• Couple of Gamer

[Test][Playstation 4] Dragon Ball Z Kakarot


Diffusé la toute première fois lors de la conférence Xbox de l'E3 2019, Dragon Ball Z Kakarot, développé par CyberConnect2, et édité par Bandai Namco Entertainment, nous avait irisé les poils. Un action-RPG, reprenant l'histoire de Dragon Ball Z, avec un système d’expérience, la possibilité de jouer plusieurs personnages, sans oublier les musiques mémorables de la saga. On attendait que ça. Et après avoir pu mettre les mains sur un combat mémorable lors de la Gamescom, suivi d'une scène encore plus mémorable, on était aux anges. Pour nous, Dragon Ball Z Kakarot avait tout pour nous plaire. On avait plus qu'à attendre le 17 janvier pour y jouer vraiment, et voir s'il était à la hauteur de nos espérances.

A La Découverte de Dragon Ball Z Kakarot

Dragon Ball Z, combat tous les méchants.

Dragon Ball Z Kakarot est un action-RPG qui reprend l’intégralité des 4 arcs scénaristiques de l'anime Dragon Ball Z. c'est-à-dire l'arc Sayens, l'arc Freezer, l'arc Cyborg/Cell, et bien sûr, l'arc final Buu. Le jeu se déroule donc en 4 arcs, divisé en plusieurs chapitres. Au total, 33 chapitres vous attendent dans Dragon Ball Z Kakarot.

La progression de l'histoire suit intégralement, ou presque, les épisodes de l'anime. On commence donc l'aventure avec Son Goku, et son fils Son Gohan, qui permettront d'installer les bases du jeu. Le vol, la cuisine, la pêche, ou encore quelques combats. Mais on reviendra sur tout ce que compose le jeu un peu plus tard.

Un arc dure en moyenne 5 heures, avec des enchaînements de combat et de scènes cinématiques. Après chaque arc, on a le droit à un petit interlude, qui permet de faire les histoires secondaires, profiter des entraînements, des activités secondaires, ou tout simplement partir à la recherche des Dragon Ball.

Vous l'aurez compris, on vient très vite à bout de l'histoire de Dragon Ball Z Kakarot, en se concentrant sur l'histoire. Il faut compter un petit 25 heures de jeu pour terminer les 4 arcs. Et un petit peu plus, si vous cherchez à faire toutes les quêtes secondaires, les activités, et monter les personnages au maximum.

Son Goku et ses amis.

Dragon Ball Z Kakarot, c'est avant tout des combats. En même temps, il n'y a pas de Dragon Ball Z sans des combats mythiques, et des attaques mémorables. Et avec cet action-RPG, on n'est pas en reste. Dans un premier temps, Son Goku n'est pas le seul personnage contrôlable dans le jeu. On y retrouve bien sûr, Vegeta, Son Gohan, Krilin, Piccolo, et bien d'autres. Et chaque personnage à son arbre à compétences, qui permet de débloquer de nouvelles attaques.

Pour faire évoluer ses différents personnages, il faudra bien sûr combattre lors de l'histoire principale. Mais aussi utiliser des renforts lors des interludes. À la fin d'un combat, on reçoit de l’expérience selon la note du combat, S pour la plus élevée. Plus la note est haute, plus on gagne de l’expérience, mais aussi des Orbes Z de différentes couleurs. Ces Orbes Z serviront pour l’évolution des arbres à compétences des personnages. Il est possible de réaliser des victoires instantanées sur les ennemis, lors des survoles de la map. Pour ça, il suffit juste de voler en utilisant son KI, et foncer dans les ennemis. Cela permet de remporter automatiquement la victoire avec la note S, et de récupérer de l’expérience rapidement, et des Orbes Z. Les personnages dit principaux ont un plus grand arbre à compétences, que les secondaires. Mais ils ont tous une importance capitale pour venir à bout de certains ennemis. Car lors des combats, les personnages secondaires, comme principaux, peuvent servir de soutien. On peut utiliser les attaques de ces personnages pour attaquer les ennemis.

Mais pour débloquer les futures attaques dans les arbres à compétences, il faudra tout de même passer par la phase entrainement. Il y a des zones d'entrainement un peu partout sur la map. Et tous les personnages jouables ont besoin d'effectuer des entraînements pour débloquer certaines attaques. Une fois un entrainement terminé, une attaque se débloque dans l'arbre à compétences. Il suffira d'utiliser ses Orbes Z pour la débloquer complètement, et pouvoir l'utiliser.

En ce qui concerne les combats, qui sont la base du jeu, il se déroule de la même manière que les derniers jeux Dragon Ball dernièrement sortis. On se retrouve dans une zone quasi illimitée, et on enchaîne les combos via les attaques qu'on a apprises, et qu'on a activées dans la personnalisation des personnages. Il est possible de sélectionner jusqu’à 4 attaques maximum par personnage. Une attaque console plus ou moins de KI. Il faut donc aussi se recharger pendant les combats, pour pouvoir attaquer. Il est possible d'utiliser des boules d’énergies, d'esquiver/où se téléporter, ou utiliser des objets de soins, comme le célèbre haricot Senzu, qui permet de récupérer 100% de sa vie. Bien sûr, il y a de nombreux autres objets de soins utilisables lors des combats, car les haricots ne sont pas vraiment illimité.

La communauté Z.

En plus du système d'arbre à compétences, Dragon Ball Z Kakarot propose un système de tableau communautaire. Ce tableau est divisé en 7 sections, Guerrier Z, Cuisine, Entraînement, Construction, Âge adulte, Aventurier, ou encore divinité. Pour faire évoluer les communautés, il faudra mettre en place des emblèmes d’âmes, que l'on récupère pendant l'histoire principale, ou les histoires secondaires. Ces emblèmes permettront d'augmenter le niveau d'une communauté, pour y débloquer des avantages. Par exemple, la communauté Guerrier Z permet d'augmenter la puissance des attaques en corps à corps, ou de Ki, tandis que la communauté âge adulte permet d'avoir des réductions dans les boutiques.

Pour faire évoluer une communauté, il faudra augmenter la puissance des emblèmes utilisés dans cette communauté, mais aussi faire des liens d'âmes, qui permettent d'augmenter l'amitié entre les emblèmes, mais aussi la puissance de la communauté. Chaque emblème d’âme à la possibilité d’être augmenté jusqu'au niveau 80, et passer en emblème d'or. Pour cela, il faudra donner des cadeaux aux différents emblèmes, qui monteront une ou plusieurs sections de communauté.

Dit comme ça, on a l'impression de vous raconter du charabia. Mais une fois le coup de main pris, et les associations logiques effectués, la gestion du tableau communautaire est assez enfantin. Malheureusement, on remarque très vite que ce système n'est pas obligatoire pour terminer le jeu. On peut donc très bien s'en passer tout au long de l'histoire.

L'exploration d'un nouveau monde.

Dragon Ball Z Kakarot ne propose pas une exploration en monde ouvert. La carte est divisée en plusieurs zones, plus ou moins grandes, avec son univers, ses niveaux d'ennemis, ou encore ses ressources. Pour voyager entre les différentes zones, il suffit de passer par la carte du monde du jeu. Plus on avance dans l'histoire, plus on déverrouille de nouvelles zones.

L'histoire principale, et les histoires secondaires, nous feront voyager sans cesse entre les différentes zones de la map, pour un combat, ou encore une ressource bien précise à chercher. Pour les fans, vous allez facilement vous retrouver dans la map de Dragon Ball Kakarot. Car on y retrouve l’île de Tortue Géniale, la ville de Mr Satan, ou encore la ville qui abrite Capsule Corp.

Dans toutes les zones du jeu, on y trouve un coin pêche, avec des poissons toujours différents. Des vendeurs de ressources, des fruits et animaux, idéale pour la cuisine, quelques objets pour la construction de véhicules, robots, et autres machines du R&D. Et le plus important, des nombreuses Orbes Z de toutes les couleurs, ainsi que des médailles D, qui serviront à l'apprentissage des techniques de combat de nos personnages. Il faut donc énormément explorer, si on veut découvrir Dragon Ball Z Kakarot. Plus tard dans l'histoire, des ennemis redoutables, indiqués par une couronne rouge, feront leur apparition sur certaines zones. Ces groupes d'ennemis permettent de gagner de nombreuses Orbes Z, et beaucoup d’expérience. Puis à un certain niveau, ces groupes d'ennemis deviendront encore plus puissants. Mais pour les vaincre, il faudra avoir atteint le niveau maximum.

Il y a tout de même de nombreuses choses à découvrir sur les zones de la map de Dragon Ball Z Kakarot. Comme les courses de voiture, ou la chasse aux Dragon Ball ( on en parle juste après). Mais on ne dit pas tout, car cela pourrait gâcher le plaisir des futurs joueurs.

Malheureusement, le gros défaut de cette map divisée en plusieurs zones, c'est le temps de chargement qu'on est obligé de subir pour aller d'une zone à l'autre. C'est un peu trop long. Et quand on part à la chasse aux Dragon Ball, et qu'on doit visiter 7 zones différentes, on passe plus de temps dans les chargements, que sur les zones.

Si Shenron le dit.

Comme dit juste avant, Dragon Ball Z Kakarot propose une chasse aux Dragon Ball, pour qu'on puisse avoir l'honneur d'invoquer Shenron, et lui demander tout ce qu'on veut, ou presque. On n'a pas accès aux Dragon Ball dès le début du jeu. Il faudra progresser un peu dans l'histoire avant.

Dans un premier temps, avant de pouvoir invoquer Shenron, il faudra partir à la recherche des 7 boules. Et ce n'est pas la chose la plus difficile du monde. Les boules sont indiquées par le petit logo boule sur la map monde, et de même sur la map de zone. Donc, il n'y a aucune vraie recherche de Dragon Ball. On aurait vraiment adoré avoir un système plus poussé, avec le Dragon radar. Ça gâche un peu le plaisir de la chasse.

Mais ce n'est pas vraiment le plus décevant. Les vœux, au nombre de 1, 2 ou 3 selon votre avancée dans l'histoire, ne sont pas le plus intéressant. On nous propose seulement de revivre des combats déjà effectués contre certains "boss", ou des vœux basiques, comme devenir riche, ou avoir plein d'Orbes Z. Vous l'aurez compris, à part pour les chasseurs de trophées, l'invocation de Shenron n'apporte pas grand-chose. On le fait une ou deux fois. Mais ça ne sert pas plus que ça au final.

Anime vs Jeux ?

Graphiquement, le jeu reste fidèle aux autres Dragon Ball sortis précédemment. Ça reste beau, avec quelques textures un peu loupées, mais acceptable dans l'ensemble. Tout comme les musiques. Ça reste fidèle à l'anime. Elles sont un régal pour les oreilles, surtout si vous êtes un fan de Dragon Ball Z.

Malheureusement, si on compare Kakarot à l'anime, on est très vite déçu. Car de nombreuses scènes sont absentes, ou complètement mise de côté, en proposant un semi-spectacle, qui gâche carrément des passages mythiques de Dragon Ball Z. On perd donc toute l’émotion que Dragon Ball Z a pu nous apporter pendant notre tendre enfance.

Certaines scènes sont coupées par un écran noir, et du texte expliquant la scène. Et on reste là, à lire bêtement quelques choses qu'on aurait préféré voir. Pour tout vous dire, on aurait préféré voir le sacrifice de C-16 en entier, que le passage du permis de conduire de Son Goku.

Certes, on comprend que les 291 épisodes de l'anime ne pouvaient pas être présent dans le jeu. Mais certaines scènes auraient dû garder toute leur magie, pour ne pas rendre l'histoire de Dragon Ball Z aussi fade et mauvaise.

Le meilleur des jeux Dragon Ball ?

Avant de conclure avec Dragon Ball Z Kakarot, on voudrait faire une petite comparaison d'un autre jeu Dragon Ball, qui pour nous restera le meilleur jeu, non officiel, de la saga, Dragon Ball Online. DBO et DBZK sont tous les deux des RPG. Un est plus basé MMORPG, l'autre action-RPG. Mais à l'annonce de Dragon Ball Kakarot, on avait en tête une vision de ce jeu, proche de ce qu'on avait pu découvrir dans Dragon Ball Online. C'est peut-être pour ça qu'on est un peu déçu de Kakarot.

DBO avait réussi à faire un vrai RPG, avec un très bon système de quête, une évolution du personnage très logique. Mais surtout une vraie chasse aux Dragon Ball. On avait le droit à notre petit Dragon Radar, qui permettait de retrouver, grâce au signal, les différentes Dragon Ball du jeu. Grâce à ça, on pouvait faire de vrais vœux, et apprendre de nouvelles choses très importantes.

Ce n'est pas que les Dragon Ball, c'est aussi la manière d'apprendre à devenir Super Saiyan, ou encore le système de capsule, qui est totalement absent dans Kakarot. On est tatillon. Mais en tant que grands fans de la saga de Toriyama, il y a certaines choses qui nous déçoivent.

Certes, officiellement, Dragon Ball Kakarot est le meilleur jeu de la Saga, édité par Bandai Namco. Tout est là pour satisfaire les fans, mais aussi les joueurs aimant les action-RPG. On a l'histoire, les combats dynamiques, et les petits collectibles qui reviennent sur l'histoire de Goku. On se laisse facilement bercer par ce monde qui nous fait, pour beaucoup, retomber en enfance. On n'est pas seulement dans un jeu de combat, et ça fait vraiment du bien. Mais avec certains aspects un peu plus poussés, Dragon Ball Kakarot aurait pu être encore meilleur.

Porunga, exauce mes 3 vœux !

Pour conclure, Dragon Ball Z Kakarot reste un bon jeu, qui s’apprécie pendant une trentaine d'heures. Il y a du bon, comme du mauvais, qui rend l’expérience équilibrée, sans pour autant être le must have du genre. Avec quelques petites idées un peu plus poussées, et une meilleure mise en avant de certaines scènes mythiques, Dragon Ball Z Kakarot aurait pu devenir une référence. Hélas, on a plus l'impression que les développeurs ont voulu, dans un premier temps, proposer du fan services, avec un nom accrocheur, sans pour autant approfondir l'idée d'un véritable Action-RPG digne de ce nom, et surtout, digne de Dragon Ball Z.



1,204 vues
  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Gris Facebook Icône

Copyright © Couple of Gamer CoG - 2018 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now