• Couple of Gamer

[Preview] On a fait quelques tours de pistes dans Blaze et les Monster Machines


À l'occasion de l'OG Unwrapped, la présentation presse d'Outright Games, nous avons pu faire vrombir les moteurs, lors d'un Hands-On du prochain jeu de course de 3D Clouds, Blaze et les Monster Machines Pilotes de Moteur City, qui sortira en octobre sur PlayStation 4, Xbox One, PC et Nintendo Switch. 30 minutes, manette en mains, à contrôler Blaze, Zeg, ou encore, Starla, sur les différents circuits de l'univers de la série. Voici notre preview.

Alors que 3D Clouds est actuellement sur plusieurs jeux de course, dont Fast & Furious Spy Racers: Rise of Sh1FT3R. On a pu mettre nos petites mains sur les Monster Trucks du dessin animé pour enfants, Blaze et les Monster Machines. Un jeu de course dans le monde du dessin animé, qui propose des courses folles de De Moteur City au Monster Dome. Avant de commencer notre aventure dans Blaze et les Monster Machines Pilotes de Moteur City, on a dû suivre le tutoriel, afin d'y apprendre les touches. Bon, il n'y a rien de compliqué. Un bouton pour accélérer, qui est par défaut, le bouton A ou X, selon la manette. Donc, pas de gâchette pour l'accélération. On a aussi un bouton pour le freinage et la marche arrière. Le dérapage, très utile lors des virages, pour gagner un boost de vitesse. Et pour finir, le pouvoir spécial. Il y a très peu de touches à utiliser. Mais ça reste un jeu pour enfants. Alors, moins y a de touches, mieux c'est.


Pendant les 30 minutes de hands-on, on a pu découvrir les différents modes de jeu. L'aventure, les courses rapides, les courses aléatoires, et aussi la galerie. Dans l'aventure, on va devoir participer à plusieurs courses, divisées en championnat. Le but sera de gagner l'or pour continuer. Pendant l'aventure, on va découvrir une petite histoire qui mettra en scène Blaze et ses amis. Malheureusement, pas de cinématiques. Juste des dialogues. On aurait adoré avoir le droit à de vraies petites cinématiques, pour nous plonger plus facilement au cœur de l'histoire.

Avant chaque course, il est possible de sélectionner l'un des 7 personnages jouables du jeu. Chaque personnage aura une capacité spéciale, qui pourra être utilisée en course, une fois 10 clés ramassées. En plus de nous donner une petite accélération, cette capacité spéciale pourra ralentir les autres pilotes. Mais pour vraiment gagner en accélération, il faudra déraper à chaque virage.


Qu'on joue en facile, normal ou difficile, ce n'est pas bien compliqué de gagner une course dans le jeu. Blaze et les Monster Machines Pilotes de Moteur City étant un jeu destiné aux enfants, c'est un peu normal qu'il soit extrêmement simple. Ce n'est pas un défaut en soi. Car le jeu permet aux enfants d'avoir une évolution de la difficulté. Le vrai défaut du jeu, c'est le manque de sensation de vitesse quand on roule. Même avec nos différents boost d'accélération, on a l'impression d'être au ralenti. Ce qui rend la course très ennuyante. Et ça, même un enfant le remarquera facilement.

C'est dommage, car le jeu n'est pas mauvais. Les pistes sont plutôt plaisantes. L'univers est fidèle au dessin animé. Tout y est pour que les fans de la série puissent passer de bons moments. De plus, il est même possible de jouer jusqu'à 4 joueurs en local sur le même écran. Parfait pour les week-end Blaze et les Monster Machines en famille. Mais la lenteur des courses gâche vraiment le jeu. Bon, d'ici sa sortie en octobre, il y aura peut-être du changement. Du moins, on l'espère.


En tout cas, même si Blaze et les Monster Machines Pilotes de Moteur City n'est pas parfait. Il s'annonce très intéressant pour les jeunes joueurs entre 3 et 8 ans. L'univers est fidèle au dessin animé. La prise en mains est ultra simple. Et les courses sont plutôt faciles à gagner, qu'importe la difficulté choisie. A voir si avant sa sortie, un petit ajustement de la vitesse va être effectué. Car la version qu'on a pu avoir entre les mains ne va pas convaincre énormément de petits pilotes, qui recherchent un minimum de vitesse quand ils conduisent.

269 vues0 commentaire