• Couple of Gamer

[Test'1D][Nintendo Switch] Growbot


Après une sortie en 2021 sur Steam, le Point & Click développé par Wabisabi Play, et édité par Application Systems Heidelberg, Growbot, fait son arrivée sur Nintendo Switch ce 14 juillet. Et après avoir aidé la Growbot, Nara, il y a 1 an maintenant. Nous sommes repartis loin de notre terre, afin de l'aider à nouveau, pour sa nouvelle aventure. Voici notre test.

Trailer du jeu

Growbot est un Point & Click qui nous raconte l'histoire de la growbot Nara, une jeune femme qui s'apprête à partir de l'astéroïde Kew, pour rejoindre Ventral, l'une des 6 stations qui protège l'astéroïde. Là-bas, elle va apprendre à entretenir les fleurs d'énergie qui créées le bouclier de la station, et protéger son monde. Malheureusement, sa formation ne va pas se dérouler comme prévu.


Il n'y a pas beaucoup de choses à dire sur Growbot. Comme tous les Point & Click, il faudra fouiller les différentes zones de la station, et parler aux différentes personnes, afin de mettre la main sur des objets, comme des graines, des outils, ou apprendre divers renseignements, qui nous seront utiles pour progresser dans l'histoire.


La particularité qui donne son originalité à Growbot, c'est son générateur de bouclier. Tout au long de l'aventure, on va récupérer 12 sons de fleurs qui vont nous aider à créer des boucliers ou à les briser. Pour la création, il y a deux options. La première, suivre les recettes. La seconde, les boucliers à détruire auront une suite de sons qu'il faudra retenir, afin de les reproduire. Cependant, si la mémorisation des sons nous donne du fil à retordre, il sera possible d'activer des indices qui nous donneront le nom de chaque fleur. Ensuite, il suffira simplement de finir le son en le créant. Bon, en jeu, le système est très simple. Mais c’est vrai que l’explication à l’écrit est un peu ambiguë.

Au cours de l'histoire, mis à part pour les sons, il n'y aura aucune aide. C'est à nous d'être attentif afin de savoir quoi faire, et quand le faire. Mais dans l'ensemble, le jeu n'est pas compliqué. Donc, même si parfois, on reste coincé 5 minutes, on finit toujours par trouver ce qu'il nous faut. D'autant plus que le jeu n'est pas long. Il faut compter un peu plus de 3 heures pour découvrir le fin mot de l'histoire. Mais cette dernière est tellement mignonne, qu’on a envie de découvrir le jeu jusqu’au bout une fois lancé.


Le portage sur la Nintendo Switch est une bonne chose. Certes, il n’offre rien de plus par rapport à la version PC. Mais grâce à l'écran tactile, on peut profiter de l'aventure autrement. Le point noir, c'est la jouabilité à la manette. Le joystick gauche sert à faire avancer notre héros. Alors que celui de droite sert à interagir avec les objets. Donc même si Nara est au bon endroit, il faut faire venir le curseur là où l'on souhaite interagir en appuyant sur le bouton A. Il ne faut donc pas avoir de problème de joycon drift. On aurait préféré y jouer comme sur PC en cliquant simplement là où on voulait qu'elle aille.

Growbot a une direction artistique qui nous en met plein la vue. C'est beau et coloré, avec plusieurs personnages trop mignons, avec qui on va prendre plaisir à échanger. De plus, on a le droit à une musique douce, qui nous accompagne à la perfection. Même si cette dernière n’est pas plus marquante que ça pendant l’aventure, elle a le don de nous apaiser pendant notre voyage. Du coup, elle n'a rien à envier à la version PC, car elles sont toutes les deux sur le même pied d'égalité. Avec l'avantage de pouvoir l'emmener là où l'on souhaite, grâce au mode portable


Pour conclure, la version Nintendo Switch de Growbot ne changera pas grand-chose pour les personnes qui ont fini ce petit jeu une première fois sur PC. Par contre, pour les petits nouveaux, Growbot est un petit Point & Click original, très agréable à transporter partout. Et avec son adorable histoire, pleine d’amours. Ses personnages, ses scènes, sa direction artistique. Il réussira facilement à vous charmer. Et même si le plaisir est de courte durée, Growbot est un jeu qui mérite que l’on perdre 3 petites heures pour le découvrir.


188 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout