top of page
  • Couple of Gamer

[Test][PlayStation 5] The Callisto Protocol


Disponible depuis le 2 décembre sur PlayStation 5, Xbox Series et PC. The Callisto Protocol est un jeu d'horreur, développé par Striking Distance Studios, et édité par KRAFTON, qui nous plonge dans une prison en plein cœur de la lune morte de Jupiter. Un jeu semblable à un certain Dead Space, qui tente de faire revivre l'angoisse interstellaire du jeu de Visceral Games. Mais ce n'est jamais simple de s'attaquer à un monument du jeu vidéo. Pourtant, Striking Distance Studios a tout fait pour que cette aventure soit aussi mythique. Et après avoir souffert dans l'espace. Il est temps pour nous de donner notre avis final sur ce jeu, qu'on attendait avec impatience.

Trailer du jeu

Horreur dans l'espace !

The Callisto Protocol est un survival horror narratif à la troisième personne se déroulant 300 ans dans le futur. Dans ce jeu, on y incarne Jacob Lee, un coursier qui va se retrouver dans la prison de sécurité maximale Black Iron située sur Callisto, une lune de Jupiter, après s'être fait attaquer par un mystérieux groupe d'individus. Mais très vite, il va se réveiller dans un chaos général. Les détenus vont commencer à se transformer en créatures monstrueuses. Et pour survivre, Jacob n'aura pas d'autre choix que de s'échapper.


L'histoire de The Callisto Protocol est très linéaire. Elle se déroule en 8 chapitres seulement. Et le but sera de suivre les couleurs horrifiques de chaque lieu, afin de progresser dans les chapitres. Sur notre route, on fera la rencontre de quelques alliés, qui nous aideront à franchir des portes, ou atteindre de nouvelles zones. Mais surtout, on va faire la rencontre de nombreux monstres, de plus en plus coriaces, qui ne nous laisseront jamais tranquilles une seule seconde.

Pendant toute l'aventure, on va devoir avancer discrètement dans des tunnels sombres, armé de notre matraque électrique, et différentes armes récoltées au cours de l'histoire. Le jeu ne laissera que très peu de place aux énigmes ou autres. On devra surtout avancer, sans se retourner, tout en cherchant des cartes d'accès, ou des leviers, pour nous ouvrir des portes. Rien de plus, rien de moins. Et ça, pendant 8 chapitres.


Lors de notre voyage horrifique à Callisto, on fera la rencontre de nombreux ennemis. Mais le plus surprenant, c'est que tout au long des 8 chapitres du jeu, on devra affronter qu'un seul boss. Mais qui restera très coriace. Ce boss sera le dernier obstacle du jeu. Car, une fois vaincu, on dira adieu à The Callisto Protocol.


Pour venir à bout du jeu, il faudra compter un peu moins de 8 heures. Ce qui fait très court. Bien sûr, il est possible par moment d'explorer un peu les lieux, pour y trouver des coffres, des données de bios, ou encore, des plans d'armes. Mais comme le jeu reste assez linéaire. La fouille restera instinctive. Et donc, à la fin de notre aventure, on aura, normalement, tout découvert du jeu.

La meilleure arme, c'est la furtivité !

Même si The Callisto Protocol est un jeu assez court, on mettra du temps à atteindre le dernier chapitre. Car pour progresser plus facilement dans le jeu, il est préférable de la jouer furtif. Car, même si on a une matraque, un gant pour expulser les ennemis, et 5 armes de poing différentes. La survie est bien plus simple quand on tue les différents ennemis furtivement.


Malheureusement, tous les ennemis ne pourront pas être tués de cette manière. Parfois, il faudra utiliser la manière forte. Pour cela, comme expliqué plus haut, on pourra utiliser notre matraque électrique. Cette arme va nous permettre de porter de violents coups à nos ennemis. Mais aussi, contrer certaines de leurs attaques. Dans The Callisto Protocol, on se battra souvent au corps-à-corps. D'ailleurs, l'esquive sera très importante pour ne pas prendre trop de dégâts. Il faudra donc jouer du Joystick, afin d'effectuer des esquives, selon la direction des coups de nos ennemis. Plus tard dans l'aventure, les armes deviendront tout aussi importantes que notre matraque. Car les monstres subiront une mutation, qui nous obligera à tirer sur les tentacules qui sortiront de leur ventre, afin de les tuer définitivement, avant la transformation ultime. Si on n'arrive pas à tirer sur les tentacules avant la transformation, le monstre deviendra encore plus puissant. Et quasiment imbattable.

Pour nous aider à tirer sur ces monstres, on découvrira, tout au long de notre aventure, plusieurs plans d'armes. Ces derniers permettront de créer de nouvelles armes depuis une imprimante 3D, dans certaines zones "Safe" du jeu. Mais pour créer ces armes, il faudra des crédits Callisto. Ces derniers s'obtiendront en tuant des monstres, ou en fouillant des coffres et casiers. Malheureusement, on va très vite remarquer que les crédits ne sont pas monnaie courante dans la station. Alors, il faudra récupérer quelques objets de contrebande, et les revendre. Ces derniers permettront de se faire bien plus de crédits.


Au début, notre inventaire sera très limité. On devra donc choisir entre, porter des seringues de soin et des munitions, ou garder les objets de contrebande pour améliorer ses armes et son gant. Mais à la moitié de l'histoire, on obtiendra une nouvelle combinaison qui agrandira notre inventaire. Et la question ne se posera plus, ou presque. Car notre inventaire grandit, comme le nombre d'armes. Et qui dit plus d'armes, dit plus de munitions. Heureusement, on n'utilisera pas toutes les armes. On pourra donc vendre les munitions des armes que l'on utilise le moins.

Une fois assez de crédit en notre possession, on pourra acheter les différentes améliorations de nos armes et de notre gant. Pour bien progresser dans l'histoire, il sera préférable d'utiliser les crédits pour améliorer la matraque, que l'on utilisera presque tout le temps, afin de débloquer de nouvelles techniques de combat. Et le GRP. Car grâce à lui, on pourra propulser nos ennemis dans les différents pics ou pièges mortels, dispersés un peu partout dans le jeu. Ce GRP sera aussi très utile pour attraper certains coffres, ou lancer des bonbonnes explosives sur un groupe ennemi.


Vers la fin du jeu, on fera la rencontre de nouveaux ennemis qui nous forceront à la jouer furtif. Car ces derniers seront aveugles. On pourra donc passer facilement derrière eux, afin de les exécuter avec notre clé anglaise, transformée dès le début du jeu, en couteau de prison. En plus d’être aveugle, on a l’impression qu’ils sont sourd. Car ils n'entendent même pas quand un des leurs se fait exécuter à 1 mètre de distance, donc pourquoi se priver.

Un voyage spatial époustouflant !

The Callisto Protocol nous offre un voyage magnifique dans l'espace. Du début à la fin, c'est une véritable claque visuelle. De ce côté, on ne peut rien lui reprocher. C'est tout simplement parfait. Certes, ce n'est que des petits couloirs, avec toujours les mêmes décors. C'est très répétitif sur 8 heures de jeu. Mais ça reste très agréable quand un jeu est aussi beau. Et il n'y a pas que les décors qui sont somptueux. Il y a aussi les différentes exécutions, morts, et animations quand on balance un ennemi dans un piège. Le sang gicle de partout. Jacob perd ses yeux, ses membres, ou même sa tête. C'est très gore. Mais aussi, très réussi visuellement.


Malheureusement, les graphismes ne font pas tout. Et même sur PlayStation 5, le jeu a son lot de problèmes. Pour commencer, il y a un gros problème de synchronisation labiale, tout au long de l'aventure. Et ce n'est pas le petit décalage de 1 sec. Parfois, on se retrouve avec des décalages de plusieurs dizaines de secondes. Ensuite, on va avoir un problème de doublage, qui va commencer à apparaître au chapitre Perdu. Lors des cinématiques, les personnages vont se mettre à parler anglais. Et ça va continuer jusqu'au dernier chapitre. Heureusement, ça ne le fait pas tout le temps. Mais le mélange français/anglais dans une phrase, c'est assez moyen.


Pour finir, le dernier défaut du jeu, qui ne sera sûrement pas un défaut pour certains joueurs, c'est sa répétitivité, et son manque d'action par moments. Tout au long de l'histoire, on va toujours faire la même chose, sans jamais voir d'évolution. On actionnera toujours les mêmes leviers. On affrontera souvent les mêmes monstres. Et on avancera dans des zones tellement vides, qu'on cherchera les ennemis, juste pour ne pas s'ennuyer. Et après 3-4 heures de jeu, une certaine routine commencera à s'installer. Heureusement, l'histoire nous intrigue assez pour ne pas abandonner.

Un bon départ ?

Pour conclure, The Callisto Protocol est un survival horror intéressant, mais loin d'être inoubliable. L'histoire est trop linéaire. Le gameplay n'évolue pas assez. Les décors sont répétitifs. Tout comme les monstres. Il y a aucun vrai défi, mis à part si on passe le jeu en difficile. Les heures s'enchaînent, et on s'ennuie. Et c'est bien souvent trop vide. On aurait aimé avoir plusieurs boss, ou différentes énigmes à résoudre, afin de progresser. Histoire de ne pas se retrouver simplement dans un lieu avec des monstres. C'est le gros défaut du jeu, son manque de folie. Certes, c'est magnifique. Et on en prend plein la rétine. Mais ça ne fait pas tout malheureusement.


204 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page