• Couple of Gamer

[Test][Steam] Blue Reflection: Second Light


Disponible le 9 Novembre sur PC, PlayStation et Nintendo Switch, Blue Reflection: Second Light est un JRPG développé par GUST, et édité par KOEI TECMO GAMES, qui est la suite de BLUE REFLECTION, sorti en 2017. Dans cette toute nouvelle aventure, on suit l'histoire de plusieurs étudiantes qui coopèrent dans un monde mystérieux. Et après avoir suivi leur périple, il est temps pour nous de donner notre avis.

Trailer du jeu

À la recherche de nos souvenirs.

BLUE REFLECTION : Second Light suit les aventures d'étudiantes qui se retrouvent transportées dans une mystérieuse académie flottante, à la recherche d'indices pour rentrer chez elles, avec seulement leur nom comme souvenirs. Un jour, un chemin menant à une nouvelle terre apparaît, mais lorsque les protagonistes se lancent pour percer le mystère, elles se heurtent à une horde de monstres mortels. En luttant contre les ennemis, elles débloquent des pouvoirs inconnus qui semblent approfondir la nature cryptique de leur environnement.


Ce RPG nous met dans la peau d'Ao Hoshizaki, une étudiante qui a vu sa vie basculer. On commence notre aventure dans un lycée. Alors qu'on a aucun souvenir de notre passé, on va fouiller les lieux afin de trouver des réponses, en compagnie de nos nouvelles amies.

Pour progresser dans l'aventure de BLUE REFLECTION : Second Light, on va devoir suivre une suite de quêtes, qui va nous permettre de retrouver la mémoire, et tenter de trouver une sortie. Pour cela, il va falloir parcourir différents donjons pour trouver des morceaux de souvenir des différentes protagonistes que l'on rencontrera tout au long de notre aventure. Entre temps, il faudra redonner vie à l'école, et établir des liens avec nos nouvelles alliées.


Le jeu se déroule en 11 chapitres. Dans ces derniers, on va permuter entre exploration, combats, construction et narration. Bon, la narration prendra une part plus importante que le reste. Car, entre les différentes quêtes secondaires, les histoires des personnages, et bien sûr, l'histoire principale, BLUE REFLECTION: Second Light a beaucoup d'histoire à nous raconter.


Pendant la quête principale, 3/4 du temps, il faudra arpenter les donjons à la recherche de souvenirs. Du côté des quêtes secondaires, on aura surtout des petits objectifs tout simples à réaliser, qui nous demanderont de rester à l'école, ou parfois, de retourner dans les donjons. Par exemple, tuer une espèce spéciale de monstres, s'infiltrer discrètement dans certains lieux, ou construire un élément spécial. Ces quêtes secondaires vont nous permettre de débloquer des points de talents, qu'on pourra dépenser, en échange de techniques ou de boost, qui nous aideront aux combats.

Retour sur les banc de l'école

L'histoire et les donjons prennent une place très importante dans BLUE REFLECTION: Second Light. Mais au final, notre vie à l'école va elle aussi être décisive pour la suite de notre aventure. Bien sûr, le jeu n'est pas là pour nous faire reprendre le banc de l’école. Il faudra surtout lui redonner vie. Pour cela, tout au long de l'aventure, les filles que l'on va rencontrer vont nous demander de créer divers lieux afin de redonner vie à l'école. Chacun de ces lieux à construire ne seront pas tous demandés. Certaines fois, si l’envie nous prend, on pourra reconstruire des lieux, juste pour le plaisir. Il y aura toutes sortes de lieux à créer, par exemple un piano, un arrêt de bus, ou encore, un stand de friandises. Pour construire, ou même améliorer, ses différents lieux, il faudra les échanger contre des matériaux que l'on récoltera dans les divers donjons du jeu. Mais pas tous, beaucoup de matériaux devront être créés via une table dédiée au craft. Par exemple, une planche en bois ou une plaque de métal. Évidemment, cette table aura plein d'autres utilisations. Il sera aussi possible de créer différents repas, bombes ou outils, qui nous aideront lors de l'exploration ou lors des combats. Car il n'y a pas de boutiques dans le jeu. Tous les objets doivent être créés.

Le plus grand défaut de BLUE REFLECTION: Second Light, c'est que toutes les constructions sont entassées sur des lieux prédéfinis hors de l'école. Quand il n'y a plus de place, il faut attendre une quête secondaire qui nous demande de réparer un autre espace, afin d'y cumuler tout ce que l'on n’a pas pu installer. Personnellement, on aurait préféré que nos objets puissent être placés dans l’école. Quand on pose un stand ou un arrêt de bus, c'est normal qu'ils soient à l'air libre. Mais un ours géant ou un lit, ce n’est quand même pas le meilleur des endroits. Malheureusement, pour progresser dans le jeu, il faut faire avec.


Les lieux qu’on va créer ou améliorer auront tous un rôle à jouer dans l’école. Certains vont nous permettre de nous donner du boost. D’autres vont servir à récupérer des objets impossibles à créer. Ou encore, à nous ouvrir la voie pour des rendez-vous en tête à tête avec les filles que l’on rencontrera au fil de l’aventure. Les rendez-vous auront une place importante dans le jeu. Car ces derniers vont permettre de créer des liens entre les filles, afin qu’elles débloquent de nouveaux talents, indispensables pour les combats.

Girls Power !

Bien sûr, pour pouvoir créer tout ça, il faudra forcément passer par la case donjon. Et évidemment ça ne sera pas une promenade de santé. On va donc être amené à vaincre les nombreux ennemis qui nous barrent la route dans ces donjons. Les combats se déroulent au tour par tour. Sauf que le système de BLUE REFLECTION: Second Light est assez différent des autres JRPG. Pour vaincre nos ennemis, on a une barre de temps qui va de 0 à 5000, et qu’il faut charger plus ou moins longtemps selon la technique que l'on veut utiliser contre un ennemi. Plus l'attaque demande du temps, plus elle est puissante. Mais cela peut varier aussi de l'ennemi qui se trouve en face de nous. Certaines attaques ont des effets plus ou moins efficaces selon l’ennemi. Ce qui donne un côté stratégique au jeu. Et l'avantage, c'est qu'on n’a pas de PM. On peut donc effectuer n’importe quel sort à volonté. Il faut simplement un peu de patience. Contrairement à nous, notre ennemi commence à 5000p, et il doit descendre à 1000p pour pouvoir attaquer. Certes, la barre est plus rapide à charger. Mais on peut tenter de le ralentir ou de le faire reculer pour gagner du temps.

En enchaînant les combats, ou lors d’un combat, tout dépend du niveau des ennemis, nos héroïnes vont augmenter leur niveau de transformation. Il y a plusieurs niveaux disponibles. À chaque fois qu’une héroïne monte d’un niveau, de nouvelles techniques de combat vont faire leur apparition. Au niveau 3, elles se transformeront automatiquement, les rendant plus puissantes. Si on enchaîne les combats, ce niveau ne descend pas tout de suite à 1. Ce qui permet parfois de démarrer un combat avec des techniques de niveaux 4 ou 5 par moment. Bien sûr, ce système ne remplace pas le système de niveau de personnage, qui est lui aussi présent. En terminant un combat, on gagne aussi de l'expérience, qui va nous permettre de monter le niveau de nos personnages, et aussi leurs statistiques.


Lors des combats de boss, on va découvrir une autre phase de gameplay. Si un boss nous prend en tête-à-tête, on va perdre le système de combat au tour par tour. On va avoir un système plus classique, où le but sera d’appuyer sur les différentes touches, afin d’effectuer des attaques. Mais il ne faudra pas non plus appuyer rapidement sur les touches. Car chaque attaque a un temps de chargement. Il faudra donc être tactiques lors de ces phases de combats un peu spéciales.

Un univers mystérieux.

BLUE REFLECTION: Second Light propose un univers un peu vieillot. Il nous donne plus l'impression d'être sur un remaster d'un vieux jeu, qu'une nouvelle aventure qui vient de sortir. Mais clairement, cela n'enlève rien à son charme. Il nous propose des univers différents lors de chaque donjon. De sublimes animations en combats. Un bestiaire complet, avec des ennemis parfois trop adorables. Et surtout, de très beaux panoramas. Donc, même s'il n'est pas parfait graphiquement, l’aventure reste agréable à découvrir dans son ensemble.


De plus, le jeu nous offre une bande son magnifique, ce qui nous met dans l'ambiance dès le début. Et elle ne s'arrête jamais. D'ailleurs, certains airs ont le don de rester dans la tête. Le jeu propose aussi quelques doublages japonais lors des cinématiques, qui nous plongent à merveille dans ces dernières. Bon, on regrette tout de même l'absence de version française. Une fois de plus, on s'assoit dessus. Et on doit subir de longues narrations en anglais. C'est un peu dommage. Car l'aventure aurait tellement été plus prenante en français.

La fin de l'été.

Pour conclure, BLUE REFLECTION: Second Light est un JRPG marquant. Certes, à première vue, il est un peu vieillot. Mais même en anglais, l'histoire arrive tout de même à nous tenir en haleine pendant de nombreuses heures. On se laisse transporter par le jeu sans jamais s'arrêter. Une très belle réussite au final, malgré ses quelques défauts.


2 589 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout