• Couple of Gamer

[Test][PlayStation 5] Ghost of Tsushima: Director’s Cut


Après une sortie en juillet 2020, le jeu de Sucker Punch, exclusif à la PlayStation, Ghost of Tsushima, qui a réussi à marquer la fin d'une génération de console, est de retour depuis le 20 août sur PlayStation 4 et PlayStation 5, dans une version Director's Cut. Ce retour à Tsushima permet de reprendre le récit de Jin Sakai, à travers une nouvelle histoire, sur l'île d'Iki. Un petit havre de paix, où Mongols et Pirates se font la guerre. L'occasion aussi de découvrir l'effet PlayStation 5, sur un jeu qui avait déjà tout pour plaire sur la PlayStation 4. Mais ce retour valait-il vraiment une Director's Cut ? Ou une simple mise à niveau, avec le DLC en prime, aurait été suffisante ?

Trailer Ghost of Tsushima: Director’s Cut

Le retour du vengeur de Tsushima.

Pour ce test, nous allons reprendre les grandes ligues de notre test de la version PlayStation 4. Histoire. Gameplay. Exploration. Pour ceux qui souhaiteraient un avis plus détaillé sur l'île d'Iki. Il suffira de se plonger dans notre paragraphe dédié à cette partie. Concernant la version PlayStation 5 et ses améliorations. Il faudra se rendre dans l'avant dernier paragraphe.


L'histoire de Ghost of Tsushima se déroule en plein Japon du 13ème siècle. Alors que l'armée du chef Mongol Khotun Khan part à la conquête de l'île de Tsushima, la faible armée japonaise de l'île, composée de seulement 80 samouraïs, et dirigée par Shimura, tente de résister à l'envahisseur. Malheureusement, face à ce déferlement de puissance de la part des Mongols, et la perte de nombreux samouraïs, Shimura capitule, et devient le prisonnier de Khotul Khan. Mais son neveu, Jin Sakai, ne va pas en rester là. Et va tout faire pour sauver son oncle, en tentant d'affronter Khotul Khan en personne. Une bataille très vite expédiée par le Khan, qui après quelques coups de lance, éjecta l'un des derniers samouraïs de Tsushima, du haut d'un pont. Par chance, il parvient à survivre grâce à une jeune guerrière, Yuna. Avec elle et d'autres guerriers, il va tout faire pour sauver son oncle, et sauver Tsushima des envahisseurs Mongols.

Dans Ghost of Tsushima, on y contrôle donc Jin Sakai, Samouraï du clan Sakai, et membre de l'armée de son oncle, qui rêve de vengeance. Mais surtout qui souhaite anéantir les Mongols qui envahissent l'île de Tsushima. Pour arriver à ses fins, Jin Sakai va devoir trouver des guerriers. Et surtout parcourir l'île dans toute sa superficie. L'histoire de Ghost of Tsushima se déroule en plusieurs récits. Dans un premier temps, le voyage de Jin qui est le récit principal du jeu. Il est composé de 3 actes et d'une vingtaine de quêtes, nous racontant la vengeance de Jin Sakai, et l'évolution de son image auprès des villageois de Tsushima. Ce récit principal est clairement le nerf de cette guerre entre les Mongols et les derniers guerriers de l'île. Il faudra compter une bonne vingtaine d'heures pour y venir à bout. Bien sûr, l'île de Tsushima a aussi une histoire. Que ce soit les habitants que l'on rencontre sur cette île, ou nos différents alliés, il n'y a pas que la guerre. On a donc aussi des quêtes secondaires qui se débloqueront au fur et à mesure que l'on avance dans le jeu, ou que l'on rencontre des personnes. On appelle cette partie, les récits de Tsushima. Et pour finir, un peu moins nombreux que les autres, les récits mythiques. Ils vont permettre de découvrir des légendes qui se racontent sur l'île de Tsushima. Et ainsi gagner des nouvelles techniques de combat, ou équipements.


Pour vraiment apprécier comme il se doit Ghost of Tsushima, il faudra compter entre 40 et 50 heures de jeu. Histoire de ne pas découvrir que le récit principal du jeu.

L'île d'Iki ou le voyage dans le passé !

La version Director's Cut de Ghost of Tsushima nous fait voyager sur l'île d'Iki. L'histoire commence par une quête que l'on récupère dans l'île de Tsushima. Les Mongols sont prêts à attaquer. Ils ont pris le fort Sakai sur l'île d'Iki. On va donc partir sur l'île avec quelques soldats, afin de régler nos comptes, une bonne fois pour toutes, avec ces Mongols. Malheureusement, pendant notre voyage en mer, on va perdre nos hommes. On se retrouve donc seul sur cette île, contre des envahisseurs, plus coriace que jamais.


L'île d'Iki propose des récits, comme sur l'île de Tsushima. À travers 9 récits, on va devoir trouver des alliés auprès des pirates, afin de mettre un terme aux agissements de l'Aigle, le nouveau chef Mongols qui menace d'envahir Tsushima. Bien sûr, pendant notre nouveau voyage, on aura des récits secondaires, au nombre de 7. Et deux récits mythiques. Mais l'exploration de l'île d'Iki sera surtout un vaste voyage dans le passé de Jin Sakai. Pendant toute notre aventure, on découvrira des lieux qui ont bercé l'enfance de notre Samouraï. Et grâce à de nombreux Flash-back, on va en apprendre plus sur son histoire. Ces petits retours dans le passé font la force du récit que l'on va vivre sur l'île d'Iki.

Comme pour l'île de Tsushima, l'île d'Iki offrira de nombreux petits lieux à découvrir. Le jeu reste fidèle à lui-même. Mais il ajoute quelques nouveautés, qui donnent envie d'explorer cette nouvelle île. Par exemple, nos différentes ressources récoltées serviront à aider un villageois à construire sa maison. Ou encore, le sanctuaire des animaux permettra de jouer de la musique, afin de caresser différentes bêtes. Pour ce dernier, il faudra s'aider du Gyroscope de la manette, pour suivre le rythme de la musique. Même si les récits se terminent assez rapidement, environ 6 heures maximum. L'exploration et la découverte de tous les secrets de l'île d'Iki permettront de perdre une bonne dizaine d'heures.


Bien sûr, le jeu propose aussi une petite nouveauté côté techniques fantômes. Sauf que ce n'est pas Jin qui aura le droit à cette nouveauté. Mais son cheval. Grâce à la charge montée, il sera désormais possible de charger les ennemis à cheval. Un petit plus qui est très utile quand un groupe d'ennemis se promène, et qu'on n'a pas vraiment envie de perdre du temps à combattre.

Le fantôme à l'attaque.

Principalement, pendant l'aventure de Ghost of Tsushima, on sera en mode combat. En tant que samouraï, Jin maîtrise déjà quelques techniques de Deflexion et d'esquive, qui vont permettre de mettre à genoux tous les soldats Mongols qui se dresseront face à lui. Pour faire simple, avec des attaques simples, puissantes, une parade, et une bonne esquive, on pourrait croire qu'il n'est pas nécessaire d'en apprendre plus. Mais plus on avance dans l'aventure, plus on débloque de nouvelles techniques. Tout d'abord, grâce aux récits mythiques, il sera possible de débloquer jusqu'à 4 techniques mythiques, qui seront très utiles face à l'ennemi. Tuer des chefs Mongoles débloquera aussi 4 postures de combat. La pierre, l'eau, le vent et la lune. Ces postures vont servir à faire face aux divers ennemis rencontrés lors de son voyage sur l'île de Tsushima. Car chaque ennemi aura sa façon de se battre, et surtout son arme de prédilection. Et les postures vont servir à défaire les différents ennemis du jeu, sans trop de difficulté. Il est tout à fait possible de garder qu'une seule posture du début à la fin. Mais il sera plus long de vaincre un ennemi armé d'une lance, ou d'un bouclier, avec la posture de la pierre.

Parfois, il sera possible de lancer des confrontations face aux ennemis. Ce style de combat figé dans le temps, va demander beaucoup de réflexe, pour tuer d'un seul coup de Katana l'ennemi. Pour ce faire, il faudra maintenir le bouton triangle, et le lâcher juste avant que l'ennemi passe à l'attaque. Par la suite, il sera possible de tuer plusieurs ennemis lors des confrontations. Mais ce n'est pas tout. En effet, au fil de l'aventure, Jin Sakai va laisser son Bushido, pour faire place à de nouvelles techniques de combat. Il se transformera en fantôme, lui débloquant de nouvelles techniques et armes fantômes. Des Kunaïs qui vont permettre de déstabiliser tous les ennemis qui seront touchés par ces derniers. Des bombes fumigènes pour aveugler les ennemis, et les assassiner avec sa lame courte. Ou encore des bombes collantes et explosives. Sa transformation en fantôme de Tsushima va aussi permettre d'accéder à quelques tactiques évolutives, et ainsi être plus discret.


Alors que l'on pourrait croire que Jin Sakai a perdu tout honneur en changeant de voie. De nombreux combats se dérouleront en Duel. Dans ces derniers, seuls le katana et les techniques de combat légendaires pourront être utilisées. Face à un ennemi toujours plus redoutable, il faudra parfaitement maîtriser ses coups de Katana, ses esquives, et ses parades, pour remporter le duel. Avec ces duels d'une autre époque, Ghost of Tsushima nous offre surement l'une des meilleures façons de se battre, de ces 10 dernières années.

La naissance d'une légende.

L'histoire de Ghost of Tsushima nous raconte aussi la naissance d'une légende. Celle de Jin Sakai, qui avec ses victoires face à l'envahisseurs, va se construire une réputation auprès du peuple. Terminer un récit, ou tuer divers ennemis, permet d'augmenter un peu plus sa légende. Plus elle augmente, plus on débloque des points de technique. Ces points vont servir à débloquer les nombreuses techniques de Samouraï, de postures, et de Fantôme. Au début, il est assez difficile d'augmenter sa légende, ce qui réduit les points de technique acquis lors de l'aventure. Mais le contenu Endgame va permettre d'en gagner plus facilement, en détruisant des bases mongoles qui sont apparue sur l'île de Tsushima. Histoire de débloquer les dernières techniques de Jin Sakai.

Le souffle du vent !

L'exploration de l'île de Tsushima est aussi merveilleuse que les nombreux récits que nous raconte cette île. Il y a de nombreux lieux à découvrir sur cette île. Et certains vont être primordiales pour faire évoluer notre personnage. Tout d'abord, il y a les sources chaudes. Ces dernières qui se trouvent un peu partout sur l'île, vont permettre de se reposer, et de remonter sa santé et sa détermination. Un petit point de repos entre 2 récits ou combats. Découvrir des sources chaudes va surtout augmenter la santé maximale de Jin. Et avec les combats qu'il va rencontrer lors de son aventure. On ne dit jamais non à une barre de santé un peu plus grande. D'ailleurs, lors des combats, il est impossible de prendre des objets de soins. Seule la détermination permet de reprendre un peu de santé. Au départ, on démarre avec seulement 3 points de détermination. Mais en découvrant sur l'île les différents bambous d'entraînement, il sera possible d'augmenter ses points de détermination. Ces bambous d’entraînements sont des petits défis qui permettent de perfectionner notre technique au sabre. Pour les réussir, il faudra enchaîner des combos de touche, à une vitesse parfois difficile.


Sur l'île, il est aussi possible de trouver des sanctuaires dédiés à Inari. Pour les trouver, il faudra suivre les renards, qui sont les messagers de la divinité. Une fois le sanctuaire trouvé, il suffit de l’honorer pour récupérer des emplacements de charme pour le katana Sakai. Il y a 6 emplacements de charme à déverrouiller au total. Par ailleurs, pour récupérer ces fameux charmes, il faudra accomplir certaines quêtes. Mais surtout, il faudra explorer les ruines des sanctuaires Shinto. Véritable petite zone d'exploration. Les sanctuaires Shinto demandent une maîtrise de l'escalade, et du grappin, pour atteindre l'autel. Et il y a bien d'autres surprises sur cette île, comme les éléments cosmétiques. Les zones de réflexions Haïku. Les phares à rallumer. Les piliers de l'honneur. Ou encore, les nombreux artefacts cachés un peu partout sur l'île. Et pour découvrir tous les secrets de Ghost of Tsushima, il faudra, une fois de plus, utiliser ses points de technique, pour débloquer les techniques d'exploration appelées Vent Directeur. Il y a 5 techniques de Vent Directeur à débloquer. Mais pour être sûr de ne rien louper, il faudra aussi être équipé de la tenue du voyageur, qui détectera les artefacts à proximité.

La tenue du guerrier.

On pourrait regretter une chose dans Ghost of Tsushima, c'est son manque d’équipement. Mais en tant que samouraï, Jin Sakai se bat uniquement avec l'arme de son clan familiale. Donc, on peut dire que c'est tout à fait logique de se retrouver avec qu'un seul Katana, du début à la fin. Heureusement, il est possible de personnaliser son apparence grâce à divers Kit de sabre. Cela n'affecte pas la puissance de ce dernier. Mais certaines apparences rendent plutôt bien une fois portées. Bien sûr, il est possible d’améliorer son arme chez un forgeron, grâce à diverses ressources récoltées ou gagnées lors de l'aventure. Le Tanto peut être amélioré que 3 fois. Tandis que le Katana a le droit à 7 améliorations. L'arc court et l'arc long peuvent aussi subir des améliorations. Et bien sûr, diverses apparences.


Par contre, il est tout à fait possible de changer la tenue de Jin. Le jeu ne propose pas énormément de tenue. Mais chacune a son utilité dans le jeu. La tenue d'explorateur qui servira surtout à la recherche d'artefact. La tenue du Fantôme pour améliorer sa discrétion et ses armes fantôme. Ou encore, la tenue du clan Sakai, pour une meilleure résistance en combat. Les tenues ont aussi leur lot d'apparences diverses, et d’améliorations. Pour changer les apparences des tenues, il faudra récolter un maximum de fleurs lors de son voyage. Et les échanger auprès d'un teinturier. Chaque teinturier proposera ses propres couleurs de tenue. Il faudra donc fouiller un peu partout, pour trouver apparences diverses et variées. D'ailleurs, en combinant les bonnes teintures sur les bons équipements, Sucker Punch nous offre un petit clin d’œil de l'un de ses jeux.

Un voyage encore plus beau ?

Ghost of Tsushima nous en avait déjà mis plein la vue sur PlayStation 4. Le jeu offrait l'une des plus belles poésies visuelles du Japon Féodal dans un jeu vidéo. Une certaine magie se dégageait de chaque champ de fleurs, de montagnes, et autres lieux mémorables. Et bien sûr, retrouver toute cette poésie en 4K dynamique jusqu’à 60 fps sur sa PlayStation 5, c'est tout simplement bluffant. Comme pour la version PlayStation 4, Ghost of Tsushima: Director’s Cut est un jeu qui nous donne envie de prendre des photos. Et l'île d'Iki est tout aussi sublime que celle de Tsushima. Certes, les deux îles sont assez similaires. On retrouve ces mêmes champs de fleurs magnifiques. Les vagues qui se brisent avec beauté sur les rochers. L'orage qui gronde en escaladant la montagne. Les sublimes petits villages. Et les immenses palais. Ce qui change vraiment dans l'île d'Iki, ce sont les voyages dans le passé. On a le droit à des jeux de couleurs somptueux, à chaque nouveau flash-back. Difficile de ne pas tomber sous le charme de tous ces plans où l'on voit Jin et son père. Et comme toujours, on a le droit à de sublimes musiques, tout au long de notre aventure. Ce qui n'est pas vraiment surprenant quand on a déjà fait la version PlayStation 4.


De plus, la version PlayStation 5 de Ghost of Tsushima: Director’s Cut offre des sensations agréables à la manette, grâce aux retours haptiques et aux gâchettes adaptatives. On le ressent dès le début de notre aventure. Par exemple, en lançant notre grappin, on aura le droit à une résistance lorsqu'on devra tirer dessus. Certes, on est encore loin des sensations qu'on a pu ressentir en jouant à Astro Playroom. Mais il y a un effort de la part des développeurs, pour tenter de proposer quelque chose avec la DualSense. Et pour l'instant, c'est tout ce qu'on recherche dans un jeu PlayStation 5. On aurait aimé pouvoir utiliser notre souffle pour donner le sens du vent. Une idée qui aurait pu être travaillée. Mais avoir quelques sensations, c'est déjà une bonne chose.

La coupe est pleine.

Pour conclure, même si l'île d'Iki reste une courte expérience. Ghost of Tsushima: Director’s Cut est la version parfaite à faire, si on n'a jamais touché au jeu. Le jeu était déjà une réussite sur PlayStation 4. Mais le refaire sur PlayStation 5, c'est un bonheur sans nom. Du plaisir, du début à la fin. Un voyage en plein cœur du Japon Féodal, ainsi qu'un voyage dans le passé de Jin, qui nous touche en plein cœur. Une poésie visuelle et sonore encore plus belle qu'il y a 1 an. Difficile de ne pas craquer face à un jeu aussi parfait que Ghost of Tsushima: Director’s Cut. Certes, il y aura toujours quelques défauts qui ne plairont pas à certains. Mais quel jeu est vraiment parfait de nos jours.



218 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout