• Couple of Gamer

[Test][PlayStation 5] FIFA 22


Alors que la concurrence a lancé son Free-To-Play, EA continue de proposer, comme chaque saison, sa simulation de football, FIFA. Pour cette saison 2021/2022, comme pour Madden NFL 22, FIFA 22 se lance dans la Next-Gen, avec un opus qui tente de se concentrer sur les consoles de nouvelles générations. Mais est-ce suffisant pour redorer le blason de FIFA, qui se ternit d'année en année ?

Trailer du jeu

Une autre saison commence !

FIFA 22 est enfin là, et signe le début de la Next-Gen. Et pour cette nouvelle saison de foot, ce nouveau FIFA tente de faire évoluer un peu plus son jeu, en proposant quelques nouveautés. Mais dans le fond, FIFA restera FIFA. Et cette nouvelle saison nous le fait bien comprendre. Car au menu, on retrouve l'incontournable FIFA Ultimate Team, avec ses clashs d'équipes, son DRAFT online et solo, ses défis saisonniers, et bien d'autres surprises. Le mode VOLTA, qui fait sensation auprès des joueurs depuis son arrivée. Et les différents modes de jeu, comme la carrière, le club pro, et les différents matchs à jouer seul ou entre amis.


Sinon, rien de bien nouveau à l'horizon. On ne s'attendait pas non plus à un large contenu de ce côté. Car la plupart des joueurs se plongent, comme nous, dans un seul et même mode, FIFA Ultimate Team.

Le mode ultime ?

D'ailleurs, en parlant de FUT, quoi de neuf de son côté. Pour cette saison 2021/2022, EA s'est concentré sur son mode FUT, avec de nombreux modes de jeu, histoire de nous prendre encore plus de temps. Pour commencer, on va avoir les modes classiques, comme le Clash d'équipes, la Saison Rivals, la DRAFT en ligne ou Solo, les défis de création, et surtout, les objectifs. Ces derniers vont permettre de gagner de l'expérience et beaucoup de cartes, pour construire notre équipe de rêve.


Les objectifs de FUT ne sont pas trop compliqués en soi. Mais les défis de la semaine le sont un peu plus. Car pour certains, il va falloir être fort en ligne, face à des joueurs qui paient sûrement pour avoir une belle équipe. Et comme toujours, l'équilibrage en ligne est désastreux. Car pendant que certains joueurs auront les plus belles cartes du monde, d'autres se contenteront des cartes qu'ils ont obtenues. Et la différence est bien trop flagrante. Essayez de passer un trio d'attaque Benzema, Mbappé et Neymar, avec une défense qui compte un certain Marcelo. Le calvaire.

Heureusement, FUT propose de nombreux modes offline, et quelques modes de jeu, comme défends ta base ou nouveau début, qui regroupent un peu moins de compétiteurs. Ces modes, appelés FUT Live amicaux, peuvent servir à remplir quelques objectifs. Même s'il y a toujours des gros joueurs pour venir avec des équipes un peu trop fortes.


On ne va pas se le cacher. Si chaque année on retombe dans les travers de FIFA, c'est uniquement pour le mode FUT. Sans ce mode, on ne s'amuserait pas comme on le voudrait.

Encore Volta ?

Cette année encore, les amoureux du football réduit vont pouvoir se lancer dans l'histoire de VOLTA. Un mode qui permet de faire évoluer son avatar, en jouant des matchs de foot de rue. Pour cette nouvelle saison, on ne voit aucun changement de ce côté là. On a nos matchs, notre personnage, et les milliers de cosmétiques qui vont servir à habiller notre avatar. Pour le reste, Volta reste Volta. On ne s'attend pas non plus à une grosse évolution de ce côté.

Une ère nouvelle pour le football ?

Côté mécaniques de jeu, EA a encore tenté de faire quelques améliorations, pour un meilleur ressenti en match. Tout d'abord, la refonte des gardiens. Cette année, le jeu propose un tout nouveau système de comportement des gardiens, permettant d'avoir un gardien plus réactif, et surtout plus fiable. Enfin, c'est ce que nous dit EA. Car à plusieurs reprises, nos gardiens se sont fait "trouer" par des frappes lointaines, que même un chien comme Didier aurait pu arrêter. Et on ne parle même pas des tirs au but, qui deviennent inarrêtables, car le gardien a un temps de réaction un peu trop long.

Heureusement, il y a de toutes nouvelles tactiques offensives, pour tenter de garder le ballon dans notre camp, et partir vers l'avant, afin de prendre à revers la défense adverse. De très bonnes tactiques, qui ne sont pas infaillibles face aux contre-attaque dévastatrices de notre adversaire. Un bien pour un mal, qui nous laisse penser que c'était mieux avant.


Mais si on regarde de plus près, la vraie évolution se trouve ballon au pied. Dans FIFA 22, on a tout de même le droit à une meilleure physique du ballon. Et ça se ressent lors de nos frappes. Un bon contrôle du joystick peut nous permettre de placer une frappe en lucarne en toute simplicité. Et les passes en profondeur deviennent tout aussi agréables. Le plus difficile reste à placer une bonne reprise de volée. Mais quand on y arrive, on a un beau geste, avec une trajectoire assez réaliste. Bon, dans le mode FUT, certains joueurs montrent une fois de plus le côté "cheaté" du jeu. Et le réalisme perd tout son sens.


Le jeu propose aussi une meilleure gestion des "une deux". De meilleures accélérations, et des appels de balle plus intelligents, qui permettent de jouer plus facilement vers l'avant, ou en contre.

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé.

Cette année, la citation de Lamartine prend tout son sens dans FIFA 22. Au commentaire, on retrouve le bon vieux Hervé Matoux, qui se retrouve seul derrière le micro. Et même si on n'aimait pas trop les répliques de Pierre Menez, le duo apportait quelque chose aux matchs. Le problème, c'est qu'aucune phrase n'a été changée. Et Hervé Matoux se parle tout seul constamment, et c'est déprimant. Même lui est déprimé. Il nous conseille même de mettre les commentaires en espagnol ou en anglais. La tristesse s'est installée derrière le micro, pour une ambiance en match, très fade et loin d'être footballistique.

Next-Gen ? Check VAR !

Après des années à tester FIFA sur PC, nous sommes de retour sur consoles, pour cette nouvelle saison. Et là où la version PC, même en ultra, n'était pas exceptionnelle. La version PlayStation 5 offre un jeu visuellement plus attirant. On a le droit à de très belles modélisations, et un système Hypermotion qui offre plus de réalisme dans les mouvements. Les matchs sont assez plaisants à jouer. Du moins, plus plaisant que sur PC. De plus, les terrains sont magnifiques, et l'ambiance est toujours au rendez-vous. Surtout grâce à la personnalisation des stades du mode FUT.


Mais qui dit Next-Gen, dit DualSense. Surtout sur PlayStation 5. Et de ce côté, on est un peu déçu. Car on nous a promis des sensations, avec la possibilité de ressentir les capacités de nos joueurs au travers des gâchettes adaptatives et du retour haptique. Pourtant, on n'a rien de tout ça. Seules les gâchettes adaptatives vont s'activer lors de l'épuisement des joueurs, pour ne pas forcer sur leurs dernières forces. Pour le reste, on repassera. D'ailleurs, on a essayé de voir si on n'avait pas désactivé la DualSense. Et rien. Un bug dans notre version. Ça ne serait pas le premier. Car lors des matchs, le jeu subit de gros ralentissements, sans aucunes raisons. On a l'impression que la PlayStation 5 va lâcher. Et depuis la sortie du jeu, aucune mise à jour n'a été effectuée. Alors, on attend patiemment.

Check VAR, No Goal !

Pour conclure, FIFA 22 promet monts et merveilles. Et finalement, on a ni l'un, ni l'autre. Les nouveautés ne sont pas flagrantes. Et les sensations de la DualSense sont quasi inexistantes. On a beau chercher quelques qualités, on n'en trouve que très peu. Certes, l'hypermotion apporte un petit plus aux animations en jeu. Mais ça reste très faible pour un opus axé Next-Gen.


1 302 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout