• Couple of Gamer

[Test Express][Steam][Early Access] Craftlands Workshoppe


Disponible en Early Access Steam le 13 octobre, Arvydas Zemaitis, les créateurs de la franchise ShoppeKeep et Excalibur Games reviennent pour proposer un tout nouveau jeu de gestion de commencer, Craftlands Workshoppe. Avec cette envie de découvrir un métier. On a tenté de s'exercer au métier de forgeron, pendant notre premier test de cette Early Access qui s'annonce prometteuse. Voici notre premier avis.

Trailer du jeu.

Alors qu'on accepte un boulot sur une île au milieu des nuages, on se retrouve face à notre nouvel atelier, avec une note griffonnée sur la porte d'Allcraft, nous indiquant qu'on est désormais l'heureux propriétaire de l'atelier en ruine. Dorénavant, il ne nous reste plus qu'à le remettre en état, tout gérant notre nouveau métier.


Craftlands Workshoppe est un jeu de gestion de commerce, qui va nous mettre dans la peau d'un artisan, sur une drôle d'île aux gens toujours joyeux. Alors que l'on découvre notre nouvel atelier, on se retrouve face à un choix qui aura une importance sur la suite de notre aventure. Commencer l'un des 3 métiers disponibles. Cuisinier, Forgeron ou Alchimiste. Le choix ne change pas grand chose à l'histoire. Mais va permettre de créer et de vendre des objets bien différents. Tout en réalisant des quêtes liées à notre métier.

Nous avons commencé l'aventure de Craftlands Workshoppe en tant que forgeron. Notre but premier a donc été de créer des armes et des équipements, pour les futurs aventuriers de l'île. On commence lentement, en créant une épée, qui servira en tant que premier bénéfice, pour ainsi évoluer par la suite. Enfin, c'est ce qu'on croyait. Car au final, les bénéfices sont tellement minimes, qui va chercher à faire autre chose pour gagner de l'argent. Heureusement, grâce à notre pioche, il est possible de récolter un peu de bois, fer, et pierres précieuses aux abords du village, dans un coin réservé aux ressources. Et en effectuant récolte et revente, on se fait un peu d'argent. Du moins, plus qu'à la création. Car pour créer une épée, ou un bouclier par exemple, il faudra acheter des patrons. Un patron est égal à une création. Il faut donc acheter 10 patrons pour créer 10 fois l'objet. Mais quand le patron coûte 18 cuivres et la revente de l'objet permet de gagner 28 cuivres, on se fait un petit bénéfice de 10 cuivres, ce qui est loin d'être aussi intéressant que la revente de ressources. Surtout quand on sait qu'il faut de l'argent pour progresser dans l'histoire, et débloquer des nouvelles lieux ou de nouvelles améliorations pour la boutique.


Une fois un peu plus d'argent, on peut vraiment commencer à faire évoluer sa boutique, et d'essayer de générer un vrai bénéfice. Grâce aux ressources et aux patrons, on peut donc passer à la création des différentes armes ou autres. Pour cela, il suffit juste de faire quelques clics au bon moment, pour créer l'objet, qui pourra être revendu en boutique. Tout ceci se passe en arrière-boutique. Une fois assez d'objets dans son inventaire ou son coffre, on peut se lancer dans le commence. Depuis le menu, il est possible d'ouvrir et fermer sa boutique et gérer les stocks à vendre. Mais il faut être sûr d'avoir les objets nécessaires. Car une fois la boutique ouverte, les clients affluent un peu trop. Et c'est la pagaille. Avec l'argent gagné, on peut rendre la boutique plus autonome, grâce à des employés qui peuvent nous aider à effectuer certaines tâches. Puis, par la suite, on peut acheter de nouvelles licences, pour devenir cuisinier ou alchimiste, histoire de se diversifier. Pour se faire un maximum de bénéfices, il faut garder un œil sur les articles populaires. Car les clients viendront souvent pour ces derniers.

Mais ce n'est pas la seule chose à faire sur cette île. Les habitants auront souvent des services à vous demander. Comme créer des objets. Effectuer des échanges. Acheter des ressources. Il faudra donc aussi gérer toutes ces quêtes, pour gagner de l'expérience, de l'argent, et parfois quelques cadeaux. Réaliser ces missions vont surtout permettre d'en découvrir plus sur l'histoire de cette petite île. Le jeu regorge de petit secret à découvrir. Mais pour ça, il faudra explorer, travailler et aider les habitants.


Même si Craftlands Workshoppe est un jeu addictif, qui nous permet de passer de très bons moments. Il est encore loin d'être parfait. Tout d'abord, il y a ce système de déplacement du personnage, qui est un peu compliqué et très mal pensé. Notre personnage va marcher en crabe ou à reculons, selon la position de la souris. Et parfois, c'est assez énervant. Il y a aussi ce système d'achat de patron, qui coûte aussi cher que la revente de l'objet. Ce qui ne permet pas de gérer du bénéfice. Surtout au début du jeu. Les quêtes manquent de clarté sur la map. Et le premier sac coûte bien trop cher. La limitation et le rangement de l'inventaire est très mal optimisé. Vous l'aurez compris. Ce début d'early access à encore beaucoup de choses à corriger. Et même si on voit mal la version Française faire son arrivée dans Craftlands Workshoppe. On croise les doigts, pour que les développeurs y songent.

Pour conclure, même si le jeu a encore beaucoup de chemin à faire pour devenir un jeu intéressant. Craftlands Workshoppe propose quelques bonnes idées dans le fond. La gestion de la boutique. Les quêtes. Les licences de métiers. L'histoire. Il y a un bon mélange qui pourrait faire fonctionner ce petit jeu indépendant. Mais pour que ça marche, il faudra se pencher sur beaucoup de choses, dont l'équilibrage des prix. Car pour l'instant, on a plus l'impression de bosser pour rien. Et ça devient vite frustrant. Un jeu a suivre de prêt. En espérant que son statut d'early access lui soit prolifique.


  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Gris Facebook Icône

Copyright © Couple of Gamer CoG - 2018 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now