèdent, F1 2021 montre de quoi il est capable. Merci la Next-Gen ? Peut-être. Mais le réalisme sur route est encore plus impressionnant. Les monoplaces proposent une modélisation fidèle, intérieur et extérieur. Les petits détails sont toujours là, avec les effets de pluies, l'usure de la gomme, les pneus éclatés. Et le petit plus, les cinématiques du mode Point de Rupture, qui nous en mettent plein la vue. Surtout lors des scènes sur circuit. On a l'impression de regarder un Grand Prix. Sans oublier le réalisme de chacun des personnages. Bon, il y a toujours cette journaliste, Claire, qui n'est pas la plus jolie du Paddock. Mais Will Buxton est reconnaissable facilement, tout comme Toto Wolf, ou les autres stars des Paddocks. Une fois de plus Codemasters nous surprend, et pousse les limites du réalisme au maximum.

Côté conduite par contre, c'est une autre histoire. Même si avec le G920, on a pris un plaisir à conduire chacune des monoplaces du jeu. On a eu beaucoup de mal à trouver le réglage parfait. On a passé une bonne heure, pour avoir le meilleur ressenti possible. Alors que l'année précédente, on avait trouvé la prise en main agréable, dès les premiers tours de pistes. Mais après quelques ajustements, on a pu s'adonner à notre plaisir coupable de chaque année, prendre la piste des plus belles pistes du monde, avec notre volant. La physique est toujours poussée à son maximum. On ressent la moindre petite sensation quand on roule sur un vibreur, ou on fait du hors-piste. La piste humide est moins impressionnante cette année. Mais les sensations sont toujours un peu là.


L'IA a eu le droit à quelques ajustements aussi. Moins dangereux et plus pro. On peut enfin prendre du plaisir à chaque course, avec des très beaux duels. Ce qui nous avait manqués en 2020. Certes, il y a toujours quelques erreurs de leur part. Mais ça reste plus proche de ce qu'on voit en vrai. Et pour un jeu qui se veut réaliste, c'est ce qu'il faut.

Un nouveau départ ?

Pour conclure, F1 2021 est tout simplement une réussite. Même si le jeu ne change pas grand-chose à sa formule. Les quelques améliorations permettent de le rendre encore plus réaliste et appréciable. Bien sûr, ce qui fait le charme de ce nouvel opus, c'est son Point de Rupture, qui est tout simplement une réussite. On n'a jamais autant apprécié une histoire solo dans un jeu de sport. Et on n'oublie pas non plus l'idée de génie de Codemaster, d'ajouter un mode deux joueurs à la carrière. Ce premier épisode Next-Gen est tout simplement parfait. Et on ne voit pas comment un concurrent pourrait faire mieux.


2,683 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout