• Couple of Gamer

[Preview][Steam] On a libéré les terres de Nevendaar dans Disciples: Liberation


Alors que le RPG stratégique en tour par tour de Frima Studio et Kalypso Media, sortira le 21 octobre prochain sur steam. On a eu la chance de pouvoir s'aventurer dans le monde dark fantasy de Disciples: Libération. Un jeu qui nous a propulsé sur les terres de Nevendaar, en compagnie d'Avyanna et son disciple, Orion. Et qui nous a permis de se faire un petit avis avant sa sortie officielle en octobre. Un monde riche à explorer, qui nous a laissé bouche-bé. Mais trêve de bavardage. Voici notre preview.

Trailer du jeu

Disciples: Libération est un RPG stratégique en tour par tour, qui nous met dans la peau d'Avyanna, qui va devoir libérer les terres de Nevendaar, et découvrir le monde qui l'entoure. Pendant cette aventure, chaque décision aura une conséquence sur notre voyage, qui permettra d'écrire notre propre histoire. Pour explorer le vaste monde de Nevendaar, on devra former un groupe, afin de parer à tous les dangers qui nous entourent. Même si notre session dans Discples: Libération a pu durer de nombreuses heures. On ne va pas revenir sur tout ce qu'on a pu voir. Sinon, cette preview se transformerait très vite en review. Mais on va revenir sur quelques aspects qui nous ont plu.


On a commencé notre aventure avec notre petite escouade. Avyanna, l'héroïne principale, et Orion, son disciple. La première chose qu'on a apprise de ce jeu, c'est que nos choix auront des conséquences. Le jeu proposera de nombreux dialogues. Et lors de ces dialogues, diverses réponses seront possibles. Chaque réponse aura un sigle, qui permettra de savoir quel genre de réponse on donnera. Par exemple, le point d'interrogation représentera une question. Le cœur, une réponse romantique. Des épées, fin d'une conversation, plus attaque du personnage. Un petit bonhomme avec un plus permettra de demander à l'autre de rejoindre notre cause. Des petites cornes, intimider ou menacer la personne. Une auréole, la raisonner ou la complimenter. La langue de vipère servira à mentir. Et pour finir, des ailes, qui représentent une relique d'Avyanna. Même si on nous dit qu'il n'y a aucun mauvais choix. Certains d'entre eux auront un impact sur l'histoire et la fin du jeu. Bien sûr, on n’en saura pas plus, car on n'a malheureusement pas terminé le jeu. Mais certaines conséquences sont parfois directes.

Après la narration, nous avons les combats. Ces derniers se déroulent sur une petite carte en tour par tour, avec des déplacements sur des cases hexagonales. Comme souvent dans ce genre de jeu, nos personnages auront des points d'action pour pouvoir jouer. Il y a trois types de Points d'action. Le point bleu pour les déplacements. Le rouge pour exécuter une aptitude. Et le orange pour exécuter un déplacement ou une aptitude. Si on n'utilise pas les points d'action d'un personnage pendant le tour, il regagnera de la vie. Disciples: Libération propose des combats stratégiques bien pensés, qui ne sont pas plus difficiles que ça. D'habitude, on souffre dans ce genre de combat. Mais dans ce jeu, on prend plaisir à vaincre nos ennemis, combat après combat.


Lors des combats, notre héroïne, Avyanna, aura la possibilité de lancer des sorts, en plus d'attaquer. Mais pour cela, il faudra au préalable apprendre les sorts en trouvant des parchemins. Chaque parchemin va permettre de rechercher un sort dans la liste des sorts disponibles. Les sorts sont rangés par Rang. De 1 à 4. Le dernier rang propose les sorts les plus puissants. Mais pour de la magie encore plus puissante, il faudra investir ses points de talents dans l'arbre de compétence. Seule Avyanna peut utiliser des sorts. Et parfois, ces sorts peuvent nous faire gagner un combat.

À la fin d'un combat, tous nos personnages, même nos disciples, gagneront de l'expérience. On gagnera aussi de l'or, et quelques fois, de l'équipement. Avyanna peut s'équiper d'armes, d'armures et de fragments d'émotions. Les équipements sont classés selon leur rareté. Commun pour de l'équipement basique. À légendaire, pour la meilleure des qualités. Les compagnons, comme Orion, peuvent être équipés d'armes et de fragments d'émotions. Et les unités, uniquement des fragments. Si une unité tombe au combat. On récupérera son fragment.


Pour améliorer Avyanna et nos compagnons, il faudra passer par le château d'Yllian. Ce lieu, qui servira à lancer une quête, rechercher les sorts d'Avyanna, parler aux compagnons, les entraîner, ou encore, reassigner nos points de compétences, devra être reconstruit de toute pièce. Pour cela, il faudra récolter des ressources pendant notre aventure, afin de pouvoir construire de nouveaux bâtiments, comme un bâtiment de recrutement, qui servira à recruter des unités. Car, même si Avyanna et Orion sont de très bons combattants, ils ne feront pas le poids face au danger que l'on rencontrera à Nevendaar. Le jeu proposera plus de 50 unités différentes, histoire de préparer une équipe de choc, avant chaque mission.

Pour avancer dans l'histoire de Discples: Libération, il faudra effectuer de nombreuses quêtes. Et certaines de ces quêtes auront un impact sur nos relations avec les diverses factions du jeu. Au début, on démarrera en faction neutre. Plus on progressera dans l'aventure, plus on aura la possibilité de choisir une faction avec qui s'allier. Malheureusement, nous n'avons pas pu en voir plus à ce sujet pour l'instant. Mais le système s'annonce très intéressant.


Bien sûr, le jeu proposera aussi de nombreuses quêtes, dispersées un peu partout dans le royaume. Chaque lieu proposera son univers et ses quêtes. Pour se rendre dans chacun des lieux, il suffira simplement d'utiliser le portail de notre château. Il y a trois types de quêtes dans Disciples: Libération. La quête principale, une suite de quêtes obligatoires, qui permettra d'avancer dans l'histoire. Les quêtes secondaires. Et les quêtes de compagnon, qui ne sont pas obligatoires. Mais qui vont permettre d'en savoir un peu plus sur notre compagnon de route.

On pourrait parler des heures et des heures de Disciples: Libération, tellement il y a de choses à dire. Mais on va en garder un peu pour le test. Mais ces premiers pas nous ont totalement charmés. En plus d'avoir un jeu riche. On a le droit à un jeu sublime. Les décors. Les personnages. Les différentes régions. Disciples: Libération nous offre un somptueux voyage dans son royaume. Tout ceci accompagné d'une bande-son grandiose. Et on dit ça sur un aperçu de quelques heures. On s'imagine déjà parcourir Nevendaar pendant plus de 80 heures, à effectuer des quêtes, et tuer des monstres, afin d'y découvrir ses 5 fins.


Malheureusement, il faudra encore patienter, avant de pouvoir en découvrir davantage. Même si de notre côté, on en a déjà vu suffisamment. Et pour l'instant, c'est un grand oui. Disciples: Libération a tout pour nous faire passer une incroyable aventure. Reste à savoir quels impacts auront nos choix. Pour le savoir, rendez-vous en octobre.



0 commentaire