top of page
  • Photo du rédacteurCouple of Gamer

[Test'1D][Steam] Death or Treat


Disponible le 11 mai sur Nintendo Switch, PlayStation, Xbox et Steam, Death or Treat est un roguelike en 2D, plein d'humour, développé et édité par Saona Studios, où l'on va incarner un petit fantôme du nom de Scary, afin de restaurer l'esprit d'Halloween dans le monde, en détruisant l'entreprise de Clark Fackerberg, Faceboo. Et après une petite récolte de bonbons, en explorant les différentes branches de la société Faceboo, il est temps pour nous de donner notre avis sur ce petit jeu, qui aurait pu être parfait pour Halloween.

Trailer du jeu

Death or Treat est un petit hack'n'slash roguelike qui nous raconte l'histoire de Scary, le propriétaire de Ghost Mart, numéro 1 dans la fabrication de bonbons d'Halloween, qui est sur le point de faire faillite. Clark Fackerberg, le fondateur de FaceBoo! s'est mis à distribuer du Storyum, une drogue qui absorbe l'espoir et la volonté qu'éprouvent les habitants de HallowTown pour Halloween. Afin de restaurer un peu de magie et d'esprit d'Halloween aux habitants, Scary va donc devoir détruire FaceBoo. Mais avant ça, il devra détruire les 3 branches de FaceBoo, Darkchat, Deviltube et RipTok.


Dans Death or Treat, on va donc partir à l'aventure avec Scary. Muni d'un petit bâton, pour commencer, ainsi que l'un des trois pouvoirs de notre fantôme, on va devoir enchainer les 4 mondes du jeu, afin de venir à bout de Clark Fackerberg. Dans ces mondes, on devra vaincre une multitude d'ennemis, qui permettront de récolter des bonbons, ainsi que diverses ressources. Chaque monde proposera son propre univers, avec son petit lot de nouveaux ennemis à chaque fois. À la fin d'un niveau, on devra vaincre un boss, afin que l'on puisse accéder au niveau suivant.

Les niveaux de Death or Treat ne sont pas bien long. Il faudra compter une vingtaine de minutes pour en venir à bout. Et une bonne heure pour terminer le jeu. Bien sûr, le jeu étant un roguelike, ça ne sera pas toujours simple de pouvoir progresser dans l'aventure. Heureusement, à chaque mort, on retournera dans notre petit village d'HallowTown. Dans ce lieu, grâce aux bonbons et aux ressources récoltées dans les différents niveaux, on pourra construire quelques boutiques. Ces dernières seront très importantes pour progresser plus facilement dans l'aventure. On aura une armurerie, qui permettra de fabriquer l'une des 16 armes du jeu. Ces armes devront être fabriquées avec des bonbons et des ressources. Ensuite, on aura un petit café, qui va nous servir à améliorer notre santé et notre régénération, en échange de quelques bonbons et ressources. Il y aura aussi le Nécrosoft, qui va nous permettre d'améliorer les compétences de notre héros. On trouvera aussi une boutique d'échange, pour récupérer des bonbons contre des ressources. Et pour finir, il y aura la boutique de Joe, qui va nous servir à acheter des emplacements, pour garder plus de ressources à notre mort.


Grâce à l'amélioration des différentes compétences de Scary, ainsi que la fabrication de nouvelles armes, on aura plus de chance de survie dans les niveaux. Même si pour un roguelike, le jeu est très loin d'être difficile. Que ce soit un ennemi ou un boss, tous les coups peuvent facilement être esquivés. Et si on fait très attention, l'ennemi aura très peu de chances de nous toucher. Pourtant, dans Death or Treat, on va mourir de nombreuses fois. La plupart du temps, ça ne sera pas de notre faute. Mais celle de la jouabilité, qui, contrairement à un petit Have a Nice Death, sera loin d'être parfaite. Chaque coup porté fera avancer notre personnage. Ce qui nous mettra souvent en danger pour rien. Les dash ne serviront à rien contre certaines attaques. Et on pourrait même se faire toucher lors d'un dash. Mais le pire de tout, c'est quand un ennemi en cachera un autre. Nous empêchant de voir l'attaque d'un ennemi caché derrière un ennemi plus imposant.

Heureusement, ou pas, Death or Treat est rempli de bugs. Et parmi les plus avantageux, on va avoir le bug des ennemis qui n'attaquent pas. Ils se déplaceront à côté de nous, sans nous calculer. Nous permettant de les attaquer en toute liberté. Ce bug s'ajoute aux ennemis invincibles. Heureusement, pour ces derniers, il suffira simplement de les esquiver. Certes, ce ne sont pas de gros bugs. Et la plupart devront être corrigés avec un petit patch Day One.


Death or Treat est un petit roguelike à la direction artistique très agréable, dessinée à la main. Les personnages, ainsi que les ennemis, sont tous adorables. Ce qui rend l'aventure très mignonne, malgré son côté punitif. Mais ce qu'on retient surtout de cette aventure, ce sont les nombreuses références aux réseaux sociaux et personnalités. Riptok, FaceBoo, Joe Bite Them, ou encore, Clark Fackerberg. Sans oublier les petits clins d'œil aux différentes grandes marques, et bien d'autres. Les développeurs ont misé sur l'humour et le charme. Et ça fonctionne plutôt bien.


Pour conclure, Death or Treat n'est pas un mauvais jeu. Mais il est aussi loin d'être parfait. C'est un jeu plein d'humour, avec une adorable direction artistique, qui nous donne envie d'enchaîner les niveaux. Mais les différents bugs, ainsi que la jouabilité, parfois désastreuse, va rendre l'aventure moins agréable que prévu. À voir maintenant si certains des bugs seront corrigés avec le patch Day One.


233 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page
Couple of Gamer ...