• Couple of Gamer

[Test][PlayStation 5] DYNASTY WARRIORS 9 Empires


Après une sortie sur Steam en décembre dernier, le nouvel opus de la série Empires, Dynasty Warriors 9 Empires, arrive sur PlayStation, Xbox et Nintendo Switch, le 15 février. Développé et édité par Koei Tecmo Games, DYNASTY WARRIORS 9 Empires est un mélange entre le Musô et la gestion d'un royaume, qui nous plonge dans la période captivante des Trois royaumes. On a donc pris les armes pour tenter de prendre le contrôle de tout un empire, le temps de notre test.

Trailer du jeu

L'empire contre-attaque !

Après un petit tour chez les samouraïs l'an passé avec SAMURAI WARRIORS 5, KOEI TECMO Games nous propose un nouveau voyage en Chine, avec le dernier opus, DYNASTY WARRIORS 9 Empires. Très mal accueillis ces dernières années, les jeux DYNASTY WARRIORS s'essoufflent petit à petit. Mais avec un très bon SAMURAI WARRIORS 5, on s'attendait à un renouvellement du côté de DYNASTY WARRIORS 9 Empires. Malheureusement, ce n'est pas cette année que la série trouvera un nouveau souffle.


Même si le concept reste intéressant, mélangeant le côté Musô, avec des batailles 1 contre 1000, et une gestion de son empire. Le jeu peine à nous exalter comme il devrait le faire. Malgré une cinématique de lancement très alléchante. Malheureusement, cette dernière ne représente pas vraiment le jeu.

DYNASTY WARRIORS 9 Empires propose un seul mode de jeu, le mode conquête. Dans ce dernier, 8 scénarios sont disponibles, qui proposent tous une histoire bien spécifique, se déroulant à une époque différente à chaque fois. Bien sûr, les scénarios se suivent. Il est donc préférable de commencer par le premier, qui se déroule à la fin de la dynastie Han, lors de la révolte des Turbans Jaunes, en 184 après J-C. Avant de partir à la découverte de l'histoire, on nous propose de choisir l'un des officiers disponibles. Le jeu propose 94 officiers musou, et plus de 700 officiers génériques. Sans compter ceux créés dans le mode édition du jeu. Donc, inutile de dire que dans tout ça, on n'arrive pas à trouver notre bonheur. Sachant que chaque officier a son style d'arme et son unité militaire. Après avoir sélectionné son officier, on peut choisir la difficulté de son scénario, ainsi que quelques options supplémentaires, comme la mort de l'officier, ou l'affectation auto. Une fois notre partie personnalisée, on peut enfin prendre en main notre empire.


Une partie peut durer entre 5 et 10 heures, selon notre façon de gérer notre empire. Donc, avec 8 scénarios en prime, on s'approche facilement des 80 heures de jeu pour débloquer toutes les cinématiques du jeu.

Longue vie à l'empereur... ou pas !

Quand on commence un scénario de DYNASTY WARRIORS 9 Empires, on va se retrouver à gérer notre royaume. Et notre but va être de conquérir tous les autres royaumes. Mais comme on dit, Rome ne s'est pas construite en un jour. Et dans DYNASTY WARRIORS 9 Empires, la conquête ne se fait pas en un seul jour non plus. On commence donc notre aventure en janvier, avec un petit conseil de guerre, où il va falloir faire quelques choix politiques pour son royaume. Lors d'un conseil de guerre, plusieurs objectifs nous seront proposés. Parmi ces objectifs, seuls, 3 vont pouvoir être sélectionnés. Construire des défenses, augmenter l'or ou les rations, saboter un royaume, recruter des officiers, s'entraîner. Bref, selon notre politique, on va devoir faire les bons choix. Une fois les 3 objectifs sélectionnés, il va falloir fixer ou non un objectif d'invasion. Un choix parfois difficile. Car si on tarde à attaquer, les autres royaumes s'agrandiront, et finiront par nous attaquer. Mais attaquer dès le début rendra la partie gestion plus complexe.

Après le conseil de guerre, on va avoir 3-4 mois pour atteindre nos objectifs. Pour les réaliser, il suffira simplement de sélectionner l'une des stratégies politiques disponibles. On a le choix entre les affaires intérieures, pour gérer tout ce qui est or et ration. Les affaires humaines, pour tout ce qui concerne nos officiers, exil, nomination, ou encore, abandon. La diplomatie pour la création d'alliance, ou l'envoi d'éclaireurs. Les affaires militaires et le recrutement d'officiers, l'amélioration des défenses, ou l'entraînement. Les batailles, afin d'envahir un royaume ou de défendre le sien. Et pour finir, la promenade, qui va surtout servir à découvrir son royaume et ses officiers, lors d'une petite balade de santé. La promenade permettra aussi de tuer quelques loups ou guerriers, afin de récolter de l'or et des rations.


Pour réussir à bien gérer son royaume, il faudra gérer son or et ses rations. Donc, pendant les premiers mois, les affaires intérieures vont jouer un rôle très important pour la survie du royaume. Car, sans rations et sans or, difficile de mener à bien une conquête. Il faudra aussi bien suivre ses objectifs du conseil de guerre, pour récolter un maximum de mérite.


Pendant notre longue quête de conquête, on va aussi avoir de drôle de choix à faire. Et si on se débrouille bien, il sera possible de trouver une compagne ou un compagnon, selon l'officier que l'on contrôle. Et même se marier et avoir un héritier. Ce dernier pourra être envoyé sur le champ de bataille en tant qu'officier. Plus tard, on aura aussi la possibilité de faire un scénario avec cet enfant.

1 contre 1000 ?

Après une bonne préparation du royaume, il va falloir défendre son royaume, ou bien, attaquer d'autres royaumes pour entendre son empire. Et surtout, mettre fin au scénario. Pour cela, il va falloir partir en bataille. Il existe deux types de bataille. Les invasions, où il faudra capturer un royaume proche de nos terres. Et les protections, qui demanderont de protéger nos terres d'une invasion extérieure. Si vraiment, on ne sait pas comment gérer ce genre de bataille, un tutoriel est disponible dès le début du jeu.


Pour faire court, que ce soit l'invasion ou la protection, le but va être de prendre le contrôle des différentes zones ennemies, tout en réussissant quelques quêtes supplémentaires, comme aider à la construction d'une baliste, ou protéger un allié. La seule différence entre les deux types de batailles, c'est que dans l'invasion, on va devoir faire progresser notre armée pour atteindre le château ennemi. Alors que lors des protections, on va devoir empêcher la progression des ennemis, pour qu'ils ne puissent pas atteindre notre château.

Afin de réussir nos batailles, on va devoir prendre le contrôle d'un seul homme, notre officier, qui se battra à 1 contre 1000, ou presque. Car grâce à nos officiers et nos plans secrets, on va pouvoir se battre à arme égale contre l'ennemi. Enfin, plus ou moins égal. Car on sera tout de même très peu contre une armée bien présente sur le territoire. Heureusement, les plans secrets vont permettre de faire du ménage dans l'armée ennemie, grâce à des coups dévastateurs. Les plans secrets vont se débloquer au fur et à mesure de l'aventure. Plus on va progresser dans notre scénario, plus on va mettre la main sur des plans secrets puissants.


Bien sûr, les plans secrets ne feront pas toute la bataille à eux seuls. Pour pouvoir vaincre les soldats ennemis, il faudra aussi avoir un officier puissant. Celui-ci évoluera après chaque bataille, en montant de niveau. Mais pour qu'il soit encore plus puissant, il faudra penser à l'équiper des meilleures armes et artefacts. Logiquement, du côté des armes, on fera très peu de changement au cours de notre aventure. Par contre, au niveau des artefacts, on devra souvent changer, pour pouvoir s'équiper de gemmes puissantes. Les artefacts et les gemmes se gagneront lors des batailles. Mais il sera toujours possible de les acheter.

Selon l'officier, les armes et les artefacts, on aura le droit à 4 types d'attaques spécifiques, pour attaquer les hordes d'ennemies. Contre les soldats ennemis, de simples attaques permettront d'en venir à bout facilement. Mais face à des officiers ennemis ou des créatures redoutables, il faudra être stratégique, en utilisant ses plans secrets, l'étourdissement, les attaques aériennes, ainsi que l'attaque spéciale.


Une fois une bataille terminée, on va avoir la main sur la mort, ou non, des officiers capturés. Plusieurs choix s'offriront à nous. Recruter l'officier, le libérer, ou l'exécuter. Même si le plus facile serait de tous les recruter, ils ne font pas tous le choix de nous rejoindre. Il faudra donc les tuer ou les libérer, selon notre envie. Ce choix aura un impact sur les titres obtenus lors de l'aventure. Tout comme nos choix politiques. Les titres vont permettre de monter certaines stats de notre officier. Mais aussi, débloquer des politiques uniques, et certains plans secrets puissants.

La dynastie s'effondre ?

Même si les scénarios de DYNASTY WARRIORS 9 Empires sont intéressants à suivre. Le jeu est loin d'être parfait. Tout d'abord, lors des 8 scénarios, on va avoir l'impression de toujours faire la même chose. Que ce soient les batailles ou la gestion de son royaume. Une fois qu'on l'a fait pour un scénario, on n'a pas très envie de le refaire pour les autres. Surtout que c'est très long, et qu'à part de nouvelles cinématiques, on ne découvre rien de nouveau dans les autres scénarios.


L'autre défaut du jeu, c'est sa direction artistique. On a beau conquérir un très grand territoire, tout se ressemble. Les châteaux, les forêts, les ennemis. Seuls certains officiers sont plus atypiques que d'autres. Mais ça ne suffit pas à nous dépayser. Même lors des balades, on n'arrive pas à apprécier les décors qui nous entourent. Et parfois, c'est vide et ennuyant. Du coup, on préfère se passer des balades.


Heureusement, il y a certaines cinématiques qui sont magnifiques à regarder. Et elles apportent le petit plus qui manque au jeu. Malheureusement, les cinématiques se font rares. Et parfois, certaines reviennent 3-4 fois lors d'un scénario.

La guerre en pire !

Pour conclure, malgré un très bon concept, DYNASTY WARRIORS 9 Empires reste un opus assez classique, proche de DYNASTY WARRIORS 8 Empires. On a droit au fameux mélange entre les batailles 1 contre 1000, et la gestion de son royaume, avec une certaine répétitivité, qui, à la longue, nous donne envie de faire une grande pause. Certes, les batailles sont parfois jouissives. Mais elles ne le sont pas assez pour nous faire oublier le côté redondant de cet opus. KOEI TECMO Games devrait penser à renouveler le genre, ou prendre un nouveau virage, histoire de donner un second souffle à la série "Empires".


279 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout