• Couple of Gamer

[Test Express][Steam] Stonefly


Disponible le 1er juin sur PlayStation, PC, Xbox et Nintendo Switch. Stonefly nous fait vivre l'aventure de l'inventrice, Annika Stonefly, qui va devoir récupérer un héritage familial perdu en utilisant son intelligence et sa stratégie. Développé par Flight School Studio, et édité par MWM Interactive. On a tenté de partir explorer la faune et la flore sauvage de ce petit jeu indépendant, à bord de robots mécaniques, afin de vous faire découvrir notre test.

Trailer du jeu

Stonefly est un jeu d'action-aventure relaxant sur la découverte de soi, l'héritage et l'appartenance. Alors que notre jeune Annika rentre d'une balade nocturne, accompagnée de la nacelle de son père. Cette dernière oublie malencontreusement de fermer la porte du garage, avant d'aller dormir. Malheureusement, un voleur, qui l'a vu passer dans les environs, en a profité pour dérober la nacelle. Au petit matin, son père s'en rend compte. Et après la colère de ce dernier, notre jeune inventrice va tout mettre en ouvre pour la retrouver.

Dans Stonefly, on va donc prendre d'un Meca volant. Et on va devoir explorer un vaste monde ouvert, en plein milieu des arbres. Afin de remettre la main sur l'héritage perdu de notre père. Dans ce jeu, on passera 90% de notre temps dans le Meca, afin d'explorer les différents lieux, pour remplir des objectifs, qui nous mèneront à notre quête finale. Mais pour mener à bien notre mission, il faudra surtout faire très attention. Car dans Stonefly, on traversera principalement des branches et des feuilles. Et le moindre faux pas, pourra nous faire chuter dans le vide. Parfois, ce vaste étendu de faune et flore sauvage, peut nous perdre. Et on se retrouvera un peu sans repaire. Heureusement, pour retrouver son chemin, nos alliés les mouches mettront tout en œuvre pour nous aider lors de notre quête.


Pendant notre aventure, de nombreux ennemis viendront nous barrer la route. Bien sûr, pour coller à l'univers de Stonefly, tous ces ennemis seront de redoutables insectes. Et pour les vaincre, il faudra s'aider de son Méca, et leur tirer dessus, afin de briser leur armure, et leur mettre les 4 pattes en l'air. Une fois dans cette position, il suffira de les pousser dans le vide, grâce à un petit coup de vent. Évidement, plus on avance dans le jeu, plus les ennemis deviendront redoutables. Mais rien d'insurmontable. Car, comme on n'a pas vraiment de vie, on ne peut pas mourir. Il faudra juste faire attention à notre Meca, et le réparer après chaque combat. Sinon, même si c'est très rare, le Méca tombera au combat.

Si jamais on meurt au combat, ou à force de chuter dans le vide, on se réveille dans notre camp. Et pour reprendre notre aventure, on devra sélectionner l'un des points de repère précédemment découvert. Le camp est un lieu important dans Stonefly. dans ce dernier, on y passera peu de temps. Mais on pourra s'y reposer, afin de donner des idées d'inventions à Annika. Et surtout, on pourra entretenir et faire évoluer notre Méca. Plus on rêvera, plus on débloquera de nouvelles idées, comme des coups de vent dans le ciel, le dash ou encore la possibilité de résister aux températures changeantes dans certaines zones du jeu. Bien entendu, les évolutions ne seront pas gratuites. Il faut trouver des pièces pour les effectuer. Il y a deux méthodes pour ça. La première, récupérer des pièces dans la nature, pendant notre exploration. La seconde, via un vendeur, qui se trouvera au camp. Mais ce dernier demandera des pièces rares en échange des autres pièces. Il faudra donc se focaliser sur la première méthode pour améliorer son Méca.

Stonefly est un jeu entièrement réalisé à la main. Et on ne peut être que charmé par la direction artistique que nous propose Flight School Studio. Les insectes. Les environnements colorés. Les petites scènes pendant les rêves. Chaque petit passage nous en met plein la vue. C'est très beau, et très agréable à regarder. De plus, la bande-son est somptueuse, et nous plonge à merveille dans l'univers du jeu. Une petite pépite indépendante, qui a les arguments pour convaincre. Même si le gameplay reste parfois difficile à maîtriser.


Pour conclure, Stonefly brille par son originalité. Et nous charme par sa direction artistique et sa sublime bande-son. Cependant, pour vraiment réussir à accrocher au jeu. Il va falloir maîtriser son gameplay. Et surtout, apprécier les jeux de Mécas. Car même si ça ne fait pas tout. Ça reste la base du jeu.


143 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout