top of page
  • Photo du rédacteurCouple of Gamer

[Test][Playstation 5] The Last of Us Part II Remastered


4 ans après la sortie de The Last of Us Part II, et le remake de The Last of Us Part I sur PlayStation 5, Ellie et Joel sont de retour, dans une version remasterisée de The Last of Us Part II, avec quelques nouveautés au passage. Et après avoir de nouveau exploré Seattle, tout en tentant de survivre au tout nouveau mode de jeu, il est temps pour nous de dévoiler notre test.

Trailer du jeu

La même histoire, ou presque !

L'histoire de The Last of Us Part II se déroule quelques années après la fin du premier opus. Joel et Ellie tentent de survivre, entourés d'autres survivants, dans la ville de Jackson. Malheureusement, certains événements vont bouleverser la vie de nos survivants, qui devront, pour certains, quitter Jackson pour la grande ville de Seattle.

On démarre cette seconde partie avec Joel. Après un bref résumé des événements finaux de The Last of Us, on se retrouve à cheval, en compagnie de Tommy, en route pour Jackson. Puis c'est au tour d'Ellie d'avoir sa petite scène d'introduction, au cœur de la ville survivante de Jackson. Les premières heures de jeu se déroulent à Jackson et ses alentours. On y contrôle principalement Ellie, mais aussi Abby, qui se dévoile au fur et à mesure de l'aventure.


La première partie de The Last of Us Part II sert principalement de didacticiel. On y apprend à chevaucher, se camoufler dans les hautes herbes, tuer les infectés, récupérer divers artefacts, ou encore à fabriquer des soins et des armes secondaires. Après quelques heures à patrouiller près de Jackson, en compagnie de Dina, des événements vont bouleverser à jamais la vie d'Ellie, qui partira pour un long voyage vers Seattle.

L'histoire de The Last of Us Part II démarre véritablement à Seattle, où l'on contrôle Ellie accompagnée de Dina, traquant les membres du WLF, un groupe de résistants armés qui contrôle la ville. Le jeu se déroule en plusieurs parties, ou plutôt plusieurs jours, trois pour être précis. Pour progresser dans l'histoire, il suffit de suivre les traces des WLF. Comme pour le premier opus, chaque zone est assez linéaire, sauf certaines un peu plus ouvertes. On explore sans vraiment explorer, et on progresse assez rapidement dans l'histoire, sans vraiment être libre de se balader.


Après avoir terminé l'histoire d'Ellie, on contrôle Abby, qui nous fait découvrir une autre facette de l'histoire. Comme pour Ellie, cette histoire se déroule principalement à Seattle, en trois jours, avant de nous envoyer sous le soleil californien de Santa Barbara.


Pour venir à bout de The Last of Us Part II, il faut compter une bonne vingtaine d’heures, quand on connaît l’histoire. Cette dernière, contrairement au jeu d’origine sorti en 2020, comporte quelques scènes en plus, mais rien qui ne prolonge l’histoire principale. Pour terminer le jeu à 100 %, on peut y passer bien plus de temps, entre les artefacts, les cartes à collectionner, les entrées du journal, les pièces à collectionner et les différents coffres. Heureusement, une fois le jeu terminé, un petit New game + est disponible, avec quelques petites nouveautés. Mais on y reviendra après.

La survie du plus fort !

Comme dans le jeu d’origine, et quelle que soit la difficulté, les rues et autres lieux que l'on visitera grouilleront d'ennemis. Entre les infectés, les membres du WLF ou les Scars, il faut être sûr d’être prêt pour le combat. Et pour cela, rien de mieux qu'un bon couteau, des armes à feu, un arc, quelques bombes et d’autres armes létales.


Le jeu ne propose pas beaucoup d'armes. Quelques armes de poing, des fusils, des bombes, un lance-flammes, un arc, ou encore une arbalète. Certaines de ces armes s'obtiennent automatiquement lors de l'aventure. Pour d'autres, comme le fusil à pompe, il faut fouiller un peu les zones et ouvrir quelques coffres-forts. La plupart des armes peuvent être modifiées via un établi. Pour cela, il faut récupérer quelques matériaux qui se trouvent un peu partout dans le jeu. Une arme peut être améliorée quatre fois, touchant la cadence de tir, la stabilité, le recul et la capacité de l'arme. Mais il est aussi possible, grâce aux matériaux récupérés, de fabriquer des silencieux temporaires pour certaines des armes, ou encore quelques munitions.

Les matériaux récupérés servent aussi à la création d'autres styles d'armes, comme des explosifs, des grenades, des cocktails Molotov, des tuyaux explosifs, mais aussi des armes de corps à corps, comme des couteaux ou des battes. Étant donné que certains matériaux servent à la création d'objets de soins, il faut aussi garder un peu de matériaux pour ne jamais être à court de soin. Car les ennemis de The Last of Us Part II sont parfois coriaces. Pour survivre dans le jeu, il faut aussi économiser des balles. Quelle que soit la difficulté, on en aura très peu à se mettre sous la main. Donc, pour réussir à en stocker, la discrétion est de mise. Grâce à un sens d'écoute, il est possible de détecter les ennemis à distance, permettant ainsi de préparer quelques attaques furtives sur les infectés ou les membres du WLF. Malheureusement, cela ne fonctionne pas toujours pour être discret. Parfois, une vague d'ennemis s'avancera vers nous, et il faudra choisir d’utiliser ses rares munitions ou d'esquiver les attaques et frapper au corps-à-corps. La seconde technique marche très bien face aux infectés basiques, mais reste plus difficile à mettre en place quand des claqueurs ou des puants s'invitent dans les affrontements, sans oublier les ennemis non infectés qui tirent à vue.


Heureusement, on peut améliorer nos compétences. Au début du jeu, seules cinq compétences peuvent être débloquées. Par la suite, et après avoir fouillé un peu partout, il est possible d’en débloquer 15 autres grâce à des manuels d’entraînement. Chaque manuel permet de débloquer une nouvelle branche de compétence, comme la survie, les explosifs ou encore la confection. Ces compétences améliorent certaines capacités des personnages et ajoutent de nouvelles confections, comme des armes de corps à corps. Certaines compétences d'une branche, comme la précision, sont vraiment un atout pour progresser dans le jeu. Car les armes ne sont pas toujours faciles à utiliser. Elles ont beaucoup de recul, et en améliorant les compétences de précision, il est plus simple de viser avec une arme à feu. Au total, il y a 8 manuels d’entraînement à trouver, quatre pour Ellie et quatre pour Abby. Pour améliorer les compétences des personnages, il faut trouver des matériaux en forme de gélule, et comme pour l’amélioration des armes, on en trouve un peu partout en fouillant les lieux. Il faut donc, quand c’est possible, explorer chaque zone à fond.

Un vrai Retour ?

The Last of Us Part II Remastered n’est pas qu’un simple jeu remasterisé. En plus d’offrir une amélioration des graphismes par rapport à la version PlayStation 4, le jeu de Naughty Dog fait son retour avec plein de nouveautés. Et avant de parler des plus grosses nouveautés, on va parler des petits ajouts classiques. Tout d'abord, une fois le jeu terminé, on débloque quelques bonus, comme de nouveaux skins ou encore la guitare en jeu libre, qui permet simplement de jouer de la guitare. Il y aura aussi de nouveaux bonus et des niveaux perdus, supprimés lors du développement, ainsi que quelques images conceptuelles, et bien d’autres.


Mais la plus grosse nouveauté de ce remaster, c’est le mode Sans-Retour. Dans ce mode de type roguelike, on doit enchaîner une série d’affrontements dans des sessions Standard, Personnalisée ou Quotidienne. En mode Standard, on commence par choisir l’une des 6 difficultés, allant de Très facile à Réaliste, ou personnaliser sa difficulté. Une fois ce choix fait, on peut choisir l’un des personnages disponibles. Au début, il n’y a que 2 personnages, Ellie et Abby, mais en jouant et en terminant les défis, on débloque 8 autres personnages. Chaque personnage a son arme de prédilection, ainsi que son arme secondaire. Par exemple, Lev a un simple pistolet et un arc. Les personnages ont aussi quelques caractéristiques qui leur sont propres, comme un mode d’écoute amélioré ou des branches de compétences débloquées.

Quand on a sélectionné son personnage, on se retrouve dans le QG du personnage. Dans ce petit lieu, il y a un établi pour améliorer les armes, comme dans le jeu d’origine, ainsi qu'un tableau avec différentes photos et plusieurs chemins à prendre. Le but est simple. Chaque photo de ce tableau représente une mission de survie ou d’attaque, et le but est de terminer cette mission sans mourir, afin d’accéder à la mission suivante. Lors des attaques, notre objectif est d'éliminer, seul ou avec un allié, différentes vagues d’ennemis, et lors de la survie, comme son nom l’indique, le but est de survivre.


Comme dans le jeu, lors des missions, on a la possibilité de récupérer des ressources et de crafter des soins, des munitions ou des armes. On peut aussi utiliser les éléments du décor pour jouer furtivement et économiser des balles ou se cacher. À la fin de la mission, on est renvoyé au QG, où un coffre avec diverses récompenses nous attend. Et on peut améliorer nos armes ou nos compétences grâce aux ressources obtenues. Parfois, certaines missions nous permettent de débloquer des arbres à compétences spécifiques. Il faut donc bien choisir sa voie pour débloquer les meilleures compétences possibles pour survivre.

Quand on arrive au bout de notre chemin, on a droit à une mission Boss, qui nous donne du fil à retordre. Et c’est souvent lors de cette mission qu’on tombe au combat. Comme dans tous les roguelike, la mort est permanente, ce qui nous oblige à recommencer à zéro. Mais mourir dans le mode Sans-Retour nous permet aussi de débloquer les défis, ainsi que les autres Sessions. Les défis sont très importants dans ce mode, car c’est en les terminant qu’on débloque les autres personnages de ce mode. Certains sont assez faciles à débloquer, car il suffit simplement de terminer tous les défis d’un personnage. Mais d’autres sont un peu plus difficiles. En plus des défis, il faut réussir les paris, qui fonctionnent comme des défis, mais demandent une certaine maîtrise du jeu.


Après quelques sessions, on commence à faire le tour du mode Sans-Retour, et mis à part pour les succès ou débloquer les personnages, on n’y trouve que très peu d'intérêt, même si cela reste plutôt original de voir un mode de jeu roguelike dans The Last of Us.

La claque que l’on attendait ?

Sur PlayStation 4, The Last of Us Part II était déjà époustouflant. Et la version PlayStation 5, qui ajoute une résolution 4K au jeu, en plus de ses graphismes améliorés, nous en met encore plus plein la vue. Les décors sont toujours aussi somptueux et très détaillés, et c’est une petite claque visuelle à chaque nouvelle zone. Même si, quand on regarde de plus près, le remaster n’est pas aussi spectaculaire qu’on aurait pu le croire. Naughty Dog avait déjà mis la barre très haute lors de la sortie PlayStation 4, et de faire mieux, c’est souvent difficile. Pourtant, on le sait, il y a matière à faire mieux. Quand on voit la claque visuelle sur PC du premier opus, on se dit que le jeu peut être encore plus beau. Mais pour un jeu PlayStation 5, ça reste grandiose.


Mais là où on reste assez surpris, c’est sur les nombreux bugs, déjà présents en 2020. La physique, toujours un peu ratée, les bugs de collision très énervants par moments, les animations un peu vieillissantes lors de la confection, des petits détails qui ne vont pas gâcher l'expérience, mais qui ne font pas honneur au talent de Naughty Dog, et qui font un peu tâche sur un remaster. Bien sûr, le jeu reste ce qu’il est, et sa narration, son histoire et sa musique nous font très vite oublier les moindres petits soucis.

Le remaster de trop ?

Pour conclure, même si The Last of Us Part II reste un petit chef-d'œuvre narratif, on se demande si le remaster était vraiment nécessaire. La version PlayStation 4 était déjà sublime. Et finalement, on ne voit pas trop la différence entre les deux jeux. Cela se joue aux détails, mais on n’y prête pas vraiment attention. Certes, les petites nouveautés, ainsi que le mode Sans-Retour, apportent un peu de fraîcheur au remaster. Mais un simple DLC gratuit aurait pu aussi très bien faire l’affaire.


212 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page
Couple of Gamer ...