• Couple of Gamer

[Test][Steam] SBK 22


5 mois seulement après MotoGP 22. Le studio italien, Milestone, ressort ses deux roues, pour un opus d'un jeu qu'on n'a pas revu depuis 10 ans, SBK. Une simulation de moto qui nous plonge dans la compétition officielle WorldSBK 2022. Le championnat du monde de Superbike qui se déroule un peu comme le championnat du monde de MotoGP, avec quelques différences entre les deux compétitions. Mais 10 ans après, que faut-il attendre de SBK, quand on connaît l'évolution du studio italien. Et le réalisme des derniers jeux, comme MotoGP 22, ou encore, RIDE ? C'est ce qu'on a essayé de découvrir lors de notre test.

Trailer du jeu

Un air de déjà vu !

SBK 22 est le jeu officiel du championnat du monde de Superbike. Une simulation qui nous fait revivre la saison officielle, grâce à un mode carrière complet, nous permettant d'affronter les meilleurs pilotes de Superbike, lors de nombreuses courses à travers le monde. Un retour après 10 années d'absence, qui se veut minimaliste, contrairement à MotoGP 22, avec très peu de contenu et de modes. Car le jeu ne propose qu'un mode carrière, un peu copié sur MotoGP 22. Ainsi que 3 modes rapides, Round, Championnat et Contre-la-Montre. Et pour finir, le mode en ligne. Trop léger pour concurrencer l'autre jeu du studio.

Comme dans MotoGP 22, SBK 22 nous propose un tutoriel de départ qui va nous apprendre les bases de la conduite, avec la possibilité d'activer différentes aides, selon nos envies. Et bien sûr, on va aussi avoir le droit à la création de notre pilote. À notre grande surprise, ce tutoriel est exactement le même que celui de MotoGP 22. Un gros copier/coller qui ne permet même pas de différencier les deux titres du studio. Ce tutoriel se compose de plusieurs petites courses d'entraînements. Et on va y apprendre les bases de la conduite, avec les aides. Selon notre expérience, et notre façon d'accepter ou non certaines aides, on va configurer notre partie. Par exemple, un pilotage avec des aides aux freinages, des indications de points de freinages, des assistances plus ou moins poussées avec l'ajustement du TCS, AW et EBS, et aussi, la gestion du carburant et des pneus. Car beaucoup le savent, piloter une moto, ce n'est pas une partie de plaisir. Enfin, si, quand on maîtrise l'engin, c'est un plaisir. Mais si on n'a pas les bonnes aides, dès le premier virage, on sera dégoûté de la moto. Après ces quelques étapes, terminées ou non, on va pouvoir se lancer dans SBK 22.


Le menu principal du jeu est, comme dit plus haut, très peu fourni. On y retrouve le mode carrière, les modes rapides, le mode en ligne, la personnalisation et le contenu téléchargeable. Dans les modes rapides, on va pouvoir prendre part à la course, avec les 12 pilotes du championnat SBK 2022, sur l'un des 12 tracés officiel. Des tracés qu'on a l'habitude de voir dans les jeux MotoGP.

Un carrière MotoGPesque ?

Avec si peu de modes, on va tout de suite lancer le plus long mode du jeu, le mode carrière. Dans SBK 22, on va avoir une carrière assez similaire à celle de MotoGP 22. Sauf qu'on n'aura pas de catégories. On partira directement avec une Superbike, avec ou sans contrat de constructeur, selon nos choix. Par la suite, on devra suivre le championnat officiel, en essayant d'atteindre les objectifs de notre contrat, afin de gagner un maximum de crédits et de réputations. La carrière est composée de 52 de semaines, et de nombreux événements, entre TT et Courses.


Mais avant de commencer, il faudra choisir son agent. Mais aussi, recruter son personnel technique. Il est composé de deux membres, l'ingénieur en chef et l'analyste de données. Plus le personnel technique est de bonne qualité, plus la synergie sera au rendez-vous, plus on gagnera des données de recherche à la fin d'un week-end de course, permettant d'améliorer la moto. Il y aura 3 développements à effectuer sur une moto. Moteur, Cadre et Électronique. Pour augmenter le R&D de la moto, il faudra embaucher du personnel, qui effectuera les recherches nécessaires, qui dureront plus ou moins longtemps, selon le nombre de techniciens sur la recherche en cours. On pourra aussi avoir une meilleure production des données de ces 3 catégories, en affiliant du personnel dans chacune des 3 catégories. En gros, la même chose que MotoGP 22.

Pendant les week-ends de course, il y aura quelques changements par rapport à MotoGP. On aura toujours la possibilité d'effectuer les 3 Essais Libres et le Warm-up, avant la course. Des étapes qui restent identiques aux MotoGP. Ces étapes vont être très importantes pour effectuer les tests techniques, et améliorer le R&D. Et si on souhaite une moto performante tout au long de son championnat, il sera nécessaire de profiter des essais pour effectuer tous les tests. Certes, cela rendra la carrière plus longue. Mais il faudra bien ça pour faire durer le suspense.


Après les essais et Warm-up, on aura le Tissot-Superpôle, une qualification qui déterminera notre position de départ pour la course 1. Après, on aura le Tissot Superpole Race. Une course qui permettra de déterminer la position de départ de la course 2. En gros, un week-end de courses comprendra 3 courses.


Malheureusement, il n'y a pas grand-chose à dire de plus sur la carrière de SBK 22. Mis à part un week-end de courses plus long. Tout le reste est une copie de MotoGP 22. Les catégories en moins. Et on ne peut même pas se raccrocher au mode NINE, ou un mode similaire, pour rendre le jeu plus intéressant. Car il n'y a rien d'autre. Seulement des modes rapides. C'est très peu pour nous satisfaire. Mais après 10 ans d'absence, il ne fallait pas s'attendre à plus.

Une moto perso !

Dans SBK 22, comme dans MotoGP 22, on va pouvoir consacrer une bonne partie de notre temps à la personnalisation. On pourra personnaliser son pilote, avec son nom, prénom, âge, style de pilotage, combinaison, numéro, bottes. Histoire d'avoir un pilote qui nous ressemble, ou presque. Il y a très peu de combinaisons, bottes, gants, et autre équipement. Et on fait très vite le tour.


Heureusement, le mode personnalisation permet aussi de créer quelques éléments personnels, grâce à la création de livrées pour personnaliser sa combinaison, sa moto et son numéro. Rien de nouveau pour ceux qui connaissent MotoGP 22. Donc, une fois de plus, il sera possible de personnaliser son casque, sa moto, créer ses propres autocollants, et bien d'autres, grâce à la création de livrées. Parfait pour les créateurs en herbe. Malheureusement, encore et toujours, on a juste le droit à ce que MotoGP 22 nous avait déjà offert en Avril. Et à la longue, ça devient frustrant d'avoir une copie d'un jeu vieux d'à peine 6 mois.

La copie référence ?

Sans grande surprise, SBK 22 est un jeu magnifique. Les modélisations des motos sont à l'image du travail de Milestone. Les tracés sont fidèles. Les animations sont très réalistes. Et les sensations, quelle que soit la vue, sont présentes. Le jeu est tout simplement magnifique. Un travail quasi-parfait qui ne nous choque plus vraiment de la part du studio italien. On connaît leur amour pour ce genre de simulation. Donc, rien de choquant de ce côté. On a aussi le droit à une très bonne physique, qui est toujours à la pointe des jeux de Milestone. On ressent la moindre petite sensation, que ce soit un vibreur, ou même les différentes surfaces. Sans oublier, les sensations à l'accélération ou au freinage. Du travail de pro comme toujours. Sans oublier A.N.N.A., le système d'intelligence artificielle neuronale basé sur l'apprentissage machine.


Le problème, c'est que SBK 22 ne se démarque pas du tout de MotoGP. Et on a l'impression de jouer à MotoGP 22. Sauf qu'il n'y a qu'une seule catégorie, les Superbike. Certes, le jeu est parfait. C'est réaliste. Très beau. Et la physique est grandiose. Mais pourquoi vouloir se procurer SBK 22, si on possède déjà MotoGP 22. Pourquoi ne pas avoir ajouté SBK en DLC de MotoGP. On se pose encore beaucoup de questions à l'heure d'écrire notre test. Et on ne comprend pas toujours les choix des développeurs. Mais celui-ci est plus qu'incompréhensible.

SBK ou MotoGP ?

Pour conclure, SBK 22 est une simple copie de MotoGP 22, qui ne propose rien de mieux. Bien au contraire. Le jeu a une carrière diminuée. Et du contenu qui frise le ridicule. On connaissait les copier/coller des différents MotoGP. Mais en faire un pour un jeu différent. On ne voit pas trop l'intérêt. Certes, ça reste une simulation de moto signée Milestone. Donc, forcément, c'est bien. Mais le studio aurait pu faire mieux. Au lieu de simplement changer le nom du jeu, et réduire son contenu.


183 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout