top of page
  • Photo du rédacteurCouple of Gamer

[Test'1D][Nintendo Switch] Neptunia Game Maker R:Evolution


Disponible le 14 mai sur Nintendo Switch et PlayStation, Neptunia Game Maker R:Evolution est le dernier jeu de la franchise Neptunia, développé par IDEA FACTORY et COMPILE HEART, et édité par IDEA FACTORY INTERNATIONAL et Reef Entertainment, où le but va être de gérer une société de jeux vidéo, tout en explorant les différents donjons. Une histoire indépendante des autres jeux Neptunia, qui mélange le côté Action-RPG, et simulation, pour encore plus d'heures en compagnie de nos déesses favorites. Et après avoir développé de nombreux jeux vidéo, il est temps pour nous de dévoiler notre test sur ce nouvel opus assez original.

Trailer du jeu

Neptunia Game Maker R:Evolution est le dernier jeu de la franchise Neptunia, qui tente, cette fois-ci, de mélanger les genres, afin de nous éviter le côté répétitif des derniers opus. Dans ce nouveau jeu, on va retrouver nos déesses, prêtes à monter leur société de développement de jeux vidéo. Mais pas seulement. Car, comme toujours, on va devoir parcourir notre petit monde afin d’explorer de nombreux donjons, et de vaincre des ennemis, de plus en plus redoutables, afin de récupérer les zones, et d'accroître l’influence de notre société sur le monde.


Même si on a toujours le côté narratif très présent dans ce nouvel opus, Neptunia Game Maker R:Evolution va proposer 2 phases de jeu, très différentes, qui vont nous permettre de progresser dans l’aventure. Tout d’abord, on va parler des grands classiques de la franchise, les donjons. Pendant notre aventure, on va devoir prendre le contrôle de divers territoires, chapitre après chapitre, pour avancer dans l’histoire, ainsi qu’améliorer sa société. Lors de ces donjons, en compagnie de 4 déesses, on va devoir faire comme dans les autres jeux Neptunia, explorer le donjon, trouver des interrupteurs, et se frayer un chemin vers la sortie. Dans les donjons, on retrouvera les ennemis classiques de la franchise, que l’on devra vaincre lors de combats dynamiques dans une zone fermée. Les combats vont se dérouler de la même manière que les derniers jeux. Chaque déesse va avoir ses propres compétences qui vont nous servir à attaquer nos ennemis. On va aussi avoir la compétence spéciale à lancer, une fois la jauge pleine. Et bien sûr, les différents combos de lien entre nos 4 déesses. Lors de certains combats, on pourra aussi utiliser la transformation pour rendre nos déesses plus puissantes pendant quelques secondes. Jusque-là, rien ne change vraiment.

Pendant l’exploration des donjons, on pourra faire la rencontre de quelques personnages perdus dans ces labyrinthes, qui vont nous demander d’accomplir des petites missions en échange d’une récompense, comme des crédits, des équipements, ou encore, des objets. En combattant, ou en accomplissant des missions, on va gagner de l'expérience qui permettra de monter le niveau de nos personnages, ainsi que leurs stats. Pour les rendre plus forts, on pourra compter sur les équipements récoltés en mission ou en donjon, ou sur ceux achetés en boutique, afin d’augmenter les caractéristiques de nos héroïnes. On pourra aussi compter sur les disques pour améliorer certaines compétences de nos déesses. Mais on y reviendra après.


La seconde phase du jeu, et pas des moindres, va être la gestion de la société. Cette dernière va prendre beaucoup de temps. Tout d’abord, parce que la création d’un jeu va se compter en une dizaine de minutes par jeu, temps réel. Et parce qu’il faudra aussi trouver les idées, développer celles des autres, et explorer un maximum le monde pour accroître la société. Pour bien débuter notre société, on va devoir commencer par choisir le genre que l’on souhaite développer. RPG. Visual Novel. Simulation. Ou encore, Action, pour ne citer que ces genres. L’investissement dans un des genres va nous permettre de développer des jeux du genre. Par exemple, si on part sur un genre RPG, on va pouvoir développer des RPG ou des Action-RPG. Une fois qu’on aura choisi notre genre, et après quelques heures passées dans un donjon, on va retourner au QG afin d’apprendre à développer des jeux. Le but sera très simple. On va choisir le genre de jeu que l’on souhaite développer. Puis on va y intégrer le style, les ludistes qui vont apporter la touche artistique au développement, et les gemmes d’idées qui vont permettre d’améliorer le développement. Une fois qu’on aura tout associé, on pourra lancer la création. Il faudra attendre quelques minutes avant de pouvoir découvrir si oui ou non notre jeu a fait succès. Quand le développement sera terminé, on aura le droit à des commentaires sur notre jeu, souvent négatif au début, puis des disques. Ces derniers vont nous permettre de débloquer de nouvelles capacités pour nos héroïnes.

Plus on va progresser dans l’aventure, plus notre société prendra de l’ampleur. Ce qui nous permettra de trouver de nouveaux ludistes, qui amélioreront considérablement nos projets. Mais pas seulement, on pourra aussi avoir quelques requêtes de développement, participer à des festivals, ou encore, promouvoir nos jeux. Le côté gestion de société de Neptunia Game Maker R:Evolution sera assez complet. Et il évoluera chapitre après chapitre. D’ailleurs, pour voir la progression de notre société, après chaque chapitre, on aura le droit à un rapport complet qui nous montrera l’évolution de la société, avec le niveau du bâtiment principal, le nombre de disques développés, ainsi que tout ce qui est lié à l’exploration. Pour bien faire évoluer sa société, il faudra aussi penser à investir dans le genre. Cela permettra d’améliorer ses ventes, les retours, les ludistes, ainsi que débloquer de nombreux genres supplémentaires pour notre bâtiment principal.


En plus de l’exploration et de la gestion, Neptunia Game Maker R:Evolution va nous proposer un mode photo qui permettra de mettre en scène nos déesses à travers les différents lieux explorés, ainsi qu’en compagnie des nombreux ennemis rencontrés. De plus, grâce à notre moto, on pourra explorer plus rapidement des zones déjà explorées, et participer à des courses Contre-la-Montre. Par la suite, on aura la possibilité de personnaliser la couleur, le style, et améliorer les performances de notre moto, au fil de notre aventure.


Sans trop se presser, pour venir à bout de l’aventure, il faudra compter une bonne quinzaine d’heures de jeu. Bien sûr, le jeu va proposer une rejouabilité assez conséquente, avec de nombreux genres de jeu à développer, différentes explorations à faire à 100%, et quelques activités annexes. Malheureusement, les donjons vont très vite devenir répétitifs. Et après quelques chapitres, on aura tendance à rusher le jeu.

Neptunia Game Maker R:Evolution est un jeu à l'image des autres jeux de la franchise. On y retrouve la même direction artistique, avec nos déesses tout droit d'un anime. Ainsi que le bestiaire toujours aussi mignon. Les jeux changent, mais le style reste. Ce qui n'est pas sans déplaire aux fans des jeux Neptunia. Le côté gestion est très propre, avec des ludistes qui font références à de nombreux jeux vidéo, comme Mario, pour ne citer que ce jeu. On a aussi le droit à un doublage japonais de qualité, comme toujours. Et l’OST est toujours aussi agréable. Petite nouveauté pour cet opus, et pas des moindres, le jeu est traduit en français. Ce qui permet de profiter du jeu comme il se doit. Malheureusement, même si le côté portable est un grand plus pour ce genre de jeu. Neptunia Game Maker R:Evolution s’offre de nombreux ralentissements sur Nintendo Switch. Et parfois, dans certains donjons un peu trop chargés, on va avancer avec des images figées toutes les 5 minutes. Un petit souci qui sera peut-être corrigé pour la sortie officielle.


Pour conclure, Neptunia Game Maker R:Evolution est un jeu agréable qui réussit à mélanger les genres. On a le côté Action-RPG des jeux Neptunia, avec les donjons, les quêtes et l’exploration, qui fonctionne toujours autant. Et on a le côté gestion, qui nous permet de gérer notre société, tout en essayant de trouver de bonnes idées pour créer des jeux intéressants. Malheureusement, même si les deux genres fonctionnent plutôt bien, après quelques chapitres, on va commencer à s’ennuyer. Surtout à cause des donjons qui seront très répétitifs, avec un level design qui ne changera que très peu au cours de l’aventure. Mais quand on se lance dans un jeu Neptunia, on sait déjà à quoi s’attendre. Car c’est souvent le même défaut qui revient à chaque fois dans les différents jeux de la franchise.


Posts récents

Voir tout

댓글


bottom of page
Couple of Gamer ...