• Couple of Gamer

[Test][Steam] God of War


4 ans après une sortie sur PlayStation 4, et avant la sortie de God of War: Ragnarök sur PlayStation 4 et PlayStation 5, Kratos et Atreus sont de retour. Mais cette fois-ci, sur PC. Depuis le 14 janvier, et pour la toute première fois, le dieu de la guerre s'exporte sur une plateforme, autre que PlayStation. Une première qui permet aussi de voir ce que peut donner un jeu comme God of War, quand Santa Monica Studio se donne à fond dans l'optimisation d'un jeu. Alors, véritable claque visuelle ou simple copie de la version PlayStation 4 ? C'est ce qu'on a essayé de voir lors de notre test.

À La Découverte de God of War - Steam

Le Re-retour du Dieu de la Guerre !

Alors que God of War: Ragnarök se fait attendre, Santa Monica Studio fait revivre, une fois de plus, le plus grand des dieux du jeu vidéo, Kratos. Mais cette fois-ci, c'est sur PC que notre dieu de la guerre fait son retour. Et comme en 2018, il est accompagné de son fils Atreus. Un gros changement de plateforme qui ne change rien à l'histoire du dernier God of War. On se retrouve toujours sur les terres des Dieux Nordiques, pour aider Kratos à déposer les cendres de sa défunte femme, sur le plus haut pic des 9 Royaumes. Une longue aventure qu'on a déjà vécue. Mais qu'on aime re-parcourir.


Dès le début du jeu, on remarque tout de suite la différence entre la version PlayStation, et la version PC. Quand Kratos coupe du bois, on a les poils qui s'hérissent, et les yeux qui brillent. On le sait dès le premier coup de hache, l'aventure s'annonce encore plus mythique qu'il y a 4 ans.

En attendant le Ragnarök !

Pour ceux qui n'auraient pas encore joué au jeu, God of War est un RPG en monde ouvert, le premier de la série, qui nous raconte donc l'histoire de Katros et son fils Atreus, qui ont une mission assez simple sur le papier, déposer les cendres de la mère d'Atreus sur le plus haut pic des 9 Royaumes. Bien sûr, se dire que la mission est simple, c'est ne pas connaître les aventures de Kratos. Car après le massacre des Dieux de l'Olympe, notre Dieu de la Guerre tente de vivre loin d'Athéna, Zeus, ou encore, Ares. Malheureusement, il se retrouve sur une autre terre des Dieux, celle des Apollons Nordiques tels que Odin, Thor ou encore Týr. Et sa présence a tendance à les énerver un peu.


Mais avec les années, Kratos a changé. Ce n'est plus ce fantôme de Sparte, connu pour sa soif de sang et de vengeance. C'est devenu un autre homme, un père calme et brisé intérieurement. Mais les Ases, les Vanes, et les autres créatures qui hantent les royaumes du fameux "Arbre Monde" Yggdrasil, vont faire ressortir la colère du dieu, pour protéger son fils, et mener à bien sa quête.


L'aventure de God of War est assez linéaire, si on suit notre quête principale. Mais pendant notre exploration des 9 Royaumes, on va pouvoir effectuer de nombreuses quêtes secondaires, et participer à des combats mythiques, contre des Valkyries par exemple. Pour venir à bout de l'histoire principale, il faut compter une bonne vingtaine d'heures. Mais l'exploration des 9 Royaumes, et la découverte de tous ses secrets peut prendre plus de 40 heures. De quoi nous occuper un temps, avant l'arrivée de God of War: Ragnarök. Car oui, une fois l'aventure terminée, on reste sur notre fin. Et on attend qu'une seule chose, la suite.

L'instinct paternel !

Tout au long de notre aventure, on va être accompagné d'Atreus, le fils de Kratos. Un personnage secondaire qui montre très rapidement les faiblesses de l'invincible Dieu de la Guerre. Car Atreus est encore un jeune garçon. Il vient de perdre sa mère, et se sent un peu seul. Mais Kratos va tout faire pour l'aider à surmonter la disparition de sa mère. Enfin, il va essayer.


Pendant notre voyage, on va donc apprendre à notre fils, à chasser et à devenir plus fort. On va aussi essayer de créer un lien. Et même si parfois, Kratos est extrêmement sévère avec Atreus, l'histoire qui tourne autour des deux protagonistes, va devenir plus importante que la quête principale du jeu. Ce lien, c'est ce qui fait le véritable charme de God of War.

Kratos et Atreus ne se parlent qu'à eux-mêmes, ils sont donc constamment en conversation. Ils s'arrêtent lors des combats. Mais reprennent à chaque fois que l'on parcourt le monde. Ils apprennent à se connaître. Et par la même occasion, on va apprendre à les connaître aussi. C'est comme si, pendant toute l'aventure, on se trouvait à côté d'eux, à les écouter parler. Si on retire les combats, on a le droit à un magnifique jeu d’écriture entre ses deux personnages, qui essayent tant bien que mal à communiquer.


Bien sûr, Atreus va aussi jouer un rôle important pendant ce voyage. Il n'est pas là que pour parler avec son père. Grâce à lui et son arc, on va pouvoir affaiblir des ennemis, accéder à des zones, activer des ponts lumineux. Et plus on va avancer dans l'histoire, plus il va se forger un caractère, devenant tout aussi impressionnant que son père.

Un voyage à travers les 9 royaumes !

Bon, même si l'histoire de God of War, et les nombreux dialogues entre Kratos et son fils prennent une très grande place pendant cette aventure, on a tout de même le droit à du gameplay. Et pas qu'un peu. Dans God of War, on va donc parcourir les 9 Royaumes de la mythologie Nordique, pour y accomplir différentes quêtes. Chaque Royaume va nous offrir un nouvel écosystème, propre à la mythologie Nordique. Niflheim, Muspelheim, Asgard, Midgard, Jötunheim, Vanaheim, Alfheim, Svartalfheim, Helheim. Chacune de ces zones a le droit à ses ennemis, ses énigmes, ses coffres, et son univers. Par exemple, quand on s'aventure à Niflheim, on a le droit à un monde parsemé de brumes. Et si on part vers Muspelheim, on sera accueilli par la chaleur du feu. Et chaque lieu nous en met plein la vue.


Pendant notre exploration des 9 Royaumes, on va devoir accomplir certaines quêtes. Tout d'abord, la quête principale. Puis par la suite, les quêtes secondaires. Ces dernières ne sont pas bien difficiles. Car la plupart du temps, on doit simplement récupérer certains objets pour les nains, ou tuer quelques ennemis. Mais l'aventure ne s'arrête pas là. Car pendant notre voyage, on va aussi devoir trouver des artefacts, des corbeaux d'Odin, des fresques de Jötnard, ou encore, des inscriptions runiques. Une pluie de collectibles qui vont nous obliger à explorer les 9 Royaumes, de fond en comble.

Bien plus qu'un dieu !

Bien entendu, lors de ce voyage, on va aussi rencontrer de nombreux ennemis. Pour les vaincre, Kratos va devoir utiliser Léviathan, la hache de sa femme, et un bouclier. Mais aussi, il va devoir donner des ordres à son fils, pour qu'il plante quelques flèches bien placées sur les ennemis. God of War propose un système de combat assez simple. On a les attaques rapides et légères, et lentes et lourdes avec la hache ou le poing. Les esquives et la parade. Un peu comme un Souls Like. Mais en plus simple. Au fur et à mesure des combats et quêtes, on accumule de l’expérience et de l'argent, des ressources primordiales pour faire évoluer l’équipement de Kratos, mais aussi celui d'Atreus.


Contrairement à d'autres RPG, l’expérience ne va pas servir à monter les niveaux. Cette dernière servira à faire évoluer les différentes techniques de combat. La hache, le bouclier, et les flèches d'Atreus peuvent apprendre diverses techniques. Mais pour débloquer les techniques, il faut monter ses niveaux. Pour cela, il va falloir changer d'équipement. En gros, si un équipement est meilleur, il va faire augmenter le niveau de Kratos. Plus on va monter de niveau, plus on va débloquer de nouvelles techniques.

Pour faire évoluer son équipement, on va devoir dépenser l'argent récolté pendant notre aventure. Depuis la boutique des nains, on va pouvoir acheter, améliorer, ou même fabriquer de l'équipement. Bien sûr, l'argent ne suffira pas toujours. Pour certains équipements, il faudra aussi quelques ressources rares. Ces dernières se trouveront dans des lieux que seuls les nains connaissent. Certains équipements peuvent être enchantés par des runes, qui vont augmenter certaines stats de Kratos.


Lors des combats, notre Spartiate pourra aussi utiliser sa rage, afin de terrasser les ennemis. Cette dernière peut être déclenchée qu'une fois la jauge pleine. Heureusement, elle se remplit assez rapidement lors des combats, ou en ramassant une sphère de rage. La jauge de rage n'est pas très grande. Mais en récoltant 3 objets précis, elle augmente. Tout comme la barre de vie.

Une nouvelle claque ?

God of War nous avait déjà mis une claque sur PlayStation 4. Mais qu'on se le dise. Entre la version PlayStation 4, sortie en 2018, et cette version PC, c'est le jour et la nuit. Enfin, si on a le PC pour le faire tourner en ultra 4K, avec en prime, le DLSS activé. Et comme tout bon jeu PC qui se respecte, on a le droit à une multitude d'options graphiques dans les paramètres, pour s'adapter selon notre bête de compétition. De notre côté, on a la chance de pouvoir le faire tourner au maximum de ses capacités. Et si on superpose la version PlayStation 4 qu'on a pu faire en 2018, à notre version PC actuelle, on se prend, pas une, mais deux claques.


God of War est tout simplement époustouflant. Le niveau de détails est impressionnant. Et bien sûr, il est fluide, quelles que soient les circonstances. On ne s'attendait pas à moins de la part de Santa Monica Studio, qui nous avait déjà proposé une version console tout simplement exceptionnelle. Mais le rendu de cette version PC montre à quel point un jeu, déjà magnifique, peut l'être encore plus. On a un petit avant-goût de ce que pourrait nous réserver God of War: Ragnarök. En tout cas, on sait maintenant que Santa Monica Studio a de quoi nous en mettre plein la vue cette année.

Dieu que c'est bon !

Pour conclure, cette version PC est tout simplement la meilleure version de God of War à ce jour. Même si la version console nous en avait mis plein la vue. Cette ultime version sur PC montre tout le potentiel du jeu. Et c'est une réussite. En 2018, on avait un chef d'œuvre entre les mains. En 2022, on a une version améliorée de ce chef-d'œuvre. Tout est parfait dans cette version PC. Inutile de dire que dorénavant, on attend avec impatience God of War: Ragnarök.


1 224 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout