• Couple of Gamer

[Test'1D][Steam] Tails of Iron


Après une petite découverte d'une heure, très convaincante, en août dernier. Nous sommes retournés dans le petit jeu d'aventure d'Odd Bug Studio, édité par United Label et CI Games, Tails of Iron, qui sortira le 17 septembre, pour découvrir la suite, et surtout, la fin, de cette magnifique histoire, narrée par la voix de Geralt de Riv, Doug Cockle. Alors, sans plus attendre, nous sommes RATvis de vous proposer notre test du RATvissant Tails of Iron, qui ne manque pas de Coassement.

Trailer du jeu

Tails of Iron est une aventure RPG qui nous raconte l'histoire de Redgi, héritier du Trône des Rats, qui, après la mort de son père, et la destruction de son royaume, va devoir redonner de l'espoir à son peuple, et se venger du clan des Grenouilles qui ont engendrés la mort et le chaos sur le royaume.


Dans ce petit RPG, avec un faux air de metroidvania, on va prendre le contrôle de Redgi. On démarre notre aventure dans le château familial. On va y apprendre la base des combats, et les différentes choses à découvrir tout au long de notre aventure. C'est-à-dire, la forge, la cuisine, les quêtes, les bancs de sauvegarde, ou encore, le coffre d'équipement. Après une petite introduction en guise de mini-tuto, on va partir à l'aventure, pour se venger de la mort de notre père, tué par ces infâmes grenouilles visqueuses.


Pour avancer dans l'histoire principale, il suffira simplement de suivre la quête principale, qui nous mènera dans divers endroits. Villages, mines, égouts. Cette aventure sera narrée de la plus belle des manières, par la voix originale de Geralt de Riv, Doug Cockle, qui nous immerge à merveille dans ce petit conte, aussi impitoyable qu'inoubliable. Malheureusement, plus on va avancer dans la quête principale, plus on va nous forcer à réaliser les quêtes secondaires du jeu. Et même si ça ne manque pas de quêtes pour un petit jeu indépendant, ce système qui nous oblige à faire du secondaire, augmente grandement la durée de vie. Mais on y reviendra un peu plus tard.

Pendant notre aventure, on va souvent être amené à combattre, des grenouilles, des larves. des mozis, des taupes, et même des zombies. Et pour être sûr de ne pas mourir face à toutes ces atrocités, il faudra être équipé en conséquences. Dans Tails of Iron, il est possible d'équiper notre petit Redgi, avec divers équipements et armes. Côté arme, on pourra utiliser des armes à une main ou deux mains, parmi des épées, des lances, ou encore, des haches. Chaque arme augmentera la puissance d'attaque à une main ou deux mains, mais aussi le poids. On aura aussi un bouclier, qui lui, augmentera la défense, et aussi, le poids. Et des armes à distance, comme des arcs, des arbalètes ou des pistolets. Côté équipement, c'est une autre histoire. On pourra s'équiper d'un chapeau, d'un haut et un bas. Les équipements peuvent être légers, moyens ou lourds. Ce qui jouera, évidemment, sur le poids. Il faut savoir que, plus on est lourd, plus il sera difficile de se déplacer en combat, et donc d'attaquer. Le problème, c'est que les équipements, en plus de proposer une bonne défense, certains équipements offriront une résistance contre les différents ennemis du jeu. Il faut donc se changer assez souvent, pour être sûr de ne pas succomber face aux ennemis, et surtout, au boss. Heureusement, avant chaque boss, un banc de sauvegarde et un coffre seront présents, pour pouvoir se préparer au combat.


La plupart des armes et des armures seront obtenues lors des quêtes ou dans le corps de nos ennemis vaincus. Mais on pourra aussi en créer via des plans, achetés ou récupérés. Malheureusement, avant de pouvoir créer des armes et des armures, il faudra sauver le forgeron. Et ce n'est pas vraiment au début de l'histoire. Alors, on doit faire avec ce qu'on nous offre. Mais logiquement, la forge reste assez obsolète. Elle servira surtout à la réalisation du succès, obtenir toutes les armes et armures.

Une fois bien équipé, on pourra enfin se sentir fort face à la menace. Car, il faut le dire, les combats de Tails of Iron sont extrêmement punitifs. Du moins, au début. Car on n'aura pas vraiment les équipements pour faire face aux grenouilles ou les autres menaces. Au début, avec notre simple petite arme à une main et notre bouclier, on va surtout esquiver et parer quelques attaques, pour déstabiliser nos adversaires. Une technique qui sera tout aussi utile vers la fin du jeu. Mais grâce à la résistance des armures, on craindra moins les coups des ennemis. Car lors de nos premiers combats, un seul coup peut nous être fatal, ou nous amocher, et pas qu'un peu. Heureusement, grâce à notre petite fiole de larve, on va pouvoir se remettre de la vie en combat. Par la suite, grâce à nos armes à deux mains, on pourra concentrer notre attaque, afin de mettre des coups puissants. Ce qui permettra de déstabiliser les ennemis, ou de les tuer d'un coup pour certains. Et grâce à notre arme à distance, on pourra retirer de la vie à certains ennemis, comme les boss, en évitant de se faire toucher. L'arme à distance sera très utile contre les ennemis volants. Grâce à un petit poison, on pourra aussi asperger nos armes de corps-à-corps de poison, afin d'empoisonner nos ennemis, même les boss. Une fois qu'on commence à maîtriser l'art de se battre dans Tails of Iron, plus aucun ennemi ne nous fait peur. Enfin, presque. Car certains boss restent tout de même très redoutables, et la moindre petite faute est extrêmement punitive.


Pendant notre long périple, on va aussi faire la rencontre de villageois. Ces derniers demanderont de l'aide pour construire une ruche, ou pour se débarrasser d'ennemis. Ces petites requêtes ne comptent pas comme des quêtes secondaires. Mais elles vont être très utiles pour trouver des aliments pour le grand festin de notre cuistot. Au total, il y a 4 recettes à recréer. Chaque recette demande 3 ingrédients. Une fois réunie, on va devoir s'asseoir à la table du chef, pour déguster un délicieux repas. Tails of Iron réserve encore bien d'autres surprises, comme la collecte des statues. Mais n'allons pas tout gâcher, en dévoilant l'intégralité de son contenu.

Malgré une histoire prenante, et des combats palpitants, Tails of Iron est un jeu assez court. Il faut compter un peu moins de 7 heures pour en voir le bout. Certes, certains mettront plus de temps à terminer le jeu. Car le côté Souls-Like des combats n'est pas toujours facile à prendre en main. Et parfois, on peut perdre facilement une bonne heure face à un boss. Malheureusement, ces 6 petites heures de jeu auraient pu être plus courtes. Car, comme dit plus haut, dans Tails of Iron, on nous oblige à réaliser des quêtes secondaires pour pouvoir avancer dans la quête principale. Certes, on prend tout de même plaisir à réaliser les diverses quêtes du jeu. Mais c'est une accumulation non-nécessaire, qui montre à quel point l'histoire est très courte. C'est dommage. Car Tails of Iron reste fabuleux à découvrir. Et parfois, on aurait aimé que ça dure encore plus longtemps, sans pour étant faire de nombreux combats contre des taupes.

Mais ce petit contretemps ne retire en rien tout le charme qui se dégage de ce petit jeu. Tails of Iron est un jeu entièrement dessiné à la main. Et malgré la barbarie des combats, il y a une certaine magie qui se dégage des décors, des personnages, des différents lieux. Bref, du jeu en général. Chaque nouveau biome que l'on découvre pendant notre aventure est un bonheur pour nos yeux. Une direction artistique fabuleuse, qui peut nous faire oublier le moindre petit défaut du jeu, même sa difficulté. De plus, avec sa narration signée Doug Cockle, qui est tout simplement incroyable, et sa bande-son magnifique, Tails of Iron a tout pour nous faire passer un bon, très bon moment.


Pour conclure, on était déjà conquis lors de notre première expérience, qui avait duré à peine une heure. Et on l'est encore plus, après notre beau voyage en compagnie de Redgi. Tails of Iron est peut-être un jeu très punitif. Ce qui le rend parfois assez difficile. Mais son histoire, sa narration, sa direction artistique et sa musique, font de lui un petit chef d'œuvre indépendant, qui réussit à nous charmer, dès les premières minutes.



1,862 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout