• Couple of Gamer

[Test'1D][PlayStation 5] Golf Club: Wasteland


Découvert lors de la Gamescom, Golf Club: Wasteland est un jeu de golf original, disponible le 3 septembre sur PC, PlayStation, Xbox et Nintendo Switch, développé par Demagog Studio, et édité par Untold Tales, qui nous emmène faire une petite partie de golf sur les vestiges d'une Terre dévastée. On a donc sorti nos meilleurs clubs, afin de mettre quelques Trou en un, sur les 35 trous loufoques de ce jeu indépendant. Voici notre test.

Trailer du jeu

Alors que les riches se sont réfugiés sur Mars après la chute de l'Humanité. Certaines reviennent sur une Terre ravagée pour le plaisir de taper quelques balles au golf. Dans un paysage en ruine, le moindre trou a sa petite histoire, et nous remuera les méninges pour réussir le coup parfait. Mais derrière ce petit voyage sur terre, on découvre aussi le récit d'un golfeur solitaire, revenu sur Terre pour un dernier tour de piste, tout en profitant de la station Radio Nostalgia From Mars, qui nous décrit le quotidien des réfugiés martiens, à travers des témoignages.

Même si Golf Club Wastleland est avant tout un jeu de golf, avec 35 trous, plus ou moins difficiles. Il offre une sublime petite histoire en arrière-plan, qui nous accompagne tout au long de notre partie. Le jeu propose 3 modes. Le premier, le mode Scénario, qui permet de jouer les 35 trous, sans devoir se prendre la tête. Dans ce monde, on a aucune obligation de nombre de coups, et on peut bloquer des heures sur un trou, puis sauter le niveau si jamais on n'y arrive vraiment pas. Il est parfait pour se préparer aux deux autres modes. Le second, le mode défi, propose de faire les 35 coups en Par. C'est-à-dire, ne pas dépasser le nombre de coups utiles à la réalisation du trou. Généralement, le nombre de coups limités est très élevé. On termine donc les 35 coups sans problème. Pour finir, le mode Hardcore, c'est l'ultime mode à débloquer, une fois qu'on a maîtrisé les rouages du Golf de ce jeu. Ici, on n'a pas droit à l'erreur. Il faut atteindre le trou dans une limite parfois un peu folle. Sur certains trous, on a déjà du mal à faire le Par sans souffrir. Alors dans le mode hardcore, on ne passe quasiment aucun niveau sans entraînement.


Golf Club: Wasteland n'est pas vraiment difficile. Car les commandes sont basiques. Ce qui permet à tout le monde de prendre le jeu en main sans le moindre petit effort. Il faut juste ajuster l'angle de son tir, ainsi que sa puissance. Pour le reste, tout dépendra du niveau. Parfois, pour trouver le trou, il faudra bouger sa caméra, afin de se préparer. Des plateformes mouvantes, des ascenseurs, des escaliers. Il y aura de nombreux obstacles qui viendront nous bloquer le jeu. Même des écureuils ou des monstres bizarres. En mode Scénario, on peut se permettre de se balader, et de trouver le moyen le plus simple de terminer le trou. Et même de chercher des succès à réaliser. Comme mettre un panier. Mais quand on se lance en Défi ou hardcore, chaque coup compte. On cherche donc des raccourcis. Parfois, ils sont visibles. Un petit tuyau qui mène directement vers les WC. D'autres fois, il faudra actionner des boutons pour trouver ce fameux raccourci. Mais c'est aussi ce qui fait le charme de ce petit jeu de golf.

Mais il n'y a pas que son originalité qui est pleine de charme. L'univers de Golf Club: Wasteland est tout aussi sublime que triste. Les différents lieux qui servent de trou sont d'un calme apocalyptique. Certes, on découvrira parfois quelques animaux. Mais dans l'ensemble, le jeu réussit à représenter le monde post-apocalyptique d'une très belle manière. De plus, on a le droit à une bande-son exceptionnelle, qui mélange les genres, et qui se fond parfaitement bien à l'ambiance du jeu. Avec en prime, une narration envoûtante et émouvante, qui nous donne envie de faire quelques pauses entre deux trous. À la fin du jeu, on a aussi le droit à une petite histoire supplémentaire. Mais on n'en dira pas plus à ce sujet.


Pour conclure, on voyait Golf Club: Wasteland comme un simple petit jeu de golf à travers des trous un peu bizarres. Mais au final, c'est bien plus que ça. Derrière ce passe-temps bourgeois, on découvre toute une histoire sur les survivants et sur l'humanité. Sans oublier la petite fin supplémentaire, qui ajoute un petit plus à ce jeu. Une très belle découverte qu'on a terminé 3 fois avec grand plaisir. Et qu'on continue d'explorer pour les succès, mais aussi pour voir si on n'aurait pas loupé quelques histoires sur Radio Nostalgia From Mars.





124 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout