• Couple of Gamer

[Test][Steam] MXGP 2021


À peine 1 an après la sortie de MXGP 2020, et comme l'année dernière, le célèbre studio italien spécialiste des simulations de moto, Milestone, termine l'année avec le jeu officiel du MXGP. Alors que l'opus précédent avait eu un lancement difficile, avec une pluie de bugs qui rendait le jeu impraticable par moment, on avait hâte de reprendre la piste pour cette nouvelle saison, afin de savoir si Milestone avait fait le nécessaire pour un lancement digne de ce nom. Et après quelques tours de piste sur les tracés terreux du MXGP, on a pu enfin rendre notre verdict.

Trailer du jeu

Embourbé pour mieux régner ?

Après une année 2020 sous le signe de la moto, Milestone s'est calmé, et n'a proposé que 3 jeux en 2021. Monster Energy Supercross 4, Moto GP 21 et le petit dernier, MXGP 2021. Trois titres que les fans de motos attendent toujours avec impatience chaque année, et nous aussi. Car le réalisme de chacun de ces jeux nous pousse à toujours être meilleur. Et c'est pour ça qu'on aime les jeux de Milestone. Même si parfois, comme l'année dernière avec MXGP 2020, il y a des petits problèmes qui gâchent un peu l'expérience en jeu. Cette année, MXGP 2021 tente de reprendre les bases rectifiées de l'opus précédent, en améliorant encore un peu la conduite. Malheureusement, ça ne fait pas tout.


MXGP 2021 propose, comme son prédécesseur, plusieurs modes de jeu. Pour commencer, le mode carrière. Dans ce dernier, on va devoir participer aux Grand-Prix de MX2 et MXGP, avec son personnage créé au lancement du jeu. Comme toujours, avant de se lancer dans une carrière, différentes options sont présentes, pour personnaliser sa carrière. Difficulté de l'IA, simulation de la physique, et d'autres options d'aides à la conduite, pour adapter le jeu à tous les joueurs, qu'ils soient débutants ou professionnels. Le style de course, pour rendre la carrière plus ou moins longue, avec la possibilité de choisir le week-end complet, pour participer à toutes les épreuves du week-end, c'est-à-dire, les qualifications, la course de qualification et les deux courses. Juste les deux courses. Ou bien, les qualifications et les courses. Bien sûr, il est aussi possible de sélectionner la durée des courses en rapide, ce qui correspond à 3 minutes de courses + 2 tours, court qui correspond à 5 minutes de courses + 2 tours, moyen pour 15 minutes, et réaliste, pour des courses réalistes de 30 minutes. Le choix nous appartient. Mais en court, on met une bonne dizaine d'heure à finir la carrière.

Une carrière se déroule en 12 Grand-Prix en MX2, et 12 Grand-Prix en MXGP. Comme pour une vraie carrière de pilote, on va devoir choisir une moto, ou plutôt, un contrat, pour participer au championnat. Certains contrats vont nous interdire de modifier des pièces de la motos. Tandis que d'autres l'accepteront. Une fois notre première moto en main, on va devoir la garder jusqu'au renouvellement du contrat. C'est à ce moment là qu'on va pouvoir changer de moto. Par la suite, le contrat qu'on signera dépendra de notre niveau de prestige. Ce niveau augmente en fonction de l'expérience obtenue après chaque course. On prend de l'expérience selon le résultat, le nombre de rembobinage, et autres critères. Donc, plus notre course est propre et sans tricherie, plus on va gagner de l'expérience, et donc, monter son niveau de prestige. Pendant la carrière, on va aussi avoir le droit à différents défis. Ces derniers vont apparaître entre deux courses du championnat. Il y en a 10 au total à découvrir. Et bien sûr, à remporter. En participant à des courses, on va obtenir aussi quelques crédits. Ces derniers vont servir à personnaliser notre pilote.

En plus du mode carrière, le jeu propose aussi trois modes rapides. Contre-la-Montre, Grand-Prix et Championnat. Dans ces modes, on peut sélectionner l'un des pilotes MX2 ou MXGP, et participer à des courses sur les 16 tracés officiels du championnat, mais aussi sur des pistes créées par la communauté de joueurs. Ce qui permet de toujours piloter sur un nouveau tracé. Et pour ceux qui ont l'âme d'un créateur, il est possible d'utiliser l'éditeur de circuit, et de proposer ses propres tracés, sur l'un des 4 environnements. Malheureusement, comme dans MXGP 2020, cet éditeur de circuit est assez difficile à prendre en main. Et il faut une certaine imagination pour créer le tracé parfait. Heureusement, la communauté regorge toujours de talentueux créateurs.


On retrouve aussi le mode Playground. Comme dans MXGP 2020, on va pouvoir se balader et explorer l'immense terrain de ce monde, et participer à diverses épreuves. Il est même possible de créer ses propres Waypoint, en plaçant divers points de contrôle sur la carte. Pour finir, MXGP 2021 propose aussi un mode multijoueur en ligne. Les serveurs étant vides avant la sortie du jeu, il est impossible pour nous de donner notre avis sur ce mode.

Un peu de générosité !

En plus de proposer différents modes, MXGP 2021 permet de personnaliser son avatar, avec de nombreux éléments, comme des casques, des lunettes, des bottes, ou encore des combis. Chaque élément est très coloré, et à l'image des tenues que les pilotes portent lors des compétitions. Il y a une bonne centaine d'éléments à acheter, afin de personnaliser comme il se doit son pilote.


De plus, comme pour MXGP 2020, on va pouvoir personnaliser les différentes motos du jeu, une fois ces dernières en notre possession. Comme pour les vêtements, on retrouve différents éléments, comme les roues, les jantes, le guidon, le siège, ou encore, le pot d'échappement. Certains éléments sont purement esthétiques. Mais d'autres vont permettre d'améliorer les stats de la moto. Très utile en mode carrière, quand on souhaite se mesurer aux meilleurs pilotes du championnat de MXGP.

Un départ réussi ?

Contrairement à l'année dernière, MXGP 2021 réussit son départ. Certes, le jeu n'est pas exceptionnel, graphiquement parlant, sur PC. Mais il est fluide, et tourne en 60 FPS constants, sans problème. Et c'est un plaisir de pouvoir faire un départ sans un gros ralentissement dès le premier virage.


Bon, le jeu a encore ses petits défauts, qui étaient déjà présents dans MXGP 2020. Et ces défauts passent tout d'abord par la physique. On connaît le travail remarquable de Milestone sur ses autres simulations. Chaque jeu nous offre des sensations de conduite vraiment exceptionnelles. On ressent le poids du corps, la sensation de vitesse, le poids du freinage. Mais une fois de plus, dans MXGP, on n'a pas cette sensation réaliste quand on conduit les motos. Certes, la moto va réagir différemment quand on va rouler sur une piste humide. Mais ça s'arrête là. On a beau jongler entre la simulation de la physique en standard et avancé, on ne ressent pas trop la différence, ou presque pas. On le ressent un peu plus en MXGP, lors des accélérations trop brusques. Mais rien d'exceptionnel.

L'autre défaut qui fait son retour, c'est le réalisme des chutes, et les différents bugs un peu bizarres, qui étaient déjà présents dans MXGP 2020. Parfois, on va tomber sans aucune raison, après avoir heurté un obstacle invisible. On va même avoir le droit à un retour sur la piste, sans couper la route, ou sans heurter d'obstacles. Heureusement, pour palier ce genre de petits bugs, on peut utiliser le rembobinage, et reprendre la course comme si de rien n'était.


Bien sûr, le jeu n'a pas que des défauts. Comme toujours, on a le droit à une sublime modélisation des différentes motos. Des bruitages très réalistes. Et surtout, de très beaux tracés, qui arrivent à nous surprendre, quelle que soit la météo. De ce côté, Milestone fait parler son talent. Et ça, on aime toujours autant quand on lance une simulation de moto.

Une saison satisfaisante ?

Pour conclure, MXGP 2021 se rattrape bien par rapport à son prédécesseur. Certes, le jeu n'est pas la meilleure simulation de moto de chez Milestone. Mais cet opus reste agréable à prendre en main, malgré ses petits défauts. On aurait aimé un mode carrière un peu plus vivant. Mais on ne va pas trop en demander non plus. Et au moins, cette année, on peut faire un tour de piste, sans avoir des gros problèmes de latence. Ce qui est un bon début.



1 876 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout