• Couple of Gamer

[Test][Epic Games Store] Werewolf : The Apocalypse – Earthblood


Disponible le 4 février sur PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox One , Xbox SeriesX/S et en exclusivité temporaire sur PC via Epic Games Store, Werewolf : The Apocalypse – Earthblood est un action-RPG qui ne manque pas de mordant, développé par Cyanide Studio, et édité par Nacon, qui nous raconte l'histoire de Cahal qui mène une guerre contre la grande entreprise Endron. Mais le mieux, pour en savoir plus, c'est de lire notre test. Pour savoir, si, oui ou non, Werewolf : The Apocalypse –Earthblood vaut le coup. Et bien sûr, on vous garantit un avis sanglant, et sans spoil.

Trailer de Werewolf : The Apocalypse – Earthblood

Un loup garou pas comme les autres !

Werewolf : The Apocalypse –Earthblood nous raconte l'histoire de Cahal qui mène une guerre contre la grande entreprise Endron, accompagné de son clan. Mais suite à un terrible accident, il décide de s'exiler loin de sa meute. Cependant, de nouveaux événements lui feront reprendre le chemin de la meute, afin de terminer le travail qu'il avait auparavant commencé.


Werewolf est un action-RPG, où notre but va être de s'infiltrer dans les bases ennemies, pour mener à bien nos différentes missions. Entre la recherche d'informations ou de personnes, le Contrôle de zones ennemies, et d'autres objectifs plus ou moins court. Cependant, le jeu reste assez linéaire. Et même si on peut se balader un peu dans les locaux d'Endron, il n'y a quasiment rien à faire. D'autant plus qu'il y a très peu de quêtes secondaires. Limitant le plaisir d'explorer. Et sans vraiment forcer, on viendra à bout du jeu après seulement 10 petites heures. Et encore, on a tenté d'explorer au maximum. Une courte durée de vie, pour un jeu qui a fait beaucoup parler de lui.

Cahal, l'homme aux trois visages.

Lorsque l'on parle d'un jeu d'action, on pense surtout aux combats. Dans Werewolf : The Apocalypse –Earthblood, entre pacifiste ou brutal, c'est à nous de choisir qu'elle option nous convient le mieux pour attaquer. Mais dans un premier temps, il faut savoir que dans le jeu, on a 3 types de transformation. La première, le Cahal humain, qui bidouille les câbles et sabote les portes des renforts, qui, blesseront ces derniers, quand ils passeront la porte. Il peut aussi trifouiller les ordinateurs, pour éteindre les caméras et les tourelles. Il est muni d'une arbalète, ce qui permet de faire des one shoot sur certains ennemis, et casser des caméras en hauteur. Mais son meilleur talent en mode humain, c'est sa discrétion, qui permet d'éliminer les ennemis en silence. Du moins, si on ne se fait pas repérer par un autre ennemi, qui nous verrez dans sa ligne de mire. Et même si parfois, il est possible de la jouer directement bourrin. Il est quand même préférable d'utiliser cette méthode, car ça permet de faire un peu le ménage, sans attirer les renforts. De plus, en étant discret, on fera monter la barre d'énergie, très utile pour utiliser ces diverses compétences. Pour l'augmenter, il est aussi possible de boire de l'alcool. Le seul problème, c'est que l'alcool et les flèches sont en quantité très limités. Il faut mieux les dépenser judicieusement. Toutes les forme ont leur inconvénient. En forme humaine, Cahal se déplacera souvent accroupi, alors que ce n'est pas nécessaire. Du coup, il est préférable de changer de forme, pour se déplacer plus rapidement.

La seconde forme de Cahal, c'est la forme Lupus. En gros, Cahal est en forme de loup. Il peut se déplacer normalement et rapidement. Sauf qu'il se déplace à quatre pattes. Parfois pour rester discret. Il peut aussi sauter très haut, permettant d'atteindre les endroits que notre coté humain non agiles n'est pas capable d'atteindre. Son dernier avantage, c'est qu'il peut aussi se déplacer dans les bouches d'aérations, ce qui permet de contourner des ennemis, ou de les attaquer par derrière. Cette capacité va surtout permettre d'atteindre bureaux fermés à clés via les bouches d'aérations. L'inconvenant, c'est que cette transformation n'est pas stable. Et si on a un appel ou autre, on redevient un humain. Et parfois, c'est très frustrant. Surtout que les légendes nous apprennent que les loup- garou communiquent par télépathie. Alors, pourquoi ne pas faire la même pour ce lupus. L'autre petit défaut de cette forme, c'est qu'il est impossible de dévorer les humains à pleine dents. Du coup, on perd en discrétion.

La troisième transformation, c'est le Crinos, qui n'est rien de plus qu'un loup-garou. C'est uniquement dans cette forme, que Cahal combat. Et il ne se retransformera pas, tant que le combat n'est pas terminé. Du coup, pour se soigner ou effectuer des coups spéciaux, par exemple, il faudra utiliser l'énergie cumulée grâce à l'alcool et les meurtres discrets. Il est aussi possible de remplir cette énergie en attaquant sous cette forme. Mais c'est mieux d'avoir un peu de réserve, surtout lorsqu'on démarre un combat contre un boss. Avec le Crinos, il est possible de combattre de deux façons différentes. La première, à quatre pattes. Une position permettant d'être plus agile, mais avec des attaques moins puissantes. La seconde, à deux pattes, permettant de donner des coups de griffes puissants, mais avec moins d'agilité. Bien sûr, rien n'empêche d'alterner entre les deux modes. Surtout que ça se fait très facilement. Et comme les deux ont leur avantage et inconvénient, c'est la meilleure des solutions. Bien que le jeu soit assez simple, les vagues d'ennemis, et surtout les boss, donnent parfois du fil à retordre. Mais, à force d'enchaîner les coups, on montera aussi notre barre de rage. Et comme son nom l'indique, cette dernière va permettre d'entrer dans une rage folle, permettant d'augmenter les dégâts, tout en étant invincible, pendant un court instant. Comme pour les deux autres formes, le Crinos a aussi son point faible. Pour lui, c'est sa vie. Si on ne prend pas le temps de désactiver les tourelles ou piéger les entrées de secours, il subira des dégâts bien trop facilement. De plus, certains ennemis sont munis de balles d'argents. Une munition qui n'a jamais été appréciée par les Loup-garou. Et si notre ami se fait toucher par ces balles, la barre de vie maximale diminuera. Et se soigner ne changera rien.

Faire corps avec la nature.

Pour améliorer les transformations de Cahal, un arbre à talents est disponible. Il comporte de nombreux atouts, comme pouvoir se soigner lorsqu'on s'enrage, débloquer de nouvelles capacités pour les combats, ou encore augmenter le nombre de flèches en notre possession. Pour pouvoir activer ces atouts, il faudra cumuler des points d'esprit. On les obtient souvent après les combats de boss. Et même si on ne souhaite pas trop en dire sur l'histoire, il faut savoir que Cahal est un défenseur de la nature. Du coup, on pourra respirer des plantes ou des items qui nous entourent, pour nous revigorer, et ainsi cumuler des points d'esprit.

Boulette de poils !

Werewolf : The Apocalypse –Earthblood à des graphismes impressionnants. Les paysages, les loups et les autres créatures sont simplement sublimes. Cahal dans ses trois transformations nous laisse sans voix. Il y a même certains personnages humains qui sont très bien réalisés. Mais ça s'arrête là. Pour le reste, c'est une catastrophe. Certains personnages, surtout les ennemis, sont totalement bâclés. Et même quelque fois, on voit des personnages secondaires, à la limite du raisonnable. On se demande même si le jeu est terminé. C'est l'un des plus gros défauts qui a retenu notre attention. Pour le reste, que ce soit le doublage anglais, ou les musiques, tout colle parfaitement à l'ambiance du jeu.

Un jeu qui a du mordant ?

Pour conclure, et même si le temps presse. Même s'il est un peu court. À non, ça c'est Jean-Jacques Goldman. Donc, on disait, pour conclure, même si Werewolf : The Apocalypse –Earthblood est un jeu appréciable pour son histoire et ses combats, il n'est pas non plus exceptionnel. Le jeu reste vide. On a très peu de choses à faire lors de notre aventure. Et après avoir passé 10 petites heures, on n'y retourne pas. Quoique ...


2,478 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout