• Couple of Gamer

[Test Express][Steam] Skelattack


Sorti de nulle part le 2 juin, Skelattack est un metroidvania, développé par Ukuza et édité par Konami, qui nous fait voyager dans l'Underworld avec Skully, un jeune squelette, et son amie chauve-souris, Imber, qui vont se lancer dans une fille aventure, pour sauver leur monde d'une invasion d'humains. De notre côté, on a pris la défense de l'Underworld, pour la réalisation de notre test. Manque de peau, Skully a connu bien trop souvent la mort.

À La Découverte

Dans Skelettack, on y incarne, un jeune squelette, récemment mort. Votre nouveau lieu d'habitation, l'Underworld, les habitants y sont excentriques. Mais la vie y est paisible. Surtout que vous avez déjà une amie. Une gentille et mignonne petite chauve-souris. Malheureusement, votre nouveau et doux foyer est attaqué par les humains. Ces derniers attaquent votre ville, et capturent le doyen. Courageux jusqu'au bout des os, vous et Imber, partez à l'aventure pour arrêter les humains.


Skelettack est un jeu d'aventure plateforme qui se joue comme un Metroidvania. En contrôlant à la fois Skully et Imber, vous allez devoir traverser différents niveaux, pour progresser dans l'histoire du jeu. Égout. Forêt. Grotte. Prison. Ou encore château. Muni de votre épée, vous allez devoir affronter les nombreux et coriaces ennemis qui peuplent les lieux, tout en évitant les pièges, qui vous briseront les os.

La progression dans Skelettack est assez linéaire. On avance lieu par lieu, tout en les explorant un peu, à la recherche de trésors et de cristaux. Ces derniers serviront à débloquer quelques capacités supplémentaires, comme plus de soins, plus de mana, ou meilleure épée. Mais qu'importe votre épée, ou votre magie. Pour vraiment progresser dans l'histoire de Skelettack, il faudra survivre aux nombreux pièges, qui demanderont des réflexes dignes des plus grands squelettes. Chaque plateforme peut représenter un danger. Et le moindre petit choc avec des débris, et c'est la mort assurée.


Heureusement, chacune des salles du jeu propose des petites flammes bleues à allumer. Elles correspondent à des points de sauvegarde. Idéale pour ne pas tout refaire après chaque mort. Car malheureusement, même en tant que squelette, vous ne serez pas épargné par la mort.

Quelquefois, vous prendrez le contrôle de la chauve-souris. Soi pour aider Skully à traverser des zones. Soi pour partir à l'aventure solo, histoire de débloquer le chemin. Quand vous portez Skully, il faudra simplement faire attention à la barre d'épuisement. Pour éviter de faire tomber Skully. Solo, il faudra voler pour récupérer des choses, et accomplir quelques quêtes. Imber peut aussi attaquer les ennemis grâce à un dash. Mais ce n'est pas toujours simple à effectuer. On préfère attaquer avec la grosse et puissante épée de notre ami squelette.


Plus vous avancerez dans l'histoire de Skelettack, plus vous débloquerez de nouveaux chemins. Et pour vous aider à revenir à votre village de temps en temps, un petit squelette mineur vous proposera d'effectuer quelques voyages rapides entre différents lieux. Et surtout, vous fera voyager vers votre village, pour effectuer quelques emplettes, si vous avez assez de "cristos".


Pour venir à bout de Skelettack, il ne faudra pas plus de 4 heures malheureusement. C'est très court. Mais on passe tout de même un agréable moment. Tout d'abord parce que le jeu nous propose une direction Artistique vraiment exceptionnelle. Elle nous rappelle celle de Cuphead. Tout est dessiné à la main. Et c'est vraiment magnifique. Tout en étant mignon à souhait. Difficile de ne pas être charmé par Skelettack, dès qu'on pose les mains dessus. De plus, on a le droit à un OST parfait, qui met vraiment dans l'ambiance. Il n'y a vraiment rien à redire. Enfin presque. Car même si le jeu est édité par Konami, il n'y a aucune traduction Française. Un gros défaut qui fera fuir les nombreux anglophobes,

Pour conclure, Skelettack est tout simplement une sublime réalisation, qui mérite d'être découverte. Que ce soit pour son OST ou sa Direction Artistique. Certes, il ne propose pas l'histoire révolutionnaire. Et ne réinvente aucun genre. Mais quand un studio met autant de coeur dans la réalisation. Bien souvent, on a affaire à une pépite. Et c'est le cas pour Skelettack. Dommage qu'avec l'aide de Konami en tant éditeur, Ukuza n'ait pas réussi à proposer une version Française. Un petit défaut qui ne mange pas de pain. Mais qui reste un défaut pour de nombreux joueurs.


131 vues
  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Gris Facebook Icône

Copyright © Couple of Gamer CoG - 2018 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now