• Couple of Gamer

[Test Express][Early Access][Steam] Population Zero

Dernière mise à jour : 29 déc. 2020


Disponible depuis le 5 mai en Early Access sur Steam, Population Zero est un MMO de survie, développé et édité par Enplex Games, qui nous envoie tout droit vers Kepler, avec 168 heures au compteur, pour survivre. Exploration, quêtes, crafts, et surtout survie. La vie sur cette planète n'est pas de tout repos. Mais heureusement, vous n’êtes pas seuls. De notre côté, c'est à deux qu'on a atterri sur cette planète. Et on peut vous vire, ce n'est vraiment pas simple de rester en vie.

A La Découverte de Population Zero

Population est un MMO de survie JcE ou JcJ, qui nous raconte l'histoire d'un survivant, qui vient de s’écraser sur une planète inconnue, sans espoir de retourner sur Terre. Sans but, réparer son module d'hibernation pour survivre. Pour cela, il va avoir 168 heures, pas une de plus. Sinon, il se transformera en créature horrible. Pour éviter le pire, il va devoir explorer Kepler, pour y trouver les outils et ressources nécessaires. Même si pour cela, il devra aider bon nombres de colons déjà sur place. Malheureusement, Kepler n'est pas une planète très sympathique. Et la faune sauvage du coin, ne vous laissera pas vous en sortir si facilement.


Avant d’atterrir sur Kepler, il faudra bien sûr créer son personnage. On y passe très peu de temps, car c'est assez limité. Une fois prêts, plusieurs modes de jeux sont proposés. Mais en tant que nouveau joueur, il faudra obligatoirement passer par le mode PVE, pour y apprendre les bases du jeu. Une fois le niveau 2 atteint, vous pourrez opter pour le mode PvP. Et si vous désirez connaitre le début de l'histoire de Population Zero, il faudra atteindre le niveau 5.

On commence donc notre première aventure dans un monde plutôt calme, qui est le PVE. 168 heures, c'est 7 jours au total. Et pour réussir votre mission, pendant les 7 prochains jours, vous allez devoir explorer, et quêter pour les PNJ du coin. Mais il faudra surtout faire attention à sa soif, sa faim, et sa radiation. L'aventure démarre doucement, mais surement. Avec votre petite arme de départ, vous allez devoir affronter vos premiers monstres. Il y a aussi quelques cueillettes à faire. Tout ce que vous pouvez prendre, il faut le prendre. Car ça vous servira pour crafter différents objets.


Plus on avance dans l'histoire, plus on évolue. Ce qui permet de nous faire gagner des points de compétences. Ces points vont servir à débloquer les technologies, qui serviront à construire de nouveaux objets. Comme de l'équipements, des armes, des outils, et d'autres technologies bien utiles pour la survie. Au début, comme nous étions deux, nous avions opté pour se partager les technologies, histoire de ne pas avoir les mêmes compétences. Malheureusement, le côté ami est encore sous-exploité. Ce qui fait que pour jouer à deux, il va falloir bien se suivre. Car on n'a aucune indication pour trouver ses amis. Bien sûr, le jeu propose aussi un côté RPG, avec différentes quêtes à réaliser. Certaines sont un peu difficiles pour un joueur solo. Il faut donc compter sur les autres joueurs, ou vos amis, pour réussir certaines des quêtes. Car la faune de Kepler est tellement hostile, qu'elle peut vous tuer en seulement trois petits coups. Et ce n'est pas avec les faibles ressources trouvées au tout début du jeu, qu'on réussit à se soigner convenablement, et faire face à la menace. Il faudra donc compter sur le côté MMO du titre, pour pouvoir apprécier le jeu. Pourtant, le jeu propose des armes plutôt redoutables, qui font très mal aux ennemis. Mais comme dit plus haut. Sans soin, c'est difficile de rivaliser.

Si le côté PVE vous ennuie, il est possible, une fois le niveau atteint, de passer en PVP. Ce mode, totalement différent du PVE, vous demandera d'être un survivant expérimenté. Car plus vous mourrez. Plus votre mutation augmente. Ce qui ne vous laisse très peu d'options par la suite. Il faudra donc survivre face à la horde de joueurs, ennemis, mais aussi, mutants. Nous ne sommes pas trop PVP. Mais le concept pourra plaire à beaucoup de joueurs. Et le fait que la mort vous apporte un bonus, permet de rééquilibrer les forces, face aux tueurs de joueurs.


Population Zero est un très bon jeu de survie. On y retrouve les bases. La récolte. Le craft. Les combats. Les technologies à débloquer. Ou encore, la soif et la faim. Et même si la planète n'a qu'un cycle de 7 jours. On prend son temps pour explorer tous les recoins de Kepler. Mais ça reste assez limite. On n'arrive pas à trouver l'amusement qu'on retrouve dans les jeux du même genre. Peut-être aussi à cause d'un manque de lien social. Mais le jeu étant au tout début de son Early Access, on sait qu'il ne peut qu’évoluer.


Car qu'on se le dise, le jeu nous fait voyager dans une planète vraiment magnifique. la direction artistique est très agréable. Même si le bestiaire est souvent le même. Le jeu souffre un peu de problème d'optimisation. On a le droit à quelques bugs de collision. Et certaines animations sont très imprécises. Tout comme certaines actions d'ailleurs. Mais il y a un certain potentiel qui se dégage du jeu, qu'on lui laisse une chance d’évoluer, avant la levée de son Early Access. De plus, Kepler ne livre pas encore tous ses secrets. Alors ne désertons pas tout de suite le jeu.

Pour conclure, Population Zero démarre timidement son Early Access. Mais dégage tout de même un petit potentiel intéressant. De plus, il propose un système de cycle sur 7 jours, qui le différencie des jeux de survie qu'on a l'habitude de faire. Bien sûr, qui dit Early Access, dit jeu en cours de développement. Et on le voit tout de suite que le jeu n'est pas prêt. Il y a des fonctions, comme le côté social, qui ne sont pas encore au point. Et d'autres bugs, qui on l’espère, vont se corriger avec les semaines. On va tout de même continuer de suivre l’évolution de Population Zero. En espérant être surpris dans les prochains moins.


134 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout